LOU SARMOUNEY / LE JHACASSOUS

25 janvier 2019

Etude dialectométrique #1 : phonétique

Classé dans : Lingüistica — Lo Sarmoneir @ 13 h 23 min

 

Je suis en train de réaliser une étude dialectométrique en comparant 31 dialectes d’oc ainsi que le roussillonnais. Il y aura 5 parties : phonétique, morphologie, syntaxe, conjugaison, lexique.

 

 

 

Il s’agit d’un tableau à double entrée avec le pourcentage de similarité des dialectes deux à deux.

 

 

 

La partie 1 « phonétique » est faite. Elle se base sur 26 traits phonétiques.

 

 

 

Les résultats sont intéressants :

 

 

 

- Les couples de dialectes les plus similaires phonétiquement (à 92,3 %) sont : Pau/Montagne bigourdane ; Toulouse/Albigeois ; Toulouse/Narbonnais. Rien de très étonnant. Vient ensuite Nice/Provence maritime avec 90,4 % (ce qui n’est pas bon signe pour les partisans du niçard dialecte à part… mais pour l’instant on ne regarde que l’aspect phonétique).

 

 

 

- Les couples de dialectes les plus éloignés phonétiquement (à 34,6 %) sont : Limagne/Montagne bigourdane ; Limagne/Roussillon ; Limagne/Narbonnais ; Limagne/Montpelliérain ; Velay/Narbonnais ; sud Cantal/Grande Lande ; centre Corrèze/Grande Lande. Là c’est vraiment frappant, et ça va plaire aux sécessionnistes auvergnats (mais là encore, on n’est que sur l’aspect phonétique, donc prudence). Cela explique ma sensation d’étrangeté auditive quand j’entends parler en auvergnat des locuteurs naturels (phonétiquement, cela rappelle plus le francoprovençal que les parlers aquitains).

 

 

 

Mais à présent, tenez-vous bien : j’ai pris, pour chaque dialecte, l’ensemble des pourcentages de similarité et j’en ai calculé l’écart-type (σ). Plus il est petit, plus les valeurs sont groupées, plus le dialecte peut être considéré comme « central » au niveau phonétique, c’est-à-dire équitablement proche de chaque autre dialecte. Et c’est là que – je le répète, pour l’instant juste au niveau phonétique – le mythe de l’occitan central commence à vaciller.

 

 

 

En effet, les dialectes les plus centraux phonétiquement, sont, dans l’ordre :

 

- le bergeracois (σ = 7,05)

 

- le cévénol ( σ = 8,68)

 

Exactement les deux dialectes de transition tri-dialectaux par excellence ! (bergeracois = gascon/« languedocien »/limousin ; cévénol = languedocien/provençal/auvergnat)

 

Viennent ensuite : le provençal rhodanien (σ = 8,96), le haut-dauphinois (σ = 9,16), l’aurillacois (σ = 9,23) et… le catalan roussillonnais (σ = 9,46) !

 

 

 

A contrario, les moins centraux phonétiquement comprennent justement ceux que l’on veut imposer comme étant centraux, ce qu’ils sont certes géographiquement :

 

-le narbonnais (σ = 15,97)

 

-le bas-auvergnat de Limagne (σ = 15,83) (là, rien d’étonnant)

 

-le toulousain (σ = 15,10)

 

 

 

La suite au prochain épisode avec la partie 2 « morphologie »…

 

 

 

= = =

 

 

 

Annexe : les traits étudiés

 

 

 

-j-, -a final, -a- atone, -a- tonique, -v-, -e-, -e final, pan, -c final, -r dans les substantifs, -r dans les infinitifs, -rr-/-r-, -l-, -h-, -ò-, -bl-, es- dans escòla, -cl-, -u-, -du-, -ns-, -ss-, -s + b-, -u- dans -ue-, -nn- dans annada, géminées. (J’avais oublié -ion mais je m’en suis aperçu à la fin, il aurait tout fallu refaire !)

 

23 juillet 2018

Un pauc de toponimia borguinhona

Classé dans : Alhors,Lingüistica,Paisatge - geografia — Lo Sarmoneir @ 18 h 55 min

Sàbetz que damòri en Borgonha adara. Lavetz clinam-nos sus la toponimia d’achí e traduïsem-la en gascon.

L’Aige des Prés : diu estar coma lo vielh mòt age « sèga », de l’ancian francic *hagja.

Bois du Dafoy : lo dehés o vedat (alhors : lo devés). En vielh francés : defois.

La Bouloye : lo bedorar, lòc ont póssan los bedoths o bòis blancs.

La Chanoie : lo bòsc de casses.

La Cras : lo lòc peirós (cf. craie ; tabé crâ en angevin).

Les Essarts : los treitins, les artigas.

Les Fontenottes : ‘quò’s aisit ! Aquò correspond a nòstas Honticas, Hontinas, Hontetas, Hontanilhas…

La Grande Chartre : en vielh francés ‘quò’s una carta « charte », probable qu’i avè achí una granda proprietat monacala.

Les Grandes Varennes, la Varennotte : pòt designar lo sòu d’una ribèira, mès tabé una tèrra prauba.

Les Grésilles, Grésillot : lòc peirós.

Les Herbues, les Herbuottes : son belèu de pradas. Mès a Montbéliard, una arbue èra una tèrra fòrta (deu latin *albuca, cf. aubue dens l’oèst de la França, o la comuna d’Albuga en Perigòrd).

Les Lavières : lòcs ont i a de laves, tant vau díser de lausas (pèiras platas).

Le Meix : lo maine, la bòrda.

La Mouille : correspond ad una rolha.

Mont Afrique : ‘quò’s un plèir que se masta a 600 m, donc 250 m au dessús de l’agglomeracion dijonesa. La legenda ditz qu’auré un rapòrt demb de legions romanas compausadas d’Africans, mès sivant Beaulieu, vingré d’anfractum « a la horquèira de dus camins » o d’apricus « a la rajada ». Personalament, la darrèira ipotèsa me sembla la milhora.

Les Nézillottes : en borguinhon, una neuzille es una auglana (= nosilha dens certèns dialèctes d’òc).

Les Nœuillés : los noguèirs, fòrt probable.

La Noue : la nausa (prada marescatjosa, maresc).

Le Pâquier : lo pastenc.

Le Pommeroy : vergèir de pomèirs.

Les Rouvrais : lòcs ont póssan los casses. Som taplan au mitan d’un massiu boscat dominat per los casses blancs, mès pòt estar que lo casse blanc augi pas lo mème nom que lo casse « chêne pédonculé » o que lo casse negre « chêne rouvre ».

Saussis Barrat : lòc ont póssan los sauses. Mès aqueth barrat sòna bien gascon ! Solide, lo vèrbe barrer exista bien en oïl mès sabi pas s’es barra(t) au participe passat. Belèu que ‘quò’s simplament un patronime.

Le Tremblois, le Trembloy, les Tremblées : la tremblè(i)ra, lòc ont póssan los trembles o trems.

Les Vernes : los vèrns.

La Verpillère : diu estar coma una voupèira, vielh mòt per una renardèira, lòc ont i a de renards, perque tròbam en vielh francés lo mòt verpil (a Nevers).

18 juin 2018

A propos de la boulbène

Classé dans : geografia,Lingüistica — Lo Sarmoneir @ 23 h 29 min

Je m’apprêtais à écrire un article sur le terme BOULBÈNE lorsque j’ai vu que Robert Geuljans l’avait déjà fait, avec des explications fort intéressantes. Voici donc le lien :

http://www.etymologie-occitane.fr/2015/07/bolbena-boulbene/

Il manque la notion de  »bouvée » que j’avais trouvée chez Féret dans l’est de la Gironde, francisation du gascon bobea.

Je me bornerai donc à faire remarquer que les boulbènes sont qualifiées de molasses en Français.

Voici deux cartes, la première montrant à peu près la répartition des boulbènes (de l’Oligocène), la seconde montrant les zones molassiques de façon plus large. Les deux zones sont séparées par les reliefs calcaires du pays de Serres et par la pointe du plateau landais.

molasses_oligocene

 

molasses

 

30 mars 2018

Chêne et hêtre en cartes

Classé dans : Lingüistica — Lo Sarmoneir @ 22 h 28 min

Bous èy agaillat aci débat dues (énfïn, cate !) cartes qué mòtyen lous noums d’aquéts dus aoubres siban l’ALF, apuy la loucalisacioun siban Geopatronyme dous patrounimes qu’y soun ligats.

Nouterats qué haian y es pa, l’ALF estén trop récén é dém une trame trop large.

 

chêne hetre

19 mars 2018

Landirans : illustracion flagranta de l’occitan desterritorialisat

Classé dans : Gravas,Lanas,Lingüistica,OPINION — Lo Sarmoneir @ 21 h 44 min

Anuit, sui tombat sus aquò, en preambule a la monografia – per alhors interessenta, sonque l’estudi toponimic qu’es prampó aproximatiu – consacrada a Landirans. Que lo diable m’escapiti se lo gardolèir que ne’n es l’autor sap parlar gascon o occitan !!! Se vei deu prumèir còp qu’angut quèrre tau mòt sus Panoccitan, tau mòt sus un diccionari gascon, etc. Disi a tengut que l’occitan desterritorialisat sèrv pas a res : amics occitanistas, ne’n am achí la pròva ! Mès qué lesi auré costat d’anar damandar aus vielhs de Bruc e Brana (a Guilhòs, borg vesin de Landirans) ; son originaris deu vesiat o au mens d’entà Sòre e Sent Sefrian !

Volèvi pas mèi publicar arrés atau, mès l’afar es tròp gròs, apui Landirans es a costat de shas jo, dens lo Cernés qu’es lo país de mos aujons.

A) Lo tèxte recopiat exactament :

 

Legidor “mon amic”

 

Es dens lo langatge de los(1) nòstres aujòls qu’am lo plaser de parar(2) aqueste obratge, que conte la via de lo(1) nòstre vilatge e de sos estatjants, au long de los(1) sègles escolats.

Dab l’ajuda de mantuns Landiranès e los documents trobats dens nòstras familhas completats per la consultason(3) de las arquivas parroquialas e deus estrachs de las cedas(4) de l’estat civil de la nòstra comuna, confortats per los estrachs e las arquivas deu diocès e deu despartament.

Aqueste libre a poscut véser lo jorn apuèi(5) un temps pro long. Se comporta deus desbrembs desvolontaris voletz(6) plan nos desencusar.

Las divèrsas retrachas qu’acompanhan los tèstes vos perméteran d’imaginar la via d’autes cops dens ua França rurala nonletrada, alonhada de las classas privilegiadas.

Las legendas en quauque cops desnaturat la vertadièra istoria de nòstres ancessors. Qu’oram(4) qu’aqueste obratge troba(7) un bon acuèlh au prèp de nòstres compatriots ancians navèths de nostra comuna e deus environs véser(8) encafa mei luènh.

B) Comentaris selectius

(1) Tot occitanofòne sap que de + lo(s) se contràctan.

(2) Sui solide qu’escrivúren ‘présenter’  e que causíren aqueth mòt dens los resultats de la recèrca. Mès parar s’emplega dens lo sens concret (parar lo quiu, los braç, un libre = mochar lo quiu, alongar/ténder los braç, balhar/mochar un libre demb la man).

(3) Panoccitanisme…

(4) ??????

(5) Sabi pas se pòt s’utilisar coma prepausicion.

(6) Voletz/vòletz/volètz es ‘vous voulez’ ; fau utilisar lo subjonctiu ! (‘veuillez’) Donc : volgatz, se vòlen escríver en lengadocian estandard.

(7) Subjonctiu : tròbe.

(8) Raaaaaaa en francés ‘voire’ es pas ‘voir’… I a pas nat occitanofòne que dirà véser per ‘voire’ !!!! A pas res a… véser !

C) Prepausicion de tèxte en gascon locau

Lector mon amic

Aquò’s dens lo lengatge de nòstes davancièrs/aujons qu’am lo plaser de presentar aqueste obratge, que conta la via de nòste vilatge e de sos abitants, capvath los siègles passats.

Damb l’ajuda de mantun Landiranés e deus documents trobats dens nòstas familhas completats per la consultacion de les arshivas parropialas (deus arquius parropiaus) e deus extrèits deus registres d’estat civiu de la comuna, confortats per les arshivas (los arquius) deu diocèse (diocèsi) e deu departament.

Aqueste libre a poscut espelir après un temps pro long. S’i acàben quauques oblits, vúlhitz no’n excusar.

Los diferents extrèits(?) qu’acompànhan los tèxtes vos permetràn d’imaginar la via d’autes còps dens una França rurala illetrada, alunhada de les classas privilegiadas.

Les legendas an quauque còp desnaturat la vraia istòria de nòstes davancièrs. Espèram qu’aqueste obratge trobarà un bon aculh auprès de nòstes compatriòtas vielhs e navèths/novèths de nòsta comuna e deu vesiat, amèi enqüèra pus lunh.

-

Lettou moun amic

Acos dén lou lengatye dé nostes daouanciès/aoujouns qu’am lou plasé dé présénta aquest’oubratye, qué counte la biye dé noste bilatye é dé sous abitans, cabat lous siègles passats.

Dam l’ajude dé mantun Landiranés é dous doucuméns troubats dén nostes familles coumplétats per la counsultacioun dé lés archioues parroupiales (dous arquious parroupiaous) é dous estrèyts dous régistres d’estat cibiou dé la coumune, counfourtats per lés archioues (lous arquious) dou dioucèse (dioucèsi) é dou départemén.

Aqueste libre a pouscut espéli après un tém prou loung. S’i acaben caouques oublits, büillits noun escusa.

Lous diféréns estrèyts(?) qu’acoumpagnen lous tèxtes bous permétran d’imagina la biye d’aoutes cops déns une France rurale illétrade, alugnade dé lés classes pribilégiades.

Lés légéndes an caouque cop desnaturat la braye istòri dé nostes daouanciès. Espèreum qu’aquest’oubratye troubera um boun acuil aouprès dé nostes coumpatriotes biéils é naouèts/nouèts dé noste coumune é dou bésiat, amèy éncouère pu lugn.

28 janvier 2018

Quelques toponymes intéressants en Guyenne (III)

Classé dans : Alhors,geografia,Lingüistica,Paisatge,Paisatge - geografia — Lo Sarmoneir @ 23 h 22 min

le Bancarel : diminutif de banca, à mettre en relation avec banca  »rocher » (Cévennes) ou  »culture en terrasses » (Ariège), rebanqueta  »talus » (Ariège), bancal  »carreau de jardin » (Rouergue), oc. bancau  »gradin d’un terrain en pente », etc. Le dernier sens, le plus précis, semble à retenir.

Bartalbenque : composé de barta  »fourré » et du mot albenca qui signifie  »aubier » (du bois), mais les dérivés du latin albus  »blanc » peuvent renvoyer de manière générale à des essences à bois tendre, ou à la couleur blanche. Donc il peut s’agir d’un fourré d’aubiers (saules blancs), d’aubépines…

Bosques de Griffoulet : soit  »bois de la petite source », soit fