LOU SARMOUNEY / LE JHACASSOUS

10 juillet 2018

Patronymes à Lagorce

Classé dans : Charantas,Nòrd Gironda (riba dreta de Dordonha) — Lo Sarmoneir @ 11 h 07 min

En faisant du tri, j’ai retrouvé le relevé patronymique du cimetière de Lagorce (33)  en Pays gabay :

 

Aberlen, Ardouin (2), Arnaudin (2), Audée, Audureau, Bardier, Barreau, Barreteau, Bâtard, Berger (2), Berteau (2), Bertet, Bertrand (2), Besson, Bitard, Boisgirard, Bordas (2), Bourdey, Boutoulle, Brissot, Cablot (2), Charles, Chevalier, Chollet (5), Coquilleau (2), Coulon (3), Courbin, Decombe, Delord, Derive, Devaud, Douat, Drillon, Duchadeau, Faureau, Ferret, Ferruau, Feuillet, Fraysse, Furet, Gendre, Groleau, Grugier (2), Guillet (2), Guire, Heureude (4), Hubert (2), Hurgon, Jacopit, Jacou, Jacques, Jeanneau, La Cassinerie, Lacombe, Lacoste, Laé, Lamour, Lavidalie (2), Long, Loyer (2), Malexis, Massias, Mazeau, Mestreau, Michaud, Milleau, Momboeuf,  Pagès, Perret, Pétrequin, Peynaud, Pineau, Raillard (3), Renard, Richon, Rideau (3), Rieunier,  Sallenave, Sanchou, Sorillon, Soudane (2), Taffin, Tessier, Teurlay, Torrilhon, Vigneau.

 

Noms étrangers :   Alonso, Corazza, Dias, Roca, Schils.

31 mai 2018

En Bourdalés bîouem bién coume faou

Classé dans : Gravas,Musica e cançons — Lo Sarmoneir @ 23 h 44 min

Vèni d’inventar aquera petita cançon tota simpla e tota pegòta, aisida a cantar sus l’èrt deu rondèu deus Docs (que ne’n pòdetz trobar la particion sus  : http://baladoucs.pagesperso-orange.fr/)

 

En Bourdalés bîouem bién coume faou / Am lou bïn dé Graoues

Lou dou Médoc é lou dé Sénte-Crouts  / Dédén nostes caoues

 

1 – Aou printén cor’a plawut / A la soureillade

Bam massa lés baraganes / Pr’èze la pascade

2- En estïou dén lou Cernés / Lou pifre trénis

Su lés tuques, dén la ribeyre / Lou soureil luzis

3- En aoutone lés paloumes / Pàssen a brassats

E lous céps débat lous casses / Poùssen, estujats

4- En iouèrn dén lou mourdit / Bay falé pouda

Core cante lou roupit / Y a dé boy a séga

 

 

27 mai 2018

Patronymes à Chenaud (24)

Classé dans : Charantas,Dordonha — Lo Sarmoneir @ 21 h 03 min

Chenaud, dans la Double à la frontière entre oc et oil (Chenaud était en oc, Parcoul était en oïl ; les deux communes ont fusionné depuis peu), est le village où était installée la famille de ma grand-mère (Giret). Voici un aperçu non exhaustif des patronymes que j’y ai trouvés dans le cimetière :

 

Noms locaux : Beaudout, Blégel (très rare), Dérozier, Desrozier, Dussoutras, Esclasse, Lavautour, Méneret, Mourcel, Phénix, Régondeau, Tarondeau, Villedary, Villepastour…

 

Noms périgourdins : Bélingard, Bonnefond, Destret (mais aussi dans la Drôme), Dugaleix, Gaudou…

Noms poitevins : Esnard, Fonteneau, Frappier, Giret*, Ingremeau, Mousset, Pigeaud, Proust, Reverseau…

Noms charentais : Autexier, Baillely, Blincour, Bourdier, Chérat, Fréneuil, Papillaud, Touzain, Vallade…

Noms limousins : Agnoux, Bécheresse (semble aussi charentais)**, Bordas, Brandy, Brissiaud, Dardilhac, Gany, Peynaud, Peyronnet, Renon, Ribière…

Noms bordelais : Delary, Frèdefon, Latournerie, Nouaillet (origine vraisembl. périgourdine), Pistouley, Renom…

Noms gascons : Daurignac, Labrit, Montariol, Périssé, Saint-Marc, Setze…

Noms quercynois : Soulacroix…

 

Noms bretons : Audran, Bellec, Guillerme, Rault…

Noms normands : Ozenne…

Noms auvergnats : Milliroux…

Noms lyonnais/foréziens : Descombes, Gagnaire…

Noms picards : Claisse, Roisin…

 

Bien entendu, on retrouve des noms répandus dans cette région en ellipse allant de Bordeaux à Lyon : Delage, Dupuy, Faure, Lafon, Lavergne…

 

* Les Giret de Chenaud, c’est-à-dire mes ancêtres, venaient de Gardedeuilh, une autre paroisse de la Double périgourdine. N’étnat pas remontés avant le milieu du XVIIIe s., on’a pas encore pu faire le lien avec la moindre branche poitevine ou angoumoise, d’où vient vraisemblablement ce patronyme.

** Présent dans mon ascendance.

18 mai 2018

Lo cant deras losèras

Classé dans : Alhurs,Istòria,Musica e cançons,Tradicions populàrias — Lo Sarmoneir @ 22 h 47 min

‘Quò’s un cant bigordan (paraulas Daniel CASTEYDE) que ma mair m’a hèit descobrir, e lo tròbi bròi.  Vachiu donc les paraulas, mèi la particion (1ra votz) qu’èi transcrivuda.

 

L’amiada(1) qu’ei cajuda ath mei deu bèth humèr

Dab pinças e martèths qu’an hèit beròis lavats(2)

Cargats sus vagonets, devath eras mosquèras(3)

Dab un aprimader(4), comunas(5) que hasèn

 

Un car que’n calè hèr ‘tà ganhar la jornada

Eth ser, que devaràvan a hoec peths cascalhèrs(6)

De l’auba entà l’escur, tot dia tribalhàvan

Atau que s’acabava lo dia deths losèrs(7)

 

Mes no n’i a pas mès losèrs !

 

A l’escur se’n tornàvan, negres com carboèrs

D’un pas lord e pesant, per un beròi sendèth

Amassant drin de lenha, ‘tà hèr cauhar la sopa

Drin de vin a la bota, puish se’n anàvan en lhèt

 

Lo dimenge ‘tà grand-missa, que’s calè preparar

La camisa plan lissa, estats(!) beròi rasats

Ath bèth som deu solèr, lavetz que s’atraçàvan

E achiu que cantàvan dab mossur lo curé

 

Mes no n’i a pas mès losèrs !

 

Eth dia de la hèsta, en petit ostalet

Quauquas taças de vin, se’n hicàvan a cantar

Cantàvan la misèra, aquera puta de guèrra

Qui hè morir los joens, qui hè crebar la tèrra

 

Qüand boha lo vent d’abòr qui hè volar las hoelhas

Enteni quauques còps darrèr los cascalhèrs

La cançon d’aqueths òmis qu’èran de Vathsurguèra

La cançon deu país, lo cant de las losèras

 

(1) Amiada : pan de ròca

(2) Lavats : pèiras platas

(3) Mosquèras : hilats contra les moscas

(4) Aprimader : utís per talhar la pèira

(5) Comunas : lausas comunas

(6) Cascalhèrs : baishadas calhavosas

(7) Losèrs : fabricants de lausas (ardoesas)

Lo cant deras losèras

19 mars 2018

Landirans : illustracion flagranta de l’occitan desterritorialisat

Classé dans : Gravas,Lanas,Lingüistica,OPINION — Lo Sarmoneir @ 21 h 44 min

Anuit, sui tombat sus aquò, en preambule a la monografia – per alhors interessenta, sonque l’estudi toponimic qu’es prampó aproximatiu – consacrada a Landirans. Que lo diable m’escapiti se lo gardolèir que ne’n es l’autor sap parlar gascon o occitan !!! Se vei deu prumèir còp qu’angut quèrre tau mòt sus Panoccitan, tau mòt sus un diccionari gascon, etc. Disi a tengut que l’occitan desterritorialisat sèrv pas a res : amics occitanistas, ne’n am achí la pròva ! Mès qué lesi auré costat d’anar damandar aus vielhs de Bruc e Brana (a Guilhòs, borg vesin de Landirans) ; son originaris deu vesiat o au mens d’entà Sòre e Sent Sefrian !

Volèvi pas mèi publicar arrés atau, mès l’afar es tròp gròs, apui Landirans es a costat de shas jo, dens lo Cernés qu’es lo país de mos aujons.

A) Lo tèxte recopiat exactament :

 

Legidor “mon amic”

 

Es dens lo langatge de los(1) nòstres aujòls qu’am lo plaser de parar(2) aqueste obratge, que conte la via de lo(1) nòstre vilatge e de sos estatjants, au long de los(1) sègles escolats.

Dab l’ajuda de mantuns Landiranès e los documents trobats dens nòstras familhas completats per la consultason(3) de las arquivas parroquialas e deus estrachs de las cedas(4) de l’estat civil de la nòstra comuna, confortats per los estrachs e las arquivas deu diocès e deu despartament.

Aqueste libre a poscut véser lo jorn apuèi(5) un temps pro long. Se comporta deus desbrembs desvolontaris voletz(6) plan nos desencusar.

Las divèrsas retrachas qu’acompanhan los tèstes vos perméteran d’imaginar la via d’autes cops dens ua França rurala nonletrada, alonhada de las classas privilegiadas.

Las legendas en quauque cops desnaturat la vertadièra istoria de nòstres ancessors. Qu’oram(4) qu’aqueste obratge troba(7) un bon acuèlh au prèp de nòstres compatriots ancians navèths de nostra comuna e deus environs véser(8) encafa mei luènh.

B) Comentaris selectius

(1) Tot occitanofòne sap que de + lo(s) se contràctan.

(2) Sui solide qu’escrivúren ‘présenter’  e que causíren aqueth mòt dens los resultats de la recèrca. Mès parar s’emplega dens lo sens concret (parar lo quiu, los braç, un libre = mochar lo quiu, alongar/ténder los braç, balhar/mochar un libre demb la man).

(3) Panoccitanisme…

(4) ??????

(5) Sabi pas se pòt s’utilisar coma prepausicion.

(6) Voletz/vòletz/volètz es ‘vous voulez’ ; fau utilisar lo subjonctiu ! (‘veuillez’) Donc : volgatz, se vòlen escríver en lengadocian estandard.

(7) Subjonctiu : tròbe.

(8) Raaaaaaa en francés ‘voire’ es pas ‘voir’… I a pas nat occitanofòne que dirà véser per ‘voire’ !!!! A pas res a… véser !

C) Prepausicion de tèxte en gascon locau

Lector mon amic

Aquò’s dens lo lengatge de nòstes davancièrs/aujons qu’am lo plaser de presentar aqueste obratge, que conta la via de nòste vilatge e de sos abitants, capvath los siègles passats.

Damb l’ajuda de mantun Landiranés e deus documents trobats dens nòstas familhas completats per la consultacion de les arshivas parropialas (deus arquius parropiaus) e deus extrèits deus registres d’estat civiu de la comuna, confortats per les arshivas (los arquius) deu diocèse (diocèsi) e deu departament.

Aqueste libre a poscut espelir après un temps pro long. S’i acàben quauques oblits, vúlhitz no’n excusar.

Los diferents extrèits(?) qu’acompànhan los tèxtes vos permetràn d’imaginar la via d’autes còps dens una França rurala illetrada, alunhada de les classas privilegiadas.

Les legendas an quauque còp desnaturat la vraia istòria de nòstes davancièrs. Espèram qu’aqueste obratge trobarà un bon aculh auprès de nòstes compatriòtas vielhs e navèths/novèths de nòsta comuna e deu vesiat, amèi enqüèra pus lunh.

-

Lettou moun amic

Acos dén lou lengatye dé nostes daouanciès/aoujouns qu’am lou plasé dé présénta aquest’oubratye, qué counte la biye dé noste bilatye é dé sous abitans, cabat lous siègles passats.

Dam l’ajude dé mantun Landiranés é dous doucuméns troubats dén nostes familles coumplétats per la counsultacioun dé lés archioues parroupiales (dous arquious parroupiaous) é dous estrèyts dous régistres d’estat cibiou dé la coumune, counfourtats per lés archioues (lous arquious) dou dioucèse (dioucèsi) é dou départemén.

Aqueste libre a pouscut espéli après un tém prou loung. S’i acaben caouques oublits, büillits noun escusa.

Lous diféréns estrèyts(?) qu’acoumpagnen lous tèxtes bous permétran d’imagina la biye d’aoutes cops déns une France rurale illétrade, alugnade dé lés classes pribilégiades.

Lés légéndes an caouque cop desnaturat la braye istòri dé nostes daouanciès. Espèreum qu’aquest’oubratye troubera um boun acuil aouprès dé nostes coumpatriotes biéils é naouèts/nouèts dé noste coumune é dou bésiat, amèy éncouère pu lugn.

15 février 2018

Les tres ròsas (Brujols)

Classé dans : Gravas,Literatura,Medòc — Lo Sarmoneir @ 10 h 58 min

Sur un rosèir tres ròsas blancas

Pendilhàvan a les balancas.

La Vièrja vèn lo veire, i dèi

A la dòna dau jardinèir :

‘Minhona, baucòp t’aimerèi,

Dèisha les ròsas au rosèir’

La prauba mair au cimetèire

Repausa devath una pèira ;

Prit una ròsa e li portèt.

La Vièrja vengut e cridèt :

‘Hilheta, si tornas pas mèi,

Dèisha les ròsas au rosèir’

Tomba la fèsta de la Vièrja,

Ne’n pren una auta avèque un cièrge ;

Per parar l’autar mau ne crei.

La Vièrja revèn e li dèi :

‘Pichona, te perdonerèi

Dèisha la darrèira au rosèir’

Pus tard, passa un galant. La dòna

Pica la troasièma e li dòna.

La Vièrja ne vengut pas mèi

Veire ni dòna ni rosèir.

28 janvier 2018

Quelques toponymes intéressants en Guyenne (III)

Classé dans : Alhurs,geografia,Lingüistica,Paisatge,Paisatge - geografia — Lo Sarmoneir @ 23 h 22 min

le Bancarel : diminutif de banca, à mettre en relation avec banca  »rocher » (Cévennes) ou  »culture en terrasses » (Ariège), rebanqueta  »talus » (Ariège), bancal  »carreau de jardin » (Rouergue), oc. bancau  »gradin d’un terrain en pente », etc. Le dernier sens, le plus précis, semble à retenir.

Bartalbenque : composé de barta  »fourré » et du mot albenca qui signifie  »aubier » (du bois), mais les dérivés du latin albus  »blanc » peuvent renvoyer de manière générale à des essences à bois tendre, ou à la couleur blanche. Donc il peut s’agir d’un fourré d’aubiers (saules blancs), d’aubépines…

Bosques de Griffoulet : soit  »bois de la petite source », soit fort probablement  »bois où pousse le houx » (grifolet, forme masculine de grifoleda qui est attesté, de grifol  »houx »). Il faudrait vérifier la ou les signification(s) de grifol dans ce lieu.

le Brésil : type de sable grossier, grès, rocher friable.

Canto Luserp :  »chante lézard » : lieux ensoleillé ? Ou déformation, comme de nombreux Cantelauze, Cantelauzet, Cantegrel, etc., de racines préromanes liées à la notion de roche, de relief ?

les Cartayroux :  »quarterons », désigne sans doute de  »petits quartiers », donc peut-être de petites parcelles, des parcelles divisées.

le Caussanel : sans doute un dérivé de cauce  »causse, plateau calcaire » :  »petit causse ? ». Toponyme présent à plusieurs reprises en Rouergue et Cévennes.

Cayrounasses : lieu pierreux, de cairon  »bloc de pierre équarri ».

Coste Jalade : côte gelée. Effectivement, l’exposition est au nord-est.

le Frau :  »friche, terre vague, lande inculte, en Querci, Rouergue et Limousin » (TDF). En Rouergue, afrau  »ravin couvert de broussailles » (FEW).

Granède : ce doit être une mécoupure d’*agraneda, collectif végétal en -eda se rattachant probablement aux mots rouergats et languedociens agrunèl, agrunèla, agrunàs, agranàs, etc.  »prunelle, prunellier ».

Jouncayralade : jonc  »jonc » avec un triple suffixe : -air-, -al- , -ada. Autrement dit, un lieu rempli de joncs. Mistral cite joncairòla comme diminutif.

les Moussals : peut-être morçal  »morceau, morsure » en Rouergue (d’où de petites pièces de terre ou un sobriquet), en sachant que -rs- se réduit fréquemment en -ss-, mais c’est très incertain.

Nègrenech :  »nuit noire » ! A creuser…

le Pech de l’Igue :  la colline du gouffre. Iga, en Rouergue et Quercy, désigne un gouffre ou aven (synonymes : tindol, avenc).

Peyregal : lieu pierreux, ou avec de la pierre qui s’effrite.

Poux des Estrémels : puits ou gouffre des cachettes (si c’est bien un gouffre, l’idée de cachette est compréhensible). Cf. rouergat estremador  »cachette », dauphinois estremilha  »cachette », v. estremar  »cacher, éloigner, écarter ».

Pouxcobrol : puits où viennent boire les chèvres (ou éventuellement les chevreuils), ou gouffre où vont les chèvres.

las Rabugades : plutôt que de rattacher cela au dauphinois/languedocien rabugàs   »rabougri », comme nous sommes en Guyenne, il est raisonnable de penser à rabugada/rebugada, participe passé de rabugar/rebugar  »élaguer, émonder », soit  »les (arbres) élagués, émondés ». En Bas Quercy, un rabugaire est un bûcheron.

Rieufourg : ruisseau fourchu (c’est bien le cas).

Roc de las Putos : ce n’est pas ce que vous pensez… Une déformation à partir d’une forme féminine de potz  »puits, gouffre » ?? Assez incertain.

le Suquarel : diminutif de suc  »colline ».

Trigodina :  »tarde à dîner (à midi) » : lieu stérile, qui ne procure pas assez pour se préparer à dîner ? Sobriquet d’une personne ?

Lo medecin dels paures (Jansemin)

Classé dans : Literatura,Òlt e Garona,Òlt e Garona — Lo Sarmoneir @ 22 h 07 min

En alibertin adaptat.

 

Abriu lançava sos parfums ;

Mès al detzièma jorn de sa fresca mesada,

Son polit cièl pertot se petacèt de crums ;

E quand fasiá lusir sa blanca sorelhada,

L’òm vesiá perlejar sul tap, pels bròcs, pel camp,

Las grunas qu’una marcencada

Veniá d’escampilhar sus la tèrra en passant.

 

Mègjorn sonèt a Boèr ; duás filhas paresquèran

A dus vièlhs caminòls ; apèi se junhisquèran

Entre la Capeleta e lo Molin-de-Vent.

Polidas, del mèma atge, aquelas duás mainadas

Fasián ensemble trenta annadas ;

Avián mèma frescor, mèma tint ; cependent

Non pas mèma contentament :

L’una, risenta, sauticava

En portant un punhat de flors ;

L’autra, shagrina, caminava

Lo cap baishat, los èlhs en plors.

 

- Marianeta, ont vas tant urosa ?

Ditz la shagrina a la joiosa.

- Me’n vau dins la vila d’Agen ;

Passarèi devath sos grands aures !

Apèi me’n anirèi shel Medecin dels Paures,

Li portar de boquets e li tornar d’argent ;

Mès n’èi, mès n’èi d’escuts ! Tè ! vòs que te los compti :

Un, dus, tres, quatre, cinc !… E n’avèm d’autres, vai,

Dins ta tireta de ma mair !

Ò ! sèm tornats urós  ! aten que te zo conti !

 

E lo joine furet, tot a çò que disiá,

Tòrna parlar, sans s’apercebre

Que l’autra a tengut gemissiá :

Sabes que per l’ivèrn aguèrem tots la fièbre ;

Èrem paures, digun veniá per nos garir ;

N’aviam plus res a vendre e nos calhiá morir…

Tot d’un còp, un Mossur, dambe un risent visatge,

Intrèt, en nos cridant : – Mas bravas gents, coratge !

M’an aprés vòstre mal ; vèni per vos sauvar.

Ma mair ditz  : – N’es plus temps ; avèm tot mes en gatge ;

Los remèdis son shèrs ;  podèm plus ne’n crompar ;

A pena avèm, Mossur, per un brigalh de pan !

Lo Mossur fremisquèt e venguèt triste, triste ;

Zo vesiái, car al lièit n’aviam plus de ridèus…

A ! rishes  ! s’acridèt ; apèi s’apròisha viste,

E presenta a ma mair cinc grands escuts tot nèus ;

- Paura femna, sofrètz qu’un amic vos assiste !

Perqué rogir ! prenètz ! e quand trabalharetz,

Se podètz, me zo tornaretz.

E ma mair zo prenguèt ; e tot cambièt dins gaire ;

E los soènhs del Mossur, son parlar consolaire,

E de son baume quauques glops,

Fasquèran un miracle e garisquèrem tots ;

E dumpèi tot nos ritz coma las flors novèlas ;

Ma mair, mos frairs e jo trabalham ; lo Mossur

Nos a portat bonur coma las irondèlas ;

Ò  ! mès ganham d’argent ! mès sèm urós !… e tu ?

 

- E jo, plori  ! jo me tormenti !

Lo malur de shes tu s’es mudat shes nosauts ;

Avèm nòstre pair plan malaud ;

Que se desfai  ! que sofra ! Ò ! vai morir, zo senti,

S’aquel brave Mossur que sap ta bien garir

No vèn pas lèu lo secorir !

- Paura Isabelon ! qué te planhi !

E jo que risiái tant ; vai, vèna, t’acompanhi ;

Correm shel medecin ; no plores plus, vendrà ;

Quita tot pels paurets qu’a sa bontat se físan ;

Tabé n’es pas rishe, ça dísan ;

Mès lo bon Diu lo benirà !

 

E las filhas, per lòrs, pus viste caminèran ;

Lèu lo camin fusquèt flambat ;

E quand devath nòstres aures passèran,

Totas duás baishavan lo cap.

Dins nòstra vila, anfin, pel Pont-Long son intradas ;

Mès prèp de Jacopins, ras d’un ostal, qu’an vist ?

De Prèstes ! una crotz ! càntan De Profundis !

Las filhas s’avànçan trobladas ;

Una surtot fremís e trambla coma un junc ;

Un mòrt !… Pensa a son pair… ò pensadas cruèlas !

Viste, s’apròisha de quauqu’un :

Cèrqui Mossur Durand ! ont rèsta, Domaisèlas ?

E ! mon Diu ! lo vaquí que sòrt !

En efèt, aquò’s el, el que sortiá… mès mòrt ;

Mòrt, encaishat, entre quatre candèlas ;

Escortat dels paurets que l’auràn plus jamai ;

E darrèr son grand dòl, que dins nòstras carrèras

Fasquèt tombar larmas amèras,

I aguèt duás pauretas de mai !

 

13 décembre 2017

Quelques toponymes intéressants en Guyenne (I)

Classé dans : Alhurs,geografia,Lingüistica,Òlt e Garona,Paisatge — Lo Sarmoneir @ 21 h 17 min

Mon objectiu es ací de barejar la Guièna, d’una faiçon tant se sii aleatòria, a la recèrca de  toponimes interessents.

 

 

Bois des Crozes : compte tenu de la topographie, cela semble bien être cròsas ‘dolines’.

le Bouscarel : boscarèl est certainement un synonyme de boscatèl ‘bosquet’.

Casse Bessou : casse besson ‘chêne à deux troncs’.

le Cauffour : cauforn ‘four à chaux’.

Chauprenat : chauprenar ‘charmaie’… ou est-ce à écrire chauprenat en tant que masculin de *chauprenada ?

Coumbe del Pé Blanc : comba del puèg blanc ‘combe entaillant la colline calcaire’.

les Crabides : crabida ‘chevreau femelle’, soit un lieu où l’on élevait des chèvres, peut-on supposer.

l’Enfouny : enfonilh ‘entonnoir’, sans doute une cavité dans la roche ou un lien avec la forme d’un cours d’eau.

Escorne-Bios : escòrna-buòus ‘écorne-bœufs’ : lieu venteux ??? 

les Eygadoux : soit c’est aigador, analogue du lieu-dit les Eygaduys, et cela désigne un conduit par où l’eau s’écoule ; soit c’est aigadós, adjectif cité par Mistral avec le sens ‘humide, d’où l’eau sourd, en parlant des terres’.

Fonqueyrude : cairuda signifie ‘carrée, anguleuse’ (cf. Mistral) mais cela signifie peut-être ‘fontaine pierreuse’ (cf. radical cair- comme dans les Queyries).

les Fonzades : fonzada ‘fond de vallée’ (cf. Mistral).

les Fumades : terres fumées.

le Garennou : garenon ‘petite garenne’, c’est-à-dire petit enclos réservé au seigneur et/ou petite chênaie.

la Glanda :  mécoupure de l’aglandar ‘le lieu riche en glands’… donc chênaie !

la Grande Pleyssade : cité uniquement comme toponyme périgourdin par Mistral ; vieux mot pour ‘haie’ conservé dans le béarnais pleishada.

Matibas : Mativàs, augmentatif de Matiu ‘Mathieu’.

les Ourmeyroux : semble être dérivé d’orme ‘orme’ : ormeirons ‘petits ormes’, soit un bosquet d’ormes.

Pépinlé : cacographie de Pépinié ?? Dans ce cas, ce serait puèg pinièr ‘colline plantée de pins’. On se trouve effectivement sur un sommet.

lac du Pesquié : tautologie, puisque pesquièr ‘étang, vivier’. Correspond chez nous en Gironde aux lieux-dits le Pesquey, le Pusquey.

Pièce Picade : comprendre sans doute picada comme ‘déboisée’ ; à noter cependant picadís ‘taillis’ en divers lieux de Guyenne.

le Pissarot : pissaròt ‘filet d’eau’.

las Sagnotes : sanhòta ‘petit marécage’.

le Suquet : suquet ‘petite colline’ ; en effet à proximité d’un sommet peu marqué. Dans les environs se trouve la Suque.

10 décembre 2017

Los oronimes de l’Agenés

Classé dans : Òlt e Garona — Lo Sarmoneir @ 20 h 47 min

Coma au sàbetz, l’Agenés, region au relèu doç, es taplan persamiat de tucas-temonhs calcàrias. I a donc tota una sica-saca de toponimes per designar les diferentas tucas, au vam véser.

 

-PECH (alib. ‘puèg’ < lat. pŏdium) : le Pech, Pecharnaud, Pech de Berre, Pech de Bure, Pech de la Tuque, Pech de Carrou, le Pech de Bélou, Pech de Born, Pech de Mathiot, Pech Estieu, Pech de Loboy, Pech Lafage, Pech d’Ancou, Pech Mirat, Péchavis, Pecharrou, Pech de Pastur, Pech Darbe Feuille, Pech de Ragot, Pécaliabous, le Pech de Caubel, Pech de la Guide, Pech Neyrat, Pechdou Haut, Pech de Faures, Pech de Plat, Pech de Laval, Pech Bardat, Dominipech (anc. par.), Pech de Boudon, Roc du Pech, Pech de Buzot, Pech de Barre, Pech Bounet, Pech de Ferrou, Pech del Rat,Pech de Ferrussac, Pech d’Âne, Pech del Mas, Pech d’Apous, Pech de Bertrand, Pech de Capelle, Pech de Grézac, Pech de Loubas, Pech de Rouby,Pech d’Oueilles, Pech de Barsalou, Pech de Gaillardou, Pech Pujot Haut, Péchargouillet, Pech Naud, Pech Redon, le Pech Long, Pétrencat…

-POUY/PUY (alib. ‘poi/pui’ < lat. pŏdium) : le Pouy, Puymirol, Puymiclan, Puysserampion, Puydauphin…

-TUQUE/TUC (alib. ‘tuc(a)’ < prerom. *tūkka) : la Tuque du Maréchal, la Tuquette, Lastuques, Pech de la Tuque, Tuquet,  Tuc de Trézat, la Tuque de Pauly, Latuquette, la Tuquette de St-Augutin, Latuque, la Petite Tuque, la Tuque, Tuc Blanc, (le) Tuquet, Tucol, la Tuque de Cabalsau, Tuquet de la Pèze, Tuc Rouge…

-TERME (alib. ‘tèrme’ < lat. terminus) : Termenet…

-SERRE (alib. ‘sèrra/sèrre’ < lat. sĕrra) : le Serre, la Serre…

-PENNE (alib. ‘pena’) : Penne-d’Agenais

-MONT (alib. ‘mont’  < lat. mons) : Moncaubet, Montardit, Montbarbat, Monsempey, Monbert, Monclar, Monbahus, Monteton, Monflanquin, Montpezat, Monbalen, Monviel, Cugurmont (anc. par.), Montréal, Moncuquet, Montaguzou, Monbalan…

-CUC- (< prerom. *kūkka) : Moncuquet, Cugurmont…

-CAP (alib. ‘cap’ < lat. caput) : Maucap, Capdemail, Cap de Béou, Cap de Lacoste…

-TESTE (alib. ‘tèsta’  < lat. tĕsta) : Testou…

-MAIL (alib. ‘malh’) : Capdemail, le Mail…

-BEC (alib. ‘bèc’ < lat. beccus) : Malbec…

-MOTTE (alib. ‘mòta/mota’ < prerom. mŭtt) : la Mothe, Lamouthe, Lamothe…

(shens comptar los tipes ‘còsta’ e ‘ròca’ p.ex. Roquefère, pus larges)

-autes : l’Esquine de l’Aze, Bel-Air, Bellevue, le Terrail, la Garde…

 

12345...11
 

Luxeetvolupte |
Actuel |
Newyorkcity2012 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Insidelayers
| Lanouvelleperspective
| love star