Losarmoneir

Jornau electronic gascon en Gironda

14 septembre 2016

Provèrbes lemosins e adaptacion garonesa

Classé dans : Alhurs,Linguistica,Tradicions populàrias — Lo Sarmoneir @ 12 h 26 min

Eu es passat dins las vinhas : il a bu => Es passat dens les vinhas

Eu a ‘trapat lo còp de solelh a l’ombra : id. => A gahat un còp de sorelh a l’ombra

Eu crei que tot lo país es plan : il ne doute de rien => Crei que tot lo país es planèir

Eu a sentit quauque fum : il s’est douté de qqch => A sentit quauque hum

Eu a entendit brundir quauqua moscha : il a appris qqch => A entendut broncir quauqua mosca

Un n’es pas a l’enterrament d’un chat : on n’a pas besoin d’etre si sérieux => Som pas a l’entarrament d’un gat

Eu fará coma las nesplas : il s’amendera en vieillisst => Harà coma les mesplas

Far mai de fuòc qu’un n’a de boés  => Hèser mèi de huc que n’an de bòi

Eu a pòur de se nejar dins lo crachat => A pòur de se negat dens un escupit

Eu a ‘gut un piau blanc : il a eu peur => A aujut un peu blanc

Eu es coma las ròndres : eu ne vòu ni beure ni laissar beure => Es coma los romècs, vòu pas béver ni dishar béver

Eu es coma lo papa : infaillible => Es coma lo papa

Per far ‘na moleta, fau cassar daus uòus => Pr’hèser una moleta, fau copar eus

Un li fariá creire que las lebres bastissen sur los chasnes / que n’a pas de chamisa => Li harén acréser que les lèbes bastissen sus los casses

‘Natz portar dau fen a las polas : allez vous faire voir => Anatz portar de hen  a les polas

Plejar son profiech dins ‘na fuelha de persilh => Plegar son profit dens una hulha de peiressilh

Eu a ‘chabat de far rire : il est mort => A ‘cabat d’hèser ríser

Si ‘quela femna n’a pas d’aiga dins sos selhs, ‘la ne’n aurá dins sos uelhs : elle sera malheureuse => Se ‘quera hemna a pas d’aiga dens ses selhas, n’en aurà dens sos ulhs

Content coma ‘na graula qu’empòrta un calau => Content coma una agraula que s’empòrta un esquilhòt

Quand la sopa es facha, fau la minjar => Quòra la sopa es hèita,  fau la minjar

Quand la pola chanta, ‘la vòu póner : quand on parle de qqh, on le désire => Quòra la pola canta, vòu pón(d)er

Ne fau pas tuar tot çò qu’es  gras /totas las moschas que pican => Fau pas tuar tot çò qu’es gras /totas les moscas que fissan

N’es pas temps de fermar l’escuria quand lo chavau es partit => S’en vai pas temps de barrar l’escuria quòra lo shibau es partit

 

2 septembre 2016

TOPONYMIE GASCONNE – Entre-Deux-Mers

Classé dans : Entre Duas Mars,geografia,Linguistica — Lo Sarmoneir @ 0 h 12 min

Cette page sera mise à jour périodiquement.

 

Attention ! De nombreux  toponymes viennent en réalité de patronymes.

 

Ardilas, Lardilla : lieu argileux.

l’Artigue, les Artigauts : défrichement.

Auglaney : noisetier.

la Banlègue:banlieue.

le Barrail:enclos.

la Bécade : bécasse.

Béguey : viguier (et nom de famille) plutôt que coq.

le Bédat : bois en défens.

Bénézit : Benoît.

Béoulaïgue, Buoulaygue : ‘boit l’eau’ = terrain drainé (ou justement humide?).

la Bernède : aulnaie.

Berthoumieu : Barthélemy.

la Bigueresse : femme du viguier.

Bois du Haya(s) : hêtraie.

le Bos : bois.

Bourdelles, au Bourdieu : domaines agricoles.

Bourdiley : métayer.

la Brède : aubépine.

la Brugue : bruyère.

la Caminote : sentier.

la Canelle : tuyau (= écoulement?)

Canevelle : roseau.

Cantalaudette : chante alouette.

le Canton : carrefour.

Cap de Puch : extrémité de la colline.

Carbouey : charbonnier.

la Carreyre : route.

le Casse : chêne.

Cassecrabey : chêne des chèvres.

Castagney: châtaigneraie.

Catoy : diminutif de Catherine.

Cazaugitat : ‘jardin jeté’ = domaine agricole abandonné.

les Cherpes : charmes (en marot).

Chivaley:chevalier.

le Cibada : champ d’avoine.

les Clapiers : tas de pierres ?

aux Clottes : mares, trous d‘eau.

le Cosse : coteau.

le Cournau : hameau, coin défriché.

les Courrèges : parcelles allongées.

la Courtiade :

Coustilley : marchand de coutil, de couettes ?

Coutures : cultures.

la Crousille : carrefour ?

le Cypressat : cyprière.

Escorgeboeuf : ‘écorche boeuf’.

l’Estebot : diminutif d’Etienne.

Estevenadeau : Etienne Noël.

l’Estey : canal.

l’Eychart : essart ?

le Faure : forgeron.

la Fauresse : femme du forgeron ou vieux mot pour  »forêt’ ayant été mal compris par la suite.

Foncaude : source chaude.

Foncrose : source creuse.

Fongrave : source à fort débit.

Fonsalade : source cachée plutôt que salée.

Fonsegrède : source secrète.

la Font Caillette : source sale ?

la Font de l’Ourme : source de l’orme.

Font Peyrade:source empierrée.

Fougassey : fabricant ou marchand de fougasses.

le Fougueyra : fougeraie.

le Fraysse, le Freyche : frêne.

Freybernat : frère Bernard.

le Gabach, Gabachot : Gavache.

le Galouchey : galocher.

le Gariga : taillis de chênes.

le Gat : gué (‘t’ adventice).

le Goutey : écoulement, lieu humide.

Grand Brédat:fourré d’aubépines.

