LOU SARMOUNEY / LE JHACASSOUS

29 mai 2020

L’olom dens los país d’òc

Classé dans : Alhors,Biologia-genetica,Ecologia, natura,Lingüistica — Lo Sarmoneir @ 0 h 09 min

L’olom – coma se ditz shas jo –, olme, orme, om, ome, alom… (Ulmus minor) es una esséncia d’aubre que tots ne’n conéishen lo nom, mès possedís taplan una particularitat : es redde rala a l’atge adulte. Au XXIe siègle, tròbam l’olom coma june aubròt, dens los bruishòcs o les sègas, mès los individús adultes son a considerar coma de vrais monuments naturaus.

En efèit, sofre d’una malausia mortala, la grafiòsi, provocada per un micrò-organisme (Ophiostoma novo-ulmi) que trava la montada de la saba bruta, çò que fenís pr’hèser flaishir lo hulhatge e per tuvar los oloms en mens de dus ans.

Una prumèira epidemia comencèt en 1916 en deishant prampó d’aubres adultes. Apui una segonda epidemia aujut lòc dens les annadas 1970, s’espandissent en França a partir de la region parisiana. ‘Quò’s en 1977 que la grafiòsi arribèt en Gironda. Dens aqueste departament, entre 1977 e 1982, lo volume d’oloms sus pè deminguèt de 88 % (Pinon & Feugey, 1994). Aquò’s considerat coma la pus grava catastròfa ecologica subida per un aubre en Euròpa desempui de siègles.

Dubri una parentèsa per mencionar quauquas anecdòtas ligadas a quauques oloms de nòsta campanha nòrd-aquitana, en dishant per costat Bordèu e l’Ormée (véser lo resumit de Larché, 2006).

L’olom de Biscarròce (Palain, 2010), vielh de 6 siègles, èra considerat coma lo mèi vielh de França. Es associat en d’una legenda : una goiata èra estada despiucelada ; coma punicion, l’estaquèren au tronc de l’olom pendent quate jorns e se morit de vergonha ; una corona de hulhas blancas apareishèva cada annada sus lo tronc de l’aubre – una particularitat genetica a l’origina de la legenda. En 2010, l’olom se morit, cruishit de vielhessa e tocat per la grafiòsi.

L’olom de Sent Avit de Solètge (Larché, 2006), de quasi 4 m de torn e 28,70 m de haut, es plantat en d’un canton, sus un cimòt, au lòc de Rauly. Dísen qu’es un d’aqueths aubres de la Libertat plantats entre heurèir e mai 1848 après la Revolucion d’Heurèir. Sa resisténcia a la malausia es esmiraglanta, au punt que ne’n hasren barbats per cultivar una linholada resistenta au Cemagref (adara Irstea) de Nogent-sur-Vernisson (Loiret).

L’olom de Menaut, a Cerons, conta sons sovenirs dens un poèma en gascon garonés de Fernand Masson dit « Florimond » : Ètz arribat tròp tard pr’enténder mon istoara / Poèta, sui ta vielh ! Dejà dempui longtemps / Cada jorn hèi partir causas de ma memoara / Cada mes, oblidar quauques evenements. / Bien sovent dens la nuit quòra tot dròm tranquille / Me crusi lo cervèth per me ressovenir / Mès ‘quò’s deu temps perdut, la nuit se passa e fila / Lo passat tot brumós pòt pas me revenir. / I a ta longtemps que sui apitat sus la bola ! / N’avèvi que trenta ans, quòra lo rei Enrí / Aqueth rei, sàbetz bien, qu’aimèva tant la pola / Au mitan de sa cort vengut passar pr’ací. / Èri dret coma un i ; dissut a Marguerita / En me montrant deu dit : « Reine, ventre-saint-gris / Qu’il est donc beau cet orme ! On peut jurer petite / Qu’il n’a pas son pareil de Pau jusqu’à Paris ! » / E les gents de Menaut, entendent Enric Quate / Se sentíren lavetz l’amor-pròpe flatat / Levèren tots la man de ne jamèi m’abàter / E la haisha e l’hauçòt m’an totjorn respectat. […] Passi mon temps adara a parlar demb mon vente / L’èi curat coma un pifre e vènen i portar / Les grolas, los pad’rons, quauqua grilha impotenta / Brèf, tots los vielhs obgèts que son bons a gitar. […] Demandi pas encara a hèser lo grand saut / Pòdetz dens l’Armanac Garonés ec escríver / E remerciar per jo lo monde de Menaut. / E valà çò qu’es hèit. Ma Musa te repèta, / Vilatge de Menaut, çò que l’olom m’a dit. / E pr’acabar, se vòs lo conselh deu poèta : / Respècta ton olom coma un aubre benit !

Mèi au levant, Ubaud (2017) cita d’autes oloms istorics, coma lo de Sant Maurici Navacèlas (34), lo de Vilaseca-Landa (11) o mèi lo de Sant Pèire d’Estripians (48) demb 5,90 m de torn (classat aubre remarcable). Shafrats « Sully », serén estats plantats a la demanda de Sully davant de glèisas en signe de reconciliacion entre catolics e protestants. E un aut usatge en Provença èra lo que seguís : « quòra l’aviá un òume espectaclós, sus d’una plaça, ‘m’una bauma au dabàs, de la fisar a-n-un pegòt (cordonèir) ».

Mès tornam a nòstes afars toponimics. Pòdem dejà mencionar un quite nom de parçan, la Lomanha, que vingré belèu d’*alomanha, drivat collectiu d’alom. D’alhors, aquestas fòrmas en a- (mèmes se son presentas en Gasconha meridionala : cítan en biarnés alomèr « bòsc d’oloms ») son sustot tipicas de l’Armanhac, deu Neraqués e deu Vasadés. Atau poiram citar : les Aloumats (47), Laloumet (47). La varietat landesa/armanhaquesa aulom, rala, es representada per Lauloum (40) e Laouloumet (32). La fòrma olom qu’utilisi se retròba dens los parlars garonés, vasadés, neraqués, landés : Louloum (40), Louloumet (33, 47), Baconnes de Louloumet (47), Prades de Loulouma (33) ; la majoritat d’aquestes toponimes se tròban dens la ribèira de Garona. Fau remarcar que los toponimes en -et son pas forçadament diminutius (latin -ittum, femenin gascon -eta) mès collectius (latin -etum, femenin gascon -eda).

Soent, tròbam de drivats d’om(e), coma lo nom de la comuna d’Omet (33) (Boyrie-Fénié, 2008). Pòden préner un sufixe simple [Houmère (65), Houmères (09)] o doble [a las Houmarettes (32), Loumadère (32), Loumarède (30)]. Lo cas de la comuna de Méracq (64) merita d’estar sinhalat, perque s’agiré d’una meishanta compreneson de l’omerac « lo bòsc d’oloms » (véser p. ex. Grosclaude, 1991) pusque de fòrmas ancianas èran Lo Merac e Louméracq, encara que la mèi vielha fòrma estussi Meirac (çò que pòt vèner d’un nom de persona gallò-roman) ; lo sufixe -ac es atipic per un collectiu vegetau. Lo nom de l’aubre pòt tabé se trobar non sufixat : les Houmes (33, 17, 16), les Oumes (16, 17, 43), lous Houmes (81), les Houms (81), les Oums (34), lous Houms (48), lous Oums (48), Val d’Houms (11), Clot des Houms (82), Terres des Oumes (16)… ‘Quò’s interessant de trobar dens les Charantas, a costat de les fòrmas d’oïl l’Houmerée (17), Terres de l’Oumerée (17), aquestas fòrmas d’òc en -ada e en -eda : les Oumarades (16), l’Oumade (17), Vallée de Loumerède (16). A prepaus de sentongés, fau saber qu’a les Essentas (33) empleguèvan lo mòt umèu, drivat de l’oïl umeau per lo marotin (parlar de la Petita Gavacheria).

‘Quò’s fòrt possible d’i restacar los toponimes shens -u- : au Homs (32), les Homs (11, 12, 34, 46, 81), Homs (34), Oms (81), Camp des Homs (47), le Champ des Oms (11), Coumbo des Homs (11), Travers des Oms (34), Village d’Homs (30). Retròbam d’alhors en Rosselhon Clots dels Homs, Colomina d’Oms, Jasse d’Oms. N’èi pas cercat d’eventualas variantas deu tipe Ons perque una requèsta sus https://territoires-fr.fr auré sortit tròp de responsas shens rapòrt !

Medissa causa per los toponimes deu tipe Homme, nombrós, que son en realitats òumes/omes : le Plan de l’Homme (34), Col de l’Homme Mort (26), le Port de l’Homme (33), e bèth-arremat d’autes…

Vegem adara la fòrma olm(e), pus pròisha deu latin ulmus, mèi orientala pusqu’es presenta sus una banda que travèssa los país d’òc per lo mitan, e redde abondosa. Dens la macrotoponimia am Lolme (24), Olmet (63), Olmet-et-Villecun (34), Laroque-d’Olmes (09), Villeneuve-d’Olmes (09), Saint-Martin-des-Olmes (63). Dens la toponimia auram : l’Holme (43), l’Olme (07, 42, 43, 63) l’Olm (30), Lolm (46), les Olms (11) Holmes (43), les Olmes (30, 63, 42, 69), Bois de l’Olme (43), Camp de l’Olm (30), Champ de l’Olme (43, 63), Pech de Lolme (46), Pont de Lolme (07), Ripe de Lolme (43), sous l’Holme (43). Los toponimes collectius, au segur, se tròban a braçats : Causse de Lolmière (46), Olmière (81), Olmières (11, 81, 82), les Olmières (30, 81), l’Holmède (30), Olmède (82), Lolmède (46), Lolmade (46), Lolmadel (82), Lolmel (46), Olmet (12, 15), Lolmet (46, 82). Auratz belèu notat que dens tots los cas precedents, s’escriu ol- ; mès i a tabé toponimes que correspónden mèi a la prononciacion, a saber : l’Houlme (07, 30), l’Oulme (06), Loulm (31), Loulme (47), les Oulms (81), les Oulmes (43), l’Oulmet (81), al Oulmet (82) qu’es una faussa trencadura, l’Oulmière (81), Loulmaire (47), Loulmède (24, 47, 82), Loulmière (46), Pâtural de l’Oulme (43), Combe d’Oulmet (07), Combe de Loulmède (46), Combe de Loulmière (81), Combes d’Oulmière (81), Puech d’Oulmière (81).

E se prénem enfin la fòrma orm(e) – am tabé remarcat una fòrma femenina dens los departaments d’Arièja e d’Aude –, pòdem citar : l’Ourme (04, 06, 24, 33, 81), les Ourmes (09, 33), Ourmes (09, 31), Lourme (47, 04, 09, 11, 24, 63), Lourm (09), l’Hourm (31), l’Hourme (33), Campdelourme (47), Camp de l’Ourme (09) e Champ de l’Ourme (04), Cami des Ourmes (47), Cap de Lourm (09), Clot des Hourmes (05), Clot(s) de l’Ourme (47), Coulet de l’Ourme (04), l’Adrech de l’Ourme (04), Lafon de Lourme (33), Pessos des Ourmes (47), Plantey des Ourmes (33), Prés de l’Ourme (33), Rec de Lourm (09), Serre de l’Ourme (05), Soula de Lourm (09), Vignes de l’Ourme (31), lous Ourmes Viels (48), Ourme de la Bentaloune (47). A véser cap de l’orm, clòt de l’orme, la font de l’orme, ne’n pòdem deduíser qu’oloms solets servèvan a reperar d’elements deu paisatge… en d’una epòca alunhada que la grafiòsi èra pa’ncara arribada ! Lourme Long (47) es curiós mès ‘quò’s belèu una faussa trencadura d’*ormelon. E demb los sufixes costumèirs : as Ourmats (82), les Ourmats (46), Lourmade (81), Lourmado (11), las Ourmades (47), les Ourmades (82), l’Hourmet (09), Lourmet (11, 24, 31, 46, 81, 82), as Ourmets (31), l’Ourmède (31), Lourmède (31, 47, 82), Lourmédo (81), l’Ourmetto (31), Lourméto (09, 11), Lourmette (31), las Ourmettos (11), les Hourmettes (31), Lourmiat (33), Lourmière (81, 82), Lourmièro (81), Ourmières (82), les Hourmières (81), Lourmasse (46, 82), e pus originau les Ourmeyroux (24). Quauques còps lo grope -en- s’introdui : l’Hourmenet (15), Lourmenat (33). Mèi rale es lo correspondent provençau deu francés ormeau : l’Ourméou (06).

Per conclúser, l’olom es bien present dens la toponimia d’òc (e d’alhors : Peitau, Charantas, Daufinat, Forés…) maugrat son abséncia de visibilitat dens lo paisatge d’anuit.

Boyrie-Fénié B., 2008. – Dictionnaire toponymique des communes, Gironde. CAIRN/InÒc, Pau, 408 p. + 1 CD.

Grosclaude M., 1991. – Dictionnaire toponymique des communes du Béarn. Escòla Gaston Febús, Pau, 416 p.

Larché J.-F., 2006. – Les promesses de l’orme de Saint-Avit-de-Soulège. Les Cahiers de l’Entre-Deux-Mers, 73 : 6-7.

Masson F., 1980. – Histoires, dichudes é countes gascouns dou Garounés, vol. 1. Maumy-Aristégui, La Rèula, 305 p.

Palain M., 2010. – L’orme légendaire de Biscarrosse. Sud-Ouest, 28/08/2010 [en linha sus https://www.sudouest.fr].

Pinon J., Feugey L., 1994. – La graphiose de l’orme : une maladie dévastatrice à causes bien identifiées. Revue Forestière Française, 46 (5) : 422-430.

Ubaud J., 2017. – Des arbres & des hommes. Architecture et marqueurs végétaux en Provence et Languedoc. Edisud, Sant Romieg, 364 p.

https://apps.atilf.fr/lecteurFEW/index.php

https://territoires-fr.fr/lieux-list1.php

Publicat lo 08/08/2019.

Los noms de Zea mays en lenga d’òc

Classé dans : Alhors,Biologia-genetica,Istòria,Lingüistica — Lo Sarmoneir @ 0 h 07 min

Lo blat d’Espanha (Zea mays), cerala redde espanduda actualament dens lo paisatge gascon (arribèra biarnesa, Shalòssa, ribèira de Garona, Vasadés e Labrit, Agenés, Armanhac, region tolosana…), estut introduït en Euròpa au XVe siègle e pus precisament dens lo Bassin aquitan (mès tabé en Bressa e en Franca-Comtat) au debut deu XVIIe siègle. Atau es a la basa d’especialitats culinàrias coma lo talo basque, la cruishada e les micas en Gasconha, lo milhàs, lo milhasson e les rimòtas en Gasconha, Guiena e Lengadòc…

Los mòts per designar Zea mays en gascon son nombrós e se restàcan a tres grands tipes : los qu’hèsen referéncia a de cerealas dejà coneishudas en Euròpa (blat, milh), los qu’hèsen referéncia ad una origina exotica, e los ligats a la textura o a la fòrma deus gruns.

Dens la prumèira categoria, lo blat (de l’ancian francic *blād) es bien representat. Lo tèrme blat d’Espanha es prampó espandut sus les termièras de Gasconha, sustot en Bordalés, Vasadés e Agenés ; aquò dit lo trobèvan tabé en Perigòrd, Bas Lemosin, Carcin, Nauta Auvèrnha, amèi en Peitau e Charantas. Ne’n drívan les fòrmas contractadas bla’spanha, bl’espanha o mèi blat-Espanha, coma gròs blat qu’es tipicament provençau. Au delà de Gasconha, troberàn blat de Turquia en Velai, blat turque en Daufinat e Provença, blat de turc e (blat de) Barbariá – lo país lonhtan deus barbares ! en ProvençaCuriosament, en Limanha aquò’ra lo gran de França !

Dens les Pirenèias, parlèvan quauques còps de blat mòro o blat (de) moro, mès tabé en Nebosan de blat marin. Fau compréner dens lo prumèir cas « blat de Maure » ; dens lo segond cas, aquò se pòt explicar en comparant demb lo mòt lengadocian blat tramar « blat d’otra-mar » : considerèvan que lo blat d’Espanha èra arribat per la mar… mès laquala ?

En Medòc, menciónan lo tèrme blat panèr, pus justament blat panèir, tant vau díser « blat que sèrv a hèser pan ».

Tota una familha empenada de mòts, pro importanta notadament en Lengadòc, Roèrgue e Gasconha, driva deu latin milium. Lo mòt lengadocian e oèst-gascon tipic es tot simplament milh, çò que pòt crear de confusions demb Panicum milia-ceum qu’apèran soent atau, shens comptar Setaria italica aperat milhada, milhar o mèi milhauca, e Sorghum bicolor aperat milhòca, milhauca o milheròca ! Lo mòt landés, biarnés e bigordan per Zea mays es milhòc, lo femenin milhòca estent redde mèi rale ; notam en passant qu’utilísan lo femenin per designar generalament de plantas pus petitas.

Tróban tabé quauques drivats de milh coma milhàs o milhasson (rales perque s’agís sustot de còcs), milhassa en País de Fois, milhièra e milhièira en Lengadòc e Bas Carcin, amèi milh gròs en Arièja dont les fòrmas contractadas son migròs, mirgòs e milgora en Coseran. Enfin, diràn milh-Espanha, comparable au blat d’Espanha.

De la Turquia, origina supausada de ‘questa cereala, vèn lo mòt turguet, apelacion tradicionala deu blat d’Espanha en Armanhac e Labrit ; la referéncia a la Turquia se retròba atau parelh dens tot l’èst de la Provença, lo Daufinat, la region lionesa, la Franca-Comtat, la Borgonha, lo Bassin parisenc e lo quite Artés (Artois).

Pus ralament, pensèvan que lo blat d’Espanha venèva d’Inda, d’ont los mòts indon e indòu dens lo sud-oèst de les Lanas, çò qu’es pas shens rapelar lo dindon francés e ses traduccions landesas coma lindon. En catalan rosselhonés, diràn d’alhors blat (d’)Inda. Quant aus mòts coseranés garnable e gran de nable, se rapòrtan a la vila de Naples, coma lo blé d’Nap’ de Torena.

Enfin, i a tota una sica-saca de mòts que vènen deu latin caryon « esquilhòt », dont l’aira de reparticion es a cavalèir sus l’òc (Perigòrd, Naut Lemosin) e l’oïl (Sentonja, Peitau, Anjau…) : per la partida occitana, s’agís de bigarroelh, migarroelh, bigarròt. Mès curiosament, en Comenge e Aran, lo mòt carrolha, de medissa etimo-logia, vòu díser « panolha ».

Publicat lo 06/03/2019.

25 janvier 2019

Etude dialectométrique #1 : phonétique

Classé dans : Lingüistica — Lo Sarmoneir @ 13 h 23 min

 

Je suis en train de réaliser une étude dialectométrique en comparant 31 dialectes d’oc ainsi que le roussillonnais. Il y aura 5 parties : phonétique, morphologie, syntaxe, conjugaison, lexique.

 

 

 

Il s’agit d’un tableau à double entrée avec le pourcentage de similarité des dialectes deux à deux.

 

 

 

La partie 1 « phonétique » est faite. Elle se base sur 26 traits phonétiques.

 

 

 

Les résultats sont intéressants :

 

 

 

- Les couples de dialectes les plus similaires phonétiquement (à 92,3 %) sont : Pau/Montagne bigourdane ; Toulouse/Albigeois ; Toulouse/Narbonnais. Rien de très étonnant. Vient ensuite Nice/Provence maritime avec 90,4 % (ce qui n’est pas bon signe pour les partisans du niçard dialecte à part… mais pour l’instant on ne regarde que l’aspect phonétique).

 

 

 

- Les couples de dialectes les plus éloignés phonétiquement (à 34,6 %) sont : Limagne/Montagne bigourdane ; Limagne/Roussillon ; Limagne/Narbonnais ; Limagne/Montpelliérain ; Velay/Narbonnais ; sud Cantal/Grande Lande ; centre Corrèze/Grande Lande. Là c’est vraiment frappant, et ça va plaire aux sécessionnistes auvergnats (mais là encore, on n’est que sur l’aspect phonétique, donc prudence). Cela explique ma sensation d’étrangeté auditive quand j’entends parler en auvergnat des locuteurs naturels (phonétiquement, cela rappelle plus le francoprovençal que les parlers aquitains).

 

 

 

Mais à présent, tenez-vous bien : j’ai pris, pour chaque dialecte, l’ensemble des pourcentages de similarité et j’en ai calculé l’écart-type (σ). Plus il est petit, plus les valeurs sont groupées, plus le dialecte peut être considéré comme « central » au niveau phonétique, c’est-à-dire équitablement proche de chaque autre dialecte. Et c’est là que – je le répète, pour l’instant juste au niveau phonétique – le mythe de l’occitan central commence à vaciller.

 

 

 

En effet, les dialectes les plus centraux phonétiquement, sont, dans l’ordre :

 

- le bergeracois (σ = 7,05)

 

- le cévénol ( σ = 8,68)

 

Exactement les deux dialectes de transition tri-dialectaux par excellence ! (bergeracois = gascon/« languedocien »/limousin ; cévénol = languedocien/provençal/auvergnat)

 

Viennent ensuite : le provençal rhodanien (σ = 8,96), le haut-dauphinois (σ = 9,16), l’aurillacois (σ = 9,23) et… le catalan roussillonnais (σ = 9,46) !

 

 

 

A contrario, les moins centraux phonétiquement comprennent justement ceux que l’on veut imposer comme étant centraux, ce qu’ils sont certes géographiquement :

 

-le narbonnais (σ = 15,97)

 

-le bas-auvergnat de Limagne (σ = 15,83) (là, rien d’étonnant)

 

-le toulousain (σ = 15,10)

 

 

 

La suite au prochain épisode avec la partie 2 « morphologie »…

 

 

 

= = =

 

 

 

Annexe : les traits étudiés

 

 

 

-j-, -a final, -a- atone, -a- tonique, -v-, -e-, -e final, pan, -c final, -r dans les substantifs, -r dans les infinitifs, -rr-/-r-, -l-, -h-, -ò-, -bl-, es- dans escòla, -cl-, -u-, -du-, -ns-, -ss-, -s + b-, -u- dans -ue-, -nn- dans annada, géminées. (J’avais oublié -ion mais je m’en suis aperçu à la fin, il aurait tout fallu refaire !)

 

23 juillet 2018

Un pauc de toponimia borguinhona

Classé dans : Alhors,Lingüistica,Paisatge - geografia — Lo Sarmoneir @ 18 h 55 min

Sàbetz que damòri en Borgonha adara. Lavetz clinam-nos sus la toponimia d’achí e traduïsem-la en gascon.

L’Aige des Prés : diu estar coma lo vielh mòt age « sèga », de l’ancian francic *hagja.

Bois du Dafoy : lo dehés o vedat (alhors : lo devés). En vielh francés : defois.

La Bouloye : lo bedorar, lòc ont póssan los bedoths o bòis blancs.

La Chanoie : lo bòsc de casses.

La Cras : lo lòc peirós (cf. craie ; tabé crâ en angevin).

Les Essarts : los treitins, les artigas.

Les Fontenottes : ‘quò’s aisit ! Aquò correspond a nòstas Honticas, Hontinas, Hontetas, Hontanilhas…

La Grande Chartre : en vielh francés ‘quò’s una carta « charte », probable qu’i avè achí una granda proprietat monacala.

Les Grandes Varennes, la Varennotte : pòt designar lo sòu d’una ribèira, mès tabé una tèrra prauba.

Les Grésilles, Grésillot : lòc peirós.

Les Herbues, les Herbuottes : son belèu de pradas. Mès a Montbéliard, una arbue èra una tèrra fòrta (deu latin *albuca, cf. aubue dens l’oèst de la França, o la comuna d’Albuga en Perigòrd).

Les Lavières : lòcs ont i a de laves, tant vau díser de lausas (pèiras platas).

Le Meix : lo maine, la bòrda.

La Mouille : correspond ad una rolha.

Mont Afrique : ‘quò’s un plèir que se masta a 600 m, donc 250 m au dessús de l’agglomeracion dijonesa. La legenda ditz qu’auré un rapòrt demb de legions romanas compausadas d’Africans, mès sivant Beaulieu, vingré d’anfractum « a la horquèira de dus camins » o d’apricus « a la rajada ». Personalament, la darrèira ipotèsa me sembla la milhora.

Les Nézillottes : en borguinhon, una neuzille es una auglana (= nosilha dens certèns dialèctes d’òc).

Les Nœuillés : los noguèirs, fòrt probable.

La Noue : la nausa (prada marescatjosa, maresc).

Le Pâquier : lo pastenc.

Le Pommeroy : vergèir de pomèirs.

Les Rouvrais : lòcs ont póssan los casses. Som taplan au mitan d’un massiu boscat dominat per los casses blancs, mès pòt estar que lo casse blanc augi pas lo mème nom que lo casse « chêne pédonculé » o que lo casse negre « chêne rouvre ».

Saussis Barrat : lòc ont póssan los sauses. Mès aqueth barrat sòna bien gascon ! Solide, lo vèrbe barrer exista bien en oïl mès sabi pas s’es barra(t) au participe passat. Belèu que ‘quò’s simplament un patronime.

Le Tremblois, le Trembloy, les Tremblées : la tremblè(i)ra, lòc ont póssan los trembles o trems.

Les Vernes : los vèrns.

La Verpillère : diu estar coma una voupèira, vielh mòt per una renardèira, lòc ont i a de renards, perque tròbam en vielh francés lo mòt verpil (a Nevers).

18 juin 2018

A propos de la boulbène

Classé dans : geografia,Lingüistica — Lo Sarmoneir @ 23 h 29 min

Je m’apprêtais à écrire un article sur le terme BOULBÈNE lorsque j’ai vu que Robert Geuljans l’avait déjà fait, avec des explications fort intéressantes. Voici donc le lien :

http://www.etymologie-occitane.fr/2015/07/bolbena-boulbene/

Il manque la notion de  »bouvée » que j’avais trouvée chez Féret dans l’est de la Gironde, francisation du gascon bobea.

Je me bornerai donc à faire remarquer que les boulbènes sont qualifiées de molasses en Français.

Voici deux cartes, la première montrant à peu près la répartition des boulbènes (de l’Oligocène), la seconde montrant les zones molassiques de façon plus large. Les deux zones sont séparées par les reliefs calcaires du pays de Serres et par la pointe du plateau landais.

molasses_oligocene

 

molasses

 

30 mars 2018

Chêne et hêtre en cartes

Classé dans : Lingüistica — Lo Sarmoneir @ 22 h 28 min

Bous èy agaillat aci débat dues (énfïn, cate !) cartes qué mòtyen lous noums d’aquéts dus aoubres siban l’ALF, apuy la loucalisacioun siban Geopatronyme dous patrounimes qu’y soun ligats.

Nouterats qué haian y es pa, l’ALF estén trop récén é dém une trame trop large.

 

chêne hetre

28 janvier 2018

Quelques toponymes intéressants en Guyenne (III)

Classé dans : Alhors,geografia,Lingüistica,Paisatge,Paisatge - geografia — Lo Sarmoneir @ 23 h 22 min

le Bancarel : diminutif de banca, à mettre en relation avec banca  »rocher » (Cévennes) ou  »culture en terrasses » (Ariège), rebanqueta  »talus » (Ariège), bancal  »carreau de jardin » (Rouergue), oc. bancau  »gradin d’un terrain en pente », etc. Le dernier sens, le plus précis, semble à retenir.

Bartalbenque : composé de barta  »fourré » et du mot albenca qui signifie  »aubier » (du bois), mais les dérivés du latin albus  »blanc » peuvent renvoyer de manière générale à des essences à bois tendre, ou à la couleur blanche. Donc il peut s’agir d’un fourré d’aubiers (saules blancs), d’aubépines…

Bosques de Griffoulet : soit  »bois de la petite source », soit fort probablement  »bois où pousse le houx » (grifolet, forme masculine de grifoleda qui est attesté, de grifol  »houx »). Il faudrait vérifier la ou les signification(s) de grifol dans ce lieu.

le Brésil : type de sable grossier, grès, rocher friable.

Canto Luserp :  »chante lézard » : lieux ensoleillé ? Ou déformation, comme de nombreux Cantelauze, Cantelauzet, Cantegrel, etc., de racines préromanes liées à la notion de roche, de relief ?

les Cartayroux :  »quarterons », désigne sans doute de  »petits quartiers », donc peut-être de petites parcelles, des parcelles divisées.

le Caussanel : sans doute un dérivé de cauce  »causse, plateau calcaire » :  »petit causse ? ». Toponyme présent à plusieurs reprises en Rouergue et Cévennes.

Cayrounasses : lieu pierreux, de cairon  »bloc de pierre équarri ».

Coste Jalade : côte gelée. Effectivement, l’exposition est au nord-est.

le Frau :  »friche, terre vague, lande inculte, en Querci, Rouergue et Limousin » (TDF). En Rouergue, afrau  »ravin couvert de broussailles » (FEW).

Granède : ce doit être une mécoupure d’*agraneda, collectif végétal en -eda se rattachant probablement aux mots rouergats et languedociens agrunèl, agrunèla, agrunàs, agranàs, etc.  »prunelle, prunellier ».

Jouncayralade : jonc  »jonc » avec un triple suffixe : -air-, -al- , -ada. Autrement dit, un lieu rempli de joncs. Mistral cite joncairòla comme diminutif.

les Moussals : peut-être morçal  »morceau, morsure » en Rouergue (d’où de petites pièces de terre ou un sobriquet), en sachant que -rs- se réduit fréquemment en -ss-, mais c’est très incertain.

Nègrenech :  »nuit noire » ! A creuser…

le Pech de l’Igue :  la colline du gouffre. Iga, en Rouergue et Quercy, désigne un gouffre ou aven (synonymes : tindol, avenc).

Peyregal : lieu pierreux, ou avec de la pierre qui s’effrite.

Poux des Estrémels : puits ou gouffre des cachettes (si c’est bien un gouffre, l’idée de cachette est compréhensible). Cf. rouergat estremador  »cachette », dauphinois estremilha  »cachette », v. estremar  »cacher, éloigner, écarter ».

Pouxcobrol : puits où viennent boire les chèvres (ou éventuellement les chevreuils), ou gouffre où vont les chèvres.

las Rabugades : plutôt que de rattacher cela au dauphinois/languedocien rabugàs   »rabougri », comme nous sommes en Guyenne, il est raisonnable de penser à rabugada/rebugada, participe passé de rabugar/rebugar  »élaguer, émonder », soit  »les (arbres) élagués, émondés ». En Bas Quercy, un rabugaire est un bûcheron.

Rieufourg : ruisseau fourchu (c’est bien le cas).

Roc de las Putos : ce n’est pas ce que vous pensez… Une déformation à partir d’une forme féminine de potz  »puits, gouffre » ?? Assez incertain.

le Suquarel : diminutif de suc  »colline ».

Trigodina :  »tarde à dîner (à midi) » : lieu stérile, qui ne procure pas assez pour se préparer à dîner ? Sobriquet d’une personne ?

13 décembre 2017

Quelques toponymes intéressants en Guyenne (I)

Classé dans : Alhors,geografia,Lingüistica,Òlt e Garona,Paisatge — Lo Sarmoneir @ 21 h 17 min

Mon objectiu es ací de barejar la Guièna, d’una faiçon tant se sii aleatòria, a la recèrca de  toponimes interessents.

 

 

Bois des Crozes : compte tenu de la topographie, cela semble bien être cròsas ‘dolines’.

le Bouscarel : boscarèl est certainement un synonyme de boscatèl ‘bosquet’.

Casse Bessou : casse besson ‘chêne à deux troncs’.

le Cauffour : cauforn ‘four à chaux’.

Chauprenat : chauprenar ‘charmaie’… ou est-ce à écrire chauprenat en tant que masculin de *chauprenada ?

Coumbe del Pé Blanc : comba del puèg blanc ‘combe entaillant la colline calcaire’.

les Crabides : crabida ‘chevreau femelle’, soit un lieu où l’on élevait des chèvres, peut-on supposer.

l’Enfouny : enfonilh ‘entonnoir’, sans doute une cavité dans la roche ou un lien avec la forme d’un cours d’eau.

Escorne-Bios : escòrna-buòus ‘écorne-bœufs’ : lieu venteux ??? 

les Eygadoux : soit c’est aigador, analogue du lieu-dit les Eygaduys, et cela désigne un conduit par où l’eau s’écoule ; soit c’est aigadós, adjectif cité par Mistral avec le sens ‘humide, d’où l’eau sourd, en parlant des terres’.

Fonqueyrude : cairuda signifie ‘carrée, anguleuse’ (cf. Mistral) mais cela signifie peut-être ‘fontaine pierreuse’ (cf. radical cair- comme dans les Queyries).

les Fonzades : fonzada ‘fond de vallée’ (cf. Mistral).

les Fumades : terres fumées.

le Garennou : garenon ‘petite garenne’, c’est-à-dire petit enclos réservé au seigneur et/ou petite chênaie.

la Glanda :  mécoupure de l’aglandar ‘le lieu riche en glands’… donc chênaie !

la Grande Pleyssade : cité uniquement comme toponyme périgourdin par Mistral ; vieux mot pour ‘haie’ conservé dans le béarnais pleishada.

Matibas : Mativàs, augmentatif de Matiu ‘Mathieu’.

les Ourmeyroux : semble être dérivé d’orme ‘orme’ : ormeirons ‘petits ormes’, soit un bosquet d’ormes.

Pépinlé : cacographie de Pépinié ?? Dans ce cas, ce serait puèg pinièr ‘colline plantée de pins’. On se trouve effectivement sur un sommet.

lac du Pesquié : tautologie, puisque pesquièr ‘étang, vivier’. Correspond chez nous en Gironde aux lieux-dits le Pesquey, le Pusquey.

Pièce Picade : comprendre sans doute picada comme ‘déboisée’ ; à noter cependant picadís ‘taillis’ en divers lieux de Guyenne.

le Pissarot : pissaròt ‘filet d’eau’.

las Sagnotes : sanhòta ‘petit marécage’.

le Suquet : suquet ‘petite colline’ ; en effet à proximité d’un sommet peu marqué. Dans les environs se trouve la Suque.

8 octobre 2017

Restablissem les fòrmas gasconas (cò-)dominantas !

Classé dans : Lingüistica,OPINION — Lo Sarmoneir @ 12 h 29 min

Lo comentari de Jig sus mon article de gèir m’a balhat l’irèia de ‘questas cartòtas basadas sus l’ALG (e pas sus lo latin, lo catalan, les lengas romanicas o l’ensemble occitan).

 

Restablissem :

- càntam, càntatz a costat de cantam, cantatz a l’indicatiu present

- cantèva a costat de cantava a l’indicatiu imperfèit

- cantarèi prononciat  »cantërèy » o  »cantérèy » e pas  »cantarèy »

- cantam !, cantatz ! pulèu que cantem !, cantetz ! a l’imperfèit

 

Compo CANTAR

26 mai 2017

Sus  »décaniller » e quauques auts mots regionaus

Classé dans : Lingüistica — Lo Sarmoneir @ 22 h 36 min

A prepaus de la reparticion quauques mots qu’hèsen partida de mon univèrs  abituau mès que son regionaus. Parlarèi pas deu famós ça daille, de la chocolatine o de les joutes o tant d’autes, mès de quauques mots que m’an hèit carcular.

 

DÉCANILLER

Èi totjorn coneishut aqueth mot que per jo totjorn significat  »hèser tombar » (tabé : ça va décaniller ! per díser que de gents van tombar, au sens pròpe o figurat, que van èster eliminats o que van se trobar mau a causa de la calor, que vai i auger de pèrtas, etc.), e que tots los mainatges de Gironda coneishen (utilisat quòra hèsen a les bèrlas) ! Tardivament, descobriri qu’èra sonque coneishut dens los diccionaris francés coma un mot lionés significant  »s’escapar a huita » (cf. borbonés quêne  »cama », lionés canille  »cama »).  »Descanilhar » es un mot de lenga d’ò (sinonime  »desquilhar ») ; un prumèir sens es  »tirar les canilhas », lo sens  »hèser tombar » es mens aisit a localisar e belèu qu’a pas la medissa etimologia. Taplan en anant horgalhar per ‘cí per ‘quí :

 

BORDALÉS :  »Décaniller = tirer sur quelque chose et l’exploser – Le dragueur bordelais pourrait utiliser cette expression et être grossier (ouuuouh !), mais elle est plus souvent utilisée par nos célébrissimes chasseurs médocains. – La définition nationale ( au contraire de notre local) est fuir, déguerpir… » (http://limagetlaplume.over-blog.com/2013/12/le-guide-argotique-du-bordelais-ou-comment-comprendre-les-bordelais.-%C3%A0-faire-circuler-dans-le-reste-de-la-france-je-me-l%C3%A8ve-ce-mat)

BORDALÉS :  »Tu es serré comme des sardines (mais tu évites de faire la danse de l’épaule d’Hanouna de peur de décaniller la mâchoire du voisin). » (https://www.yelp.fr/biz/la-calle-ocho-bordeaux-2)

TOLOSA :  »décaniller v.tr. faire tomber, d’un tir. Avec sa voiture, il a décanillé la statue de la place ! De l’occitan descanilhar. »  (http://occitanet.free.fr/tolosan/index.htm)

BORDALÉS :  »Décaniller Faire tomber quelque chose, accroché ou posé. » (http://haillan-genealogie.org/bordeluche/D.htm)

PERIGÒRD :  »Décaniller : faire tomber d’un coup (se faire décaniller : être viré, perdre les élections…) » (http://multimedia.fnac.com/multimedia/editorial/pdf/9782737369544.pdf)

ROÈRGUE :  »Décaniller par chez moi (l’Aveyron), on s’en sert pour parler des quilles (Ah! La fameuse Quille de huit aveyronnaise!) qu’on a fait tomber. » (http://lemotdujour.over-blog.com/article-1108479.html)

LEMOSIN :  »décaniller : faire tomber, d’un tir. » (https://fr.wiktionary.org/wiki/Annexe:Liste_de_mots_et_expressions_en_fran%C3%A7ais_du_Limousin) (atestacion dottosa, vist los auts mots citats)

PAÍS FOIENC :  »Décaniller : Toucher, faire tomber À la pétanque, il décanille à tous les coups, quel tireur , con ! » (http://www.museedupaysfoyen.com/actualite/le-parle-foyen/)

 

En occitan :

-Alibert :  conei sonque lo sens  »se’n anar a huita » !

-Vayssier (ROÈRGUE) : conei sonque lo sens  »tirar les canilhas » !

-Mistral : conei sonque lo sens  »tirar les canilhas » !!!!

-Couzinié (CASTRÉS) : conei sonque lo sens  »tirar les canilhas »

-Doujat (TOLOSA) : conei sonque lo sens  »tirar les canilhas » !!!!

-Queyrat (CRUESA) e Béronie & Vialle (CORRESA) : inconeishut.

-Ercvox : conei los tres sens a l’encòp :  »fuir comme un chien fouetté »,  »mettre par terre le jeu de boules » e  »écheniller »… amèi tabé  »rosser » !

 

Lo sens  »hèser tombar » diu èster d’origina gascona. Recèrcas a contunhar…

 

CANÉ

Per jo, ‘quò’s evident, être cané es èster mòrt o au sens figurat èster cruishit de fatiga. D’auta part, caner es tuvar. Pensèvi que ‘quò’ra d’argòt, mès curiosament lo TLFi balha sonque, en francés familièr : CANER Fam. Faire la cane, avoir peur, reculer devant le danger. Dens lo FEW, tròbam egau : caner v. n. ‘agoniser, mourir’ (1837) ; canage m. ‘agonie’ (1837) ; Paris cane f. ‘mort’. Seré donc un mot de París ?

D’auta part, i a tabé  »acanar/canar » que significa  »plegar » dens lo vinhau bordalés. E  »chanat » es sinonime de  »cruishit (de fatiga) » Donc cané vingré d’achí ? E poirén díser  »canat » en gascon ?

Mès çò que nos complica tot, es que los mots son abondós. Gueitatz : Npr. se caná ‘devenir creux comme un roseau’ [...] Npr. acaná ‘abattre les olives avec un roseau’ [....] bdauph. acaná [… bdauph. caná [… Apr. canar ‘mesurer à la canne’.

Sivant http://www.languefrancaise.net/forum/viewtopic.php?id=1059, semblaré que caner estussi d’òc e d’oïl a l’encòp mès belèu qu’es mèi utilisat en òc. Aquò dit, es pas coneishut per Ercvox que dens lo sens de mesurar : lo sens ligat a la mòrt es probable occitan mès pas gascon.

A crusar…

 

BERLES

 

Aquò son les billes (à jouer), e un berlon es una gròssa bèrla. Son tabé les couilles. Aqueth darrèir sens es coneishut en Bordalés (agglomeracion bordalesa, Medòc, Gravas, Entre-duas-Mars) per de quites mainatges, mès tabé… en Lauragués ! A part aquò, sembla inconeishut deu FEW.

Urosament, i a un article de Guy Suire que balha detalhs :  »Dans la secrète hiérarchie des gens de berles, jeu en phase terminale, les drolles connaissaient avec une précise précision la valeur des dites berles. D’abord la berlite, berle basique, petite boule d’argile peinte qui ternissait à l’usage, alourdissait nos culottes courtes, trouait nos poches. Alors les mamies confectionnaient des sacs de billes soumis à variations. Comme la Bourse. Le calot, confirmation de Philippe Longuet (Saint-Loubès) d’argile également colorée était la berlite format XL. Plus coté était le berlon, bille d’acier provenant en général d’un roulement à billes à grosseur variable. Au sommet, trônait l’agate, terme français, bille en pâte de verre multicolore plus ou moins importante. Echanges, trocs de berles, calots, berlons, agates ignoraient la monnaie unique.  »

Tabé :  »une berle : une bille (une canique). Un casse-berles : c’est une casse-c… » (https://sites.google.com/site/patrimoinedumedoc/inclassables/dictionnaire-aquitain)

E  tabé :  »celui qui est touché perd une bille appelée aussi berle ou pite » (http://losarmoneir.unblog.fr/2016/12/19/recueil-de-mots-gascons-a-verdelais-et-a-st-maixant/)

Aquò dit, ne’n sàbem pas pus sus l’etimologia, ni mèi sus l’estenduda geografica deu mot.

 

CHIBRER

 

A pas confónder demb chibrer  »posséder sexuellement » qu’es francés. En Bordalés e en Vasadés, coma l’èi totjorn coneishut (per jo aquò’s un mot de beauf). Significa, coma  »deishibrar » en gascon,  »copar, escagassar ».  »Shibrar » significa tabé  »espeishigar, escagalhar » en País de Buish. Sembla donc èster un mot ultralocau (sonque girondin), fòrt utilisat en francés locau.

 

ENQUI

 

Ausissi sovent oh enqui/anqui (jamèi enqui solet !). Per jo, aquò’s lo mòt de beauf pr’excelléncia. Mès aquò’s sustot lo juron bordalés pr’excelléncia, quòra boudu (con) es aqueth de Tolosa ! Les variantas son nombrosas, çò que nos aduja pas se vòlem estudiar l’etimologia ! Citarèi : oh emmi [ãmi], oh ami, oh emmigueille, oh enfi/anfi, oh enfigueille/anfigueille, oh anti, oh antigueille.

Seré tot un trabalh d’anar cercar a quala epòca tot aquò a espelit (per l’origina geografica, no’n dóttam, ‘quò’s Bordèu…). Per l’etimologia, sembla èster qu’èsti una fòrma eufemica d’enculé (per enqui)… e belèu d’enfoiré (o d’enfilé ??) (per enfi). Mès qui sap ?

 

S’Y CROIRE, S’ENTRAVER : pensèvi auger descobèrt i a pauc de temps qu’èran de regionalismes, mès s’i escai en realitat que serén bien francés ! (cf. Reverso e TLFi)

AU MAIL : a cercar !

 

1234
 

Luxeetvolupte |
Actuel |
Newyorkcity2012 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Insidelayers
| Lanouvelleperspective
| love star