Grand Clauset : enclos.

le Grand Oustau : grande maison.

la Grande Versane : unité de mesure agraire.

les Grands Courgeaux

le Grava, la Gravette, Grave(y)ron, la Gravillouse, le Gravilla, la Gravouse : lieux avec du gravier.

Guillemot, Guillemetoün : diminutif de Guillem.

le Hageot : petit hêtre.

la Hargue, Fargues : forge.

l’Hérétey : héritier.

la Hiotte : la Guiotte, féminin de Guiot.

les Houmes : ormes.

Houneyre : écoulement d’une source.

le Hourc : bois (terme archaïque) plutôt que bifurcation.

Hout Reynente : houn treynente = source au débit lent.

le Humat : ‘le fumé’.

la Jalgue, le Jaugas : ajonc.

Jaumette : Jacquette.

Jonquière : jonchaie.

les Jurats : jurats = magistrats municipaux sous l’Ancien Régime.

Labatut : défrichement.

Lapujade : montée.

Larmurey : armurier.

Laubarède : saulaie.

Leytoure : nom de famille, signifie Lectoure en gascon.

Lourqueyre : bifurcation.

Loustalot, Loustalet : petite maison.

le Luc : bois (terme archaïque).

Malepièce : mauvaise parcelle.

Maubastit : sobriquet ‘mal bâti’

Mauhargat : sobriquet ‘mal forgé’.

le Mayne : domaine agricole.

Mayne Néou : domaine neuf.

la Mazerolle : vieille masure.

le Menusey :; menuisier.

Mestrepeyrot : maître Pierrot.

Micouleau : Nicolas ou nom de famille.

Mijema : ‘mi-mer’ = point atteint par la marée ??

la Milloque : sorgho.

le Mirail : panorama.

Monadey : nom de famille ‘monnayeur’.

Mondinot : double diminutif de Raymond.

Monsen Estèbe : Messire Etienne.

la Mouleyre: mouillère.

la Moulinasse : vieux moulin .

Nardon: diminutif de Bernard.

Naudinot : double diminutif d’Arnaud.

la Nauze : marécage.

Nouguey : noyer.

les Nougueyries : noyeraies.

l’Ormière : ormaie.

les Padouins, Padouan : pâturage.

la Palus du Gardera :  prob. marécage du défens.

la Parqueyre : parc à bétail.

Pasting : pâturage.

Pé de Loup : pas de loup.

Pellegries : cf. le vieux prénom Pellegrie.

Pelourde, la Pelou : friche.

Peybideau : Pierre Vital.

Peyguilhem : Pierre Guillaume.

Peyjouan : Pierre Jean.

le Peyrat : quai empierré ou lieu pierreux.

Peyrelebade : menhir.

la Peyreyre, la Peyrère : carrière de pierre.

la Pimpine, le Pimpin : notion d’écoulement.

Pinada : pinède.

le Plantey, le Grand Plantier, les Plantes, la Planteyre : jeune plantation de vigne.

le Plataing :

le Pont du Tos : tos = abreuvoir.

la Pontrique : passerelle.

Port de Brau : brau = marécage.

la Prade : prairie.

le Pradiot : petit pré.

Prat de la Ruye : pré du ru.

le Puch : colline.

la Ramade : lieu boisé ?

la Reuille : ru.

le Rey : sobriquet ‘le roi’.

le Roudey : charron.

les Rouqueys : lieux rocheux.

le Ruzat: rusé.

le Sabatey : savetier.

le Sablat : lieu sableux.

la Sableyre : sablière.

Saint-Martin-de-Lerm : erm = lieu désert.

Saintongey, la Saintongère : Saintongeais,e.

Sarcley : fabricant de cercles de barriques ?

la Saubotte : petite forêt.

la Sauve : forêt.

Tarrey de Castet, Terrey des Chardines : tertres (‘du château’, ‘des sardines ?’).

Terre Blanque : terre blanche = limoneuse.

Terrefort : terrain argileux.

Terrier du Casse : tertre du chêne.

le Thieuley : tuilier.

le Tucot, la Tuque : colline.

rue du Thuron : fontaine (terme archaïque).

la Traille de Roland : traille = trace, passage des troupeaux.

le Trémouil :

le Trépadeuil :

le Treuilley : dérivé de ‘pressoir’.

Vimeney : patronyme ‘vannier’.

la Vimière : oseraie.

Vinagrey : vinaigrier.

Virecourt : ‘tourne court’: bifurcation ou virage serré.

le Vitrayre : vitrier.

 

En Gavacherie :

 

les Naux, les Grenons, les Audoins ,les Pillets, les Gentis, les Roberts,les Heyrauds, les Mougneaux,  les Gérauds, les Mauberts, les Couronneaux, les Rambauds, les Soulards, les Petits, les Bretons, les Gourdins, les Peyneaux, les Baudets, les Fourniers…

27 juin 2016

Causissetz : francismes o barbarismes !

Classé dans : Linguistica,OPINION — Lo Sarmoneir @ 13 h 56 min

 »Appreni Oc, pardonar los meus francismes.  Sont d’umoristas al ANÒC, cresent vertadiérement que l’estat frances vòla unir Occitània, o quitament daissar reunificar qué-que-siaga que podria negar lo « roman national« . » (*)

 »Vòla »,  »pardonar »… Aquò’s un comentari que trobèri dens Jornalet. Aus qu’aprenen la lenga d’òc, losi forran dens la cabèça que los francismes aquò’s vergonhós, per contra los barbarismes aquò rai, la conjugason s’en foten, l’important es de parlar/escríver en òc, deu moment qu’i a pas de mòts francisats. Sui pas d’acòrd demb aquò. Tròban malurosament d’exemples a braçats, en anant horgalhar per ‘cí per ‘quí sus los sites wèb occitanistas. Jo, sabi qu’utilisi de francismes ; per contra, boti un punt d’aunor (ò, expression francesa) a n’hèser pas de fautas de conjugason.

 

 

 

(*) Per comparar, la version corrècta : Apreni l’òc, perdonatz los meus francismes. Son d’umoristas a l’ANÒC, cresen (creson ?) vertadièrament que l’estat francés vòl unir Occitània, o quitament daissar reünificar qué-que-siaga que podriá negar lo  »roman national ».

14 juin 2016

Ginhèc o pas ginhèc ?

Classé dans : Linguistica — Lo Sarmoneir @ 23 h 39 min

Dens un document de propaganda occitanista, l’interview d’una liceana :

‘’Je ne m’exprime pas vraiment en occitan en dehors des cours, sauf quelques mots, adiu, va plan, ginhèc, a totara… Il m’arrive de parler la lenga nòsta avec ma mère et avec ma grand-mère.’’

Aquera liceana es en Gironda, e cresi pas que dens sa familha la comprenin quòra ditz ‘’va plan’’ o ‘’ginhèc’’. Aqueth fotut ‘’ginhèc’’, d’alhorns, me sembla èster una invencion grosclaudesca calcada pus o mens sus lo francés ! En efèit, lo gascon ‘’gen(h)èc/gin(h)èc’’ correspond au francés ingénieux, astucieux, habile, … Vèn deu latin ingenium. Lo francés génial (atestat dempui 1865) significa qui a du génie, se refèra a quauquarrés de pulèu abstrèit e de pus fòrt. A la lemita, pòdem utilisar ‘’gen(h)èc/gin(h)èc’’ per quauqu’un qu’es génial, tant vau díser qu’a d’irèias cranament bonas ; mès l’utilisacion de génial coma exclamacion es pròpa au francés e vesi pas perqué harem lo mème litzament de sens en gascon. S’escridar ‘’ginhèc !’’ es coma s’escridar ingénieux ! en francés per díser super !  D’auta part, a mon avís, ‘’ginhèc’’ s’aplica ad una persona pulèu que non pas ad una causa.

Malurosament, n’èi pas de solucion  de remplaçament.  Pòdem díser ‘’una crana irèia’’ au lòc de ‘’una irèia ginhèca’’, mès per l’interjeccion sabi pas.

A prepaus de toponimia

Classé dans : Entre Duas Mars,geografia,Gravas,Linguistica,Paisatge — Lo Sarmoneir @ 13 h 25 min

Èi retrobat un ‘’estudi’’ qu’avèvi hèit en 2006 sus la toponimia deu vesiat de Lengon, pròva qu’aquò m’interessèva dejà. Pertant, en d’aqueth temps, vinèvi a pena de començar ad estudiar lo gascon e coneishèvi pas encara los trabalhs de Jan-Jacmes e Benedicta Fenièr, de Halip Lartiga, etc. N’avèvi pas lugit tapauc totas sòrtas de diccionaris. Donc vam ríser quauque chic !

Restaquèvi le Tiche, Mautret apui Bertric a… ‘’truc’’ ! Sabi adara que Mautret es un patronime sharantés e Bertric un diminutiu de Bertrand. Per Mouchac, seguissèvi l’estranja etimologia monchet (sivant Alain Bord), quòra ‘quò’s lo nom d’una anciana familha nòbla.

Barregèvi ‘’Pèir’’ e ‘’pèira’’ – Peyrot, Peyroulet per lo prumèir, Peyraguey, le Peyrat per lo segond – mès, urosament, sabèvi que la Carreyre n’èra pas una peirèra !

Notam que comprenèvi Fontgrave comma ‘‘hont demb grava’’, mès aprenguri pus tard que vòu díser ‘‘hont demb un fòrt debit’’. Per Batsalle, balhèvi coma ipotèsa ‘’batsarra’’… èri encara un occitanista de basa a l’epòca ! Gorret e Lagourin coma derivats de ‘’gorg’’, Gravelines (patronime picard) coma derivat de ‘’grava’’, e, pire, Saliney coma derivat de ‘’sable’’ !!!

Mès lo flòc, aquò’s lo shapitre sus la vegetacion, un comble per l’etnobotanista que sui adara. Pòdi pas rejustir a l’irèia de citar mes pègarias : Fayon e Fayau per lo haian, Lauvergne per lo vèrn, le Bédat, Béteille e les Bessanes per lo bedoc*, Meyroux per lo morèu, Bouchin e le Boucher per lo boish, Laurette per lo laurèir, Aubépin per lo bròc blanc. E lo flòc deu flòc es la corriolada de noms pretendudament restacats a Populus sp. : Violle (e disi que n’i’n a que lo traduïsen per bouleau !), le Violet, le Violon, e tabé Bidalet, Videau, les Videaux, que son, coma ec sàbem, de noms de persona. Citi tabé Bouyon dont disi que pòt víer de bouilh ‘’bedoc’’ o de bouhon ‘’bruishòc’’… dus mòts briga locaus, belèu briga gascons.

Avèvi taplan bien sentit lo rapòrt entre la Trougne e una soca, mès, a faus, via un mòt d’oïl, tronche ! Per los haurèsts, i botèvi les Guyonnets, Sèves e Seguin ! Prenèvi Verdery per un vergèir, Malherbe e Broussard per un brostèir, Boissonau per un bruishòc, le Goursin per una sèga (‘’gòrça’’), Bruhet per un brugar, e me damandèvi se le Broy vinèva pas de breuilh ‘’bruishòc’’. Pensèvi tabé que Camperos signifiquèva ‘’cep’’ ; cresi qu’aquera ipotèsa occitanista-de-basa vinèva d’Eric Astièr, pusque per un professor d’occitan normalament format – jòc de mòts ! –  lo mòt pirenenc ‘’camparòu’’ es gascon, donc es estut utilisat totjorn e pertot en ‘’Gasconha’’ e pòt s’utilisar totjorn pertot en ‘’Occitània’’, fauta de qué sètz un renegat francisat.

Indiquèvi que -ol correspondèva ad una plantacion d’aubres, e -euil/-uil/-ilh ad una esclarida.

Enfin, la rubrica ‘’aiga’’. Per jo, Larrayan, Larrouy e le Rey signifiquèvan tots tres ‘’riu’’ ; Médouc, la Dote, Douail ‘’hont’’ ; Naudin, Nautet, Nauton, Naudin, Nautic ‘’nausa’’ ; Moura ‘’marescatge’’ ; Guey ‘’ga’’. E per jo, un padoenc èra un marescatge, quòra es pulèu un pastenc. Per fenir, èi longtemps cresut que le Galouchey èra ‘’lo ga loishèir’’ = ‘’lo ga de les lòchas’’… hahahà !

Urosament qu’aqueth document de quate pajas es damorat cofidenciau, senon quala vergonha, viatdase !

N’hasèvi pas cas aus patronimes ; çaquelà los noms de personas son una partida importanta deus toponimes. Dens un estudi amator mès pus seriós qu’hèsi sus l’èx-canton de Sent Macari e que botarèi lèu en linha, s’i escai que 72 % deus toponimes son en rapòrt demb les personas ; 59 % son issuts de patronimes ; 50 % son de patronimes non modificats (o simplament picats en dus). Au contrari, sonque 25 % deus toponimes son ligats a de caracteristicas realas deus lòcs (vegetacion, sòu, ròca, construccions, vias, agricultura e elevatge, relièu, aiga). Èi lo progèit de comparar aquò demb un paisatge francament desparièir, lo de les Lanas de Gasconha ; belèu que, lo paisatge estent pus unifòrme, i aurà pus de noms de familha per diferenciar los lòcs ; mès belèu que, la populacion estent pus febla, i aurà mens de noms de familha diferents… ?

* Rapèri qu’un vedat o dehés èra un bòsc barralhat, e una vessana es una unitat de mesura agrària.

19 mai 2016

Encara una critica !

Classé dans : Linguistica,OPINION — Lo Sarmoneir @ 13 h 26 min

Tombi sus un messatge de Clamenç Flouroux sus lo site Gasconha.com, datant de 2011 :

 »Prenons l’exemple de la Calandreta de Barsac pour rester en Gironde. L’instit’ qui y travaille s’évertue à parler un gascon garonnnais des Graves de qualité. Il a passé des mois à le bosser pour transmettre un langue qui soit celle « deu parçan« . »

Un gascon de qualitat, probable, mès un gascon garonés de les Gravas, permetetz-me de n’en dobtar. Sufís de préner n’impòrta quau paragrafe de son roman  »Los camins per baish ». Hòp, dubri lo libre a l’asard :

 »Triguèt pas a l’aperitiu lo ser vengut : de tant parlar tot lo jorn, estranhament, li avè passat la set, e mei que mei li avè passat la hami de tornar audir e contar las istòrias acostumadas, las que coneishèn dempuish sègles, que ne mudavan pas jamei, las istòrias de tostemps, deu parçan e de las familhas, istòrias sempiternaus qu’estant dròlle dejà se sabèn. Lavetz, Titiri tornèt lèu a l’ostau, nat besonh de nostalgia o d’adirèir anueit. E puish li falè tornar pensar aus mòts qu’avè escambiats damb l’Erhan. Fonhiquèt bèra pausa sa memòria, e s’encontrèt pas nada brembança d’aver tant devisat damb un desconeishut, moret damb aquò. Las òras avèn corrut tota la jornada e èra arribat lo moment de desbauchar shens qu’ic sentissi venir. Ganhèt l’ostau shens véder desfilar lo camin, la vinha e los pins a l’entorn de l’autò. »

- lo ser : sud-gascon. => lo desser / lo dessèir

- vengut => vingut

- imperatiu en -è au lòc de -èva : hum… es puslèu landés (au sens large : Medòc, Buish…) mès passa encara

- audir : pas segur

- las : coma saber que se ditz [les] ?

- dempuish : sud-gascon => dempui / desempui

- sègles : passa encara dens una optica normalisatriça

- -ava => -èva ; aquò’s negar l’existéncia de conjugasons larjament gasconas

- tostemps : sud-gascon => totjorn

- sempiternaus : lo -au epicène me sembla èster puslèu sud-gascon

- anueit : OK per la grafia englobanta, mès per n’en deduíser la prononciacion… E pertant escriu  »lunh ».

- puish : sud-gascon => pui

- brembança : sud-gascon dens tota sa beutat

- sentissi => sènti (o senti)

- véder : cf. audir ; d’alhurs, tròban de vèrbes en -s- dens lo mème libre

E pui, a l’asard :

au mensh, que se n’anossin, demorèrem, medishas, mes.hidança, vita, se tafurava, milhòc, pelièr, se shegotir, cascos, trebucavas, m’avegèssi, los tractan, shudor, ventorlin, charrar, tonhut, peganta, horats, un reborit, lheit, s’estrambordava, l’ambient, sharra, vejaire, se’n descorava, prampas, berojament(2), flumi, sordeish, totun, dehòra, si, banhatòri, vrèspe, estruçar, sospitós, nècis, aperets, melicós, rapetaçar, tremoladissa, cadèn, horvari, *apèirs, *lo Goiran, melhor los gahis tu, quitament, uns, plan, a fanègas, de tira, gessit, peguejatz, òrb, *contenèir, avet, gòrra… (1)

… çò qu’empacha pas qu’i tròbin un pilòt de mòts bien d’a nòste, solide !

(1) A còps, aquò’s pas mauaisit de trobar de sinonimes pus locaus e pas pus francisats :

au mensh > au mens

que se n’anossin > que se n’angossin

demorèrem > damorèrem

medishas > medissas

mes.hidança > mauhidança, o milhor mauhidéncia

milhòc > blat d’Espanha

pelièr > mangane, arpalhant

se shegotir > se secudir

trebucavas > trabuquèvas

m’avegèssi > m’anugèssi

shudor > sudor

charrar > blagassar

tonhut > boçut

peganta > gahissa

horats > traucs

lheit > leit

prampas > pampas, flajas

totun > egau, pertant, ta(n)plan, çaquelà (e òc, çaquelà es garonés tabé)

dehòra > dahòra

si > se

vrèspe > tantòst

sospitós > mauhidós

melicós > emmeulat

rapetaçar > pedaçar

tremoladissa > grenguilhanta

cadèn > tombèn

horvari > gatiborra

uns > quauques

a fanègas > a garròts, a gargalhs, a paquets…

de tira > còp sec

gessit > sortit

peguejatz > peguèjatz

(2) Qui poirà devinar que se ditz  »broyemén » ?

12 janvier 2016

Parabòla en gascon de Podensac (33)

Classé dans : Gravas,Linguistica — Lo Sarmoneir @ 13 h 22 min

Lo goiat pròdigue

 

Un òme n’avè que dus goiats. Lo pus june dishut a son pair : « Es temps que si(i) mon mèste e qu’augi argent. Fau que pusqui m’en anar e que vedi país. Partatgetz vòste ben e balhetz-me çò que divi auger.  – Ò, mon dròlle, dishut lo pair, coma vorràs. Ès un mishant e s’ràs punit. » Apui, ovrint un tiroart, partatgèt son ben e n’en hit du(v)as porcions esgalas.

Chic de jorns après, lo mishant dròlle s’en angut deu vilatge en hints lo fièrt, e shans díder ren a digun. Travassèt bòcòp de landas, de bòis, de ribèiras e vingut dens una granda vila ont despensèt tot son argent. Au bot de quauques mes, digut vénder ses pelhas end’una vielha fama e se logar per estar vailet : l’envièren aus shamps per i gardar los aines e los buus.

Lavetz estèt bien malurús. N’augut pas mèi de lit per dromir la nuit, ni de huc per se cauhar quand hadèva frid. Avè quauque còp tant de hame qu’auré bien minjat aqueras hulhas de caulet e aqueths fruits porrits que minjan los pòrcs, mès digun ne li balhèva ren.

Un desser, lo vente vide, se dishèt tombar sus un shèite, espients per la frièsta los audèths que volèvan laugèirament. Apui vit paréisher dens lo cièl la lu(v)a e les estelas, e se dishut en plorents : « Labàs, l’ostau de mon pair es plenh de dòmestiques qu’an pan e vin, eus e hormatge tant que n’en vòlen. Pendent aqueth temps, jo mòri de hame ací.

E bé, vau me livar, airèi trobar mon pair e li dirèi : Hiri un pecat quand voluri vos quitar. Auguri grand tòrt e fau que me punissetz, ic sabi bien. Ne m’apèritz pas mèi vòste goiat, tretetz-me coma lo darrèir de vòstes vailets. Estèri copable, mès languivi lunh de vos. »

Lo pair èra dens son casau, acabents d’arrosar ses flors : vesitèva los pomèirs e los arredims. Quand vit víer suu camin son goiat tot cobèrt de sudor e de possièra, trainant la cama, poscut a pena ic créder. Se démanda se faliva que lo punissi o que lo perdonèssi… Enfin, damb les larmes aus ulhs, li alonguèt los braç, e se gitants a son còth li balhèt un gròs poton.

Apui hit asheitar son goiat, sonèt ses gents e los vesins : « Vòli l’aimar coma avants, lo praube mainatge, lesi dishut talèu qu’estèren rassemblats. Es état assès punit : que digun adare ne li hèdi nat repròishe. Vinetz lo véder, portetz-li viste un bròi paletòt, metetz-li una baga au dit, apui solièrs nèus aus pès. Poiratz tabé préner veguèirs, canards e miar un vetèth bon a tu(v)ar ; vam búver, minjar ensemble e har una grana hèsta. »

Los vailets aubeïren lur mèste e miren una bèra napa sus la taula. Au mème moments, l’ainat goiat arribèva de la caça damb sons cans. « Quau es donc aqueth bruit ? cridèt en jurents. Credi que càntatz ací ; n’es pas tròp lèu que torni. Ètz-ét fòu, mon pair ? »

« No, mon goiat, n’en sui pas, respondut lo vielh. S’hèdi aquò, aquò’s que sui plenh de jòia. Càntam e som urús, car am bien de qué. Qu’ic vulhis o no, fadrà que cantis tu tabé e que te rejoïsses damb nosauts, parce que ton frair qu’èra mòrt es revingut a la via. Aquò’s coma se vinèva de nèisher : gèir èra perdut, anuit lo valà retrobat. »

E. Duprat

14 mai 2015

Glossari pebrat

Classé dans : Linguistica — Lo Sarmoneir @ 22 h 43 min

{{abrocar}} : mettre en perce (un tonneau). Peut être utilisé grivoisement ? À voir…
{{anar a Brosseta}} : attraper une MST (argot bordelais).
{{anar a la calina}} : faire l’amour. La {calina }est la balançoire. En marmandais, on dira {{anar a la jampòla}}.
{{anar au ragassèir }}: faire l’amour.
{{anar au riga-raga }}: faire l’amour.
{{anar au sac }}: faire l’amour… sur un sac de jute.
{{auger un bròi davant }}: avoir de beaux seins.
{{auger la gaula /la quilha }}: bander.
{{auger la parpalha que reganha /qu’arreganha }}: avoir de gros seins. Littéralement ‘avoir la poitrine qui se rebiffe’.
{{aver lo popet vagant }}: être une femme facile (en Buch).
{{bàter lo peirat }}: proposition personnelle pour ‘faire le trottoir’.
{{bergamòta }}: sexe féminin. Mentionné par Mistral.
{{bèrlas }}: couilles (en bordelais). Littéralement ‘billes’.
{{bertran }}: chatte (en bazadais).
{{bicar }}: signifie souvent embrasser, mais aussi baiser dans le sens paillard.
{{bosic / bodic }}: zizi. Littéralement ‘lombric’.
{{braguèir }}: les nichons. Littéralement ‘pis’.
{{bròca }}: zizi. Littéralement ‘broche’.
{{broquet}} : zizi. Littéralement ‘fausset’.
{{cacòlhas }}: couilles (en bazadais). Littéralement ‘galles du chêne’. Ma mère avait un camarade chafré {Cacoye}.
{{calinar }}: baiser. Littéralement ‘balancer’. Verbe intransitif ?
{{camalet}} : coureur de jupons (notamment en val de Garonne). On disait {coquin coma camalet }(ou {coma Camalet}).
{{canavèla / canavèra }}: bite. Littéralement ‘canne de Provence, canne à pêche’.
{{canha }}: pute.
{{cardinat}} : mot euphémique pour le sexe masculin. Littéralement ‘chardonneret’. Dans une chanson bazadaise : {lo nòvi a un cardinat, tota la nèit lèva lo cap.}
{{se chaflar}} : se rouler une pelle (dans la Lande). Je ne pense pas qu’on dise {chaflar quauqu’un.}
{{chana }}: pipe (Ducloux). Du saintongeais {chane }‘tuyau’, équivalent de {cana.}
{{chichorit }}: chatte (en bas-médoquin).
{{chucar }}: sucer.
{{coa / coeta / coga / coda }}: queue.
{{cochar a l’ardit }}: monnayer ses charmes ? Si ce n’est pas la signification d’origine, on peut en tout cas le proposer.
{{corratèir }}: coureur de jupons (en bazadais).
{{cotoliu / cotorliu }}: mot euphémique pour le sexe féminin. Littéralement ‘cochevis’. Dans une chanson bazadaise : {la nòvia a un cotoliu, tota la nèit hèi ‘riu-chiu’. }En adoptant l’expression béarnaise {lo cotorliu que’u hè piupiu}, on aura {{lo coto(r)liu li hèi piupiu }}‘elle a le feu au cul’.
{{cujòts }}: nénés (Masson). Littéralement ‘gourdes’, etc.
{{dançar lo hròcha-monic }}>> voir {hròcha-monic.}
{{despiucelar }}: dépuceler. Le mot poli est {desficelar}.
{{s’encanhardar}} : se prostituer.
{{s’encoarrar }}: s’associer avec une femme de mauvaises moeurs (en bazadais). D’Estalenx donne d’ailleurs {coarrejar} pour ‘courir la pute’.
{{encular }}: enculer.
{{engulhar }}: enfiler. Pourrait bien s’utiliser grivoisement, même si je ne l’ai pas encore noté.
{{enjaular }}{(verbe trans.) }: draguer (d’après Masson).
{{esclipòt }}: désigne le sexe féminin en bas médoquin. Littéralement ‘tiroir, piège…’. {Virolèrem las branas, tastèrem l’esclipòt, sondèrem la ragana }(los Tradinaires).
{{estar cargada deu davant }}: avoir de gros seins.
{{fimelèir }}: coureur de jupons ; amateur de sexe (cf. le gascon {afumelit}).
{{fisson }}: ‘dard’, peut s’utiliser comme métaphore du sexe masculin (cf. Masson). De même, le verbe {{fissar}}. Masson raconte l’histoire d’une fille mise enceinte par un inconnu :
{Mèste, i a darrèir vos un borreion de bròcs, / Gaitatz se shaca branca es armada de cròcs. / Sheitatz-vos-i dessús, servitz-lisi de cibla, / Sus tant de bròcs que i a, sauratz-vos díser après : Lo qui vos a fissat ? Non, diratz a pu près, / Per díser juste es impossible ! }
{{fostrolhar }}: baiser (cf Escarpit).
{{frequentar / frecantar }}: sortir avec, ou simplement draguer. Verbe transitif ? intransitif ? les 2 ?
{{se frequentar }}: sortir ensemble.
{{galistrós }}: petit ami, avec une connotation un peu péjorative. Peut aussi signifier ‘gigolo’. Cf. la chanson bordelaise {lo Fossat daus Carmes : … rencontraram una bèra madama, que se permena avèc son galistrós… }
{{gatona }}: chatte.
{{gingar }}: danser, s’ébattre… On en fait ce qu’on veut ! Ce qui nous rappelle la chanson légère {la Bomba Sent Vincent : … Ah Cadishona, coma sus minhona, dives me creire dens ton flaflà / Sus la verdura, quala tornura, ah coma dives bien valsar !}
{{gorrina}} : signifie ‘gouine, truande, pute, prostituée, traînée, femme perdue, femme de mauvaise vie’ selon d’Estalenx. Mais dans quelle région précisément ? Pour information, il donne aussi : {ahroncilh, arrossegada, arrossegadís, arrossèga, gorrinèra, pedaç de hemna, pegulha, pegulhassa, predèra, pèth, pedaça (pedassa?), semèla, tareseta, trolhada, pigata, carnús, sharra-maugana, fadrina, descauçada, descohada, desgansolada, estaloada, bestiar de cortias, shiquèra.} Peut-être aussi {{gorrassa}}, à vérifier. Voir aussi Mistral.
{{guèita-au-trauc }}: pourrait désigner un voyeur. Littéralement ‘regarde au trou’.
{{guita }}: meuf, poule. En béarnais : chipie, fainéante. Utilisé par un ancien camarade, Jean-Sébastien Castaing, de Toulenne. Littéralement ‘cane’.
{{guitzadèir / -adeir / -aduir }}: le trou du cul (Masson emploie {guitzader }-étrange forme- pour des volailles).
{{guitzar }}: éjaculer. Ou plutôt chier (cf. Masson). {Aquò guitza }: ‘ça boume’, en Benauge. Pour ‘éjaculer’, on pourrait peut être dire {{sabar }}(et donc {{s’hèser sabar}})…
{{halhassa }}: chatte. Littéralement ‘fente’.
{{har coma a Cauderan }}: périphrase semblant vouloir dire ‘se masturber’ (cf. Ducloux pour vérifier).
{{hatalha }}: grosse poitrine (en médoquin).
{{hemnassa }}: femme de mauvaise vie (en bazadais). {Una hemnassa de tripòt}, écrivait l’abbé Ferrand. À noter que bordilha, gronha et gronhassa sont mentionnés par Suire, mais il n’est pas sûr que ce soient des mots gascons (ni même d’oc, pour les 2 derniers).
{{s’hèser brocar }}: se faire baiser, se faire mettre.
{{hèser cama-larja}} : écarter les jambes. Evidemment pas grivois, mais on en fait ce qu’on veut…
{{hèser candeletas }}: faire l’amour. Expression ‘mignonne’ ; littéralement ‘faire des galipettes’. Ne pas confondre avec {hèser la candeleta }‘agoniser’ !!
{{hròcha-monic/-monilha }}: baise. Bien sûr, on peut remplacer {hròcha }par {freta }et utiliser les différents mots pour ‘nombril’ selon le lieu ({embonic }en garonnais et bordelais, {emonic }en marmandais, {embonilh/emonilh/nombrilh }en médoquin, {esmonic }en bazadais…)
{{lamonaire}} : étrange mot pour ‘petit ami’, prétendument bordelais (cf. d’Estalenx).
{{lamproionar }}: bécoter (d’après le français régional {lamproyonner }– Hilaire), en raison du type de bouche de la lamproie. Serait très localisé en pays macarien.
{{lutzar }}: reluquer, mater (en bazadais).
{{luvar }}: reluquer, mater (en marmandais).
{{minana }}: chatte (en bazadais).
{{monaca }}: bimbo, cagole (Suire).
{{monha }}: chatte (en bazadais)
{{monhon }}: chatte (en bazadais)
{{mostós }}: chatte (Suire ?). Littéralement ‘barbouillé’.
{{ni popas ni quiu }}: se dit d’une femme plate.
{{pamparra }}: grosse poitrine.
{{parpalha }}: poitrine. Peut-être qu’il existe aussi {parpaja}.
{{parpalhòu }}: poitrine (en marmandais).
{{parpalhòta }}: terme plus affectueux pour la poitrine.
{{perligostraire }}: coureur de jupons (en Buch). En parlar negue : {har córrer le perligosta }‘courir le guilledou’, d’où {perligost(r)ar.}
{{pingueta }}: bimbo. Localisation à vérifier.
{{pista-guèita }}: pourrait désigner un voyeur. Littéralement ‘surveille-regarde’.
{{piucèu/puncèu, -èla }}: puceau, -elle.
{{popassas }}: seins, avec un suffixe péjoratif/augmentatif.
{{puta }}: pute.
{{putanèir }}: coureur de jupons (en marmandais).
{{quica }}: bite, quéquette.
{{quilha}} : bite (surtout dressée !). Localisation à préciser ; peut-être d’oïl aussi.
{{quilhar}} : bander.
{{quiqueta }}: zizi.
{{quiquia }}: zizi (en marmandais).
{{quiu / cuu}} : cul. Proverbe : {les goiatas de Barsac se descapèran lo quiu per se caperar lo cap} (pas vulgaire à l’origine, mais on peut en faire ce qu’on veut). On dit en Benauge : {auger lo quiu mostós coma un panèir de vrenhas.}
{{ragana }}: désigne le sexe féminin en Médoc, mais aussi ‘raie du cul’.
{{ragassaire, -a }}: pédé (Mistral !), mais aussi chaud lapin.
{{ragassar }}{(verbe intrans.) : }baiser.
{{ragassós, -osa }}: chaud lapin (Suire)
{{règa deu quiu }}: raie du cul (Masson).
{{regon }}: raie (ou trou) du cul (en bas médoquin).
{{riga-raga }}(m.) : baise.
{{se rinçar la règa }}: faire sa toilette intime, en plus grivois.
{{sac de cagolhas }}: chatte (Ducloux). Littéralement ‘sac d’escargots’. C’est ce qu’il y a de plus vulgaire, apparemment.
{{samença }}: sperme. Ce n’est pas un mot vulgaire, celui-ci.
{{sautaré una craba }}: se dit d’un obsédé sexuel.
{{sharron }}: chatte. Littéralement ‘moule’.
{{shona }}: chatte.
{{shonassa}} : chatte (Ducloux). Plus vulgaire que {shona.}
{{shonagassa}} : chatte (Ducloux). Plus vulgaire que {shona.}
{{tastulhejaire, -a }}: peloteur (Lacroix).
{{tastulhejar }}: peloter (Lacroix).
{{taurir }}{(verbe trans.) }: sauter, baiser (Verdié).
{{te pishi au quiu damb una granda canavèra }}: insulte dans le Marmandais (‘je te pisse à la raie’).
{{se tocar }}: se branler. Verbe euphémique, bien sûr.
{{toquilhar }}: peloter, tripoter.
{{se toquilhar}} : jouer à touche-pipi. On peut aussi l’employer pour ‘se branler’.
{{trauquet }}: cf. la chanson paillarde bazadaise {au trauquet forra-li forra-li, au trauquet forra-li dret !}
{{tringlar }}{(verbe intrans.) }: baiser (en bazadais).
{{vedilhèir }}: mot médoquin ; difficile à dire s’il représente le sexe masculin ou féminin car cela dépend des sources. Signifie à la base, populairement, ‘cordon ombilical’ et ‘nombril’. Cf.{ vedilha }‘vrille’.
{{viet }}: se retrouve dans les expressions {viet d’ase }‘aubérgine ; sapristi !’, {viet d’asoòt} ‘sapristi !’ ; également {viat d’ase, vit d’ase, vit d’auca }(ces 3 en garonnais).
{{vraisherèir }}: mot burlesque (litt. ‘buffet’) pour le sexe féminin, en Médoc.

17 avril 2015

Glossari de l’alcòl en gascon septentrionau

Classé dans : Linguistica — Lo Sarmoneir @ 20 h 44 min

TOTA CORRECCION, TOT AJOT, SON BIENVINGUTS !

a cargat : il en tient une !
avinat, -ada com una vielha toca : une comparaison rustique !
bandada : cuite.
se bandar : se bourrer la gueule.
bandat, -ada : bourré.
bandat, -ada a (la) clau : complètement bourré.
barrat, -ada : bourré, mais pas aussi évident que bandat. On dit de même barrat a clau.
bevaire, -a : buveur (en bazadais). Etymologiquement erroné puisqu’on a béver et pas *bevar.
bevet, -eda : saoul,e (en bazadais). Mot correct.
buvanèir,a : buveur (en médoquin). Etymologiquement erroné puisqu’on a buure et pas *buvar.
se cargar una baragana : se mettre une mine.
chucaire, -a : poivrot.
chucar : picoler. Notamment : chuquèva a plenh salèir (Ferrand).
chuca-vin : ivrogne.
churlaire, -a : poivrot, pilier de bar.
churlar : picoler.
clabòt,a : bourré (en bordelais).
dar trucs au barricòt : pourrait bien signifier ‘se saouler’ comme le béarnais(??) balhar còps de pè a la barrica, puisque la chanson bordelaise Lo pont de Bordèu dit : au Ropic, los ivronhes : dan trucs au barricòt / ont van totas les dònas de la ruia Sent-Ròc. Mais c’est peut-être au Barricòt qui serait un cabaret (cf. la suite de la phrase). Et puis dar est bizarre.
embrumat, -ada : pompette.
estorcedèir,a / -edeir,a /-eduir,a : déchiré (drogue), ivre mort.
far la camada / far la bomba-rombeta : faire la bringue (en bordelais).
se gahar una nhòsca/nana : se bourrer la gueule.
galetar : picoler (en bordelais).
godalha : ivrognerie (en médoquin).
godalhar : picoler. La godala ou godalh(a) est le chabrot, à Bordeaux.
hèser cuupelet au veire : vider un verre.
hèser lo brimbaut / hèser ribòta : faire la bringue (en garonnais).
horlupar : siffler.
s’ivronhar : se saouler.
ivronhàs, -assa : saoulard.
ivronhe, -a : ivrogne. (Aussi ivrònhe, -a, plus francisé).
nana : cuite. où ?
nhasca : cuite (Suire). Localisation à vérifier.
nhascat : bourré (Suire). Localisation à vérifier.
nhòsca : cuite. où ?
pintaire, -a : buveur.
pintar : boire de l’alcool.
se pintar : se saouler.
pintassaire, -a : poivrot.
pintat, -ada : saoul.
pompaire, -a : buveur, plus fort que ‘pintaire’ (poivrot).
se riflar (verbe trans.) : siffler (un verre, etc.). On dit peut-être aussi riflar.
se rinçar la gardala : s’en mettre un derrière la cravate.
shiulaire, -a : buveur. Cf. shiular, comme le français ‘siffler’.
shiulat : coup à boire.
shopinaire, -a : buveur… de chopines ! On dit : es un mèste shopinaire.
tringaire, -a : buveur.
truca-taulèir : pilier de bar.
ulhar : picoler (Suire). Au sens propre, ‘ouiller’.
vira-pintas : surnom d’ivrogne. Cf. le patronyme garonnais Virepinte/Birepinte !

Quelques comparaisons attestées, mais qui sont peut-être utilisées plutôt pour la nourriture :
borrat coma un bodic
hart coma un bodic
hart coma un lagast
plen coma un ase
plen coma una bodiquèira
sadoth coma una truja/treja

5 novembre 2014

Lo lexic variat de les vias

Classé dans : geografia,Linguistica,Paisatge — Lo Sarmoneir @ 9 h 40 min

Les vias de comunicacion son desempui l’Antiquitat de lòcs qu’atiran la populacion. Pòdem citar, en Aquitània, lo camin Gallian (Bordèu-Vasats), lo camin romiu (Bordèu-Baiona) empruntat per los sent-jaqués, lo pleonasmic camin de la via (Bordèu-Cubzac), la Cauçada (Bordèu-Cotràs-Peirigüers), lo camin hariau (camin costèir traversant la Lana Grand) o la Levada (Bordèu-Punta de Grava)…

Los toponimes se referent ad aqueras vias – e tanben a les mens importantas – pòden derivar deu gaulés camminus (la Caminòta, Camenal, les Cami(n)adas…). La nom de Sendets significa « ensemble de petits camins » (*semitellas > *sem(i)dèths). De noms pòden se referar, a l’origina, a la natura de la via : podèva estar pavada (rua Paimentada, la Herrada, la Granda Ferrada…), o simplament empeirada per facilitar lo passatge de les carretas (la Carrèira (Longa)…), omèi rehauçada coma aquò’ra la costuma dens l’Antiquitat (la Levada…). Lo latin [via] calceata, eth, nos a balhat pro de toponimes de tipe « la Cauçada » (e en particulièr Sent Martin la Cauçada).

Quauques mòts son tipics de la Lana, coma pegulhèira e cor(re)gèira que rapèlan los tragèits deus tropèths capvath los grands espacis bravichuts. Los mòts passa (puslèu maritime), tralha o viòt, eths, son mens especifics.

Dens les vilas, tròban tanben de carrèiras, mès sonqu’en gascon medievau, coma nos ec indican les placas de ruas a Sent Macari. Per contra, carruet (entre Sent Macari e La Rèula), carreiron, carreiròta, carreiròt, son totjorn visibles. Per l’anecdòta, entenduri un jorn una fama pas tan vielha emplegar lo mòt carruet. Au contrari, la Ruassa designa una granda rua.

Quauque còp, una mesura de distança es utilisada, coma per la comuna de Quarta Lèga, qu’èra a quata lègas de Blaia suu camin d’Engolesme. Per contra, Tressas e Cestàs, tradicionalament « a tres lègas » e « a sheis lègas » son de faus amics ; en realitat, Tressas designa les tèrras de Tritius, e Cestàs es una deformacion de Fescals, deu latin *fiscariis « lemita de bans senhoriaus sus un axe rotèir a peatge ».

Solide, los axes de comunicacion èran ponctuats d’estapas. Atau, bèth-arremat de lòcs pòrtan lo nom de « la Pòsta« , coma a Montuçan o a Cestàs. I fadré ajotar l’Òste, l’Ostet, l’Ostessa, Bon Òste… que rapèran aubèrjas. Etauliers vèn deu sentongés étaule « establa, escuria, aubèrja » ; per Masion, vèn deu latin *mansionem « ostau d’estapa, aubèrja ».

Poiram enfin mencionar la granda varietat de les interseccions. D’una part, les horcas (la Caforcha, los Tres Còrns [les Trois Cornes en francés], la Horcada, la Horquèira…) ; d’auta part, los quate-camins (lo Canton, Canton de les Sorcièras, los Quate Camins, la Crosilha, l’Estela…)… E milhor encara, « los Sheis Camins«  !

123456
 

Luxeetvolupte |
Actuel |
Newyorkcity2012 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Insidelayers
| Lanouvelleperspective
| love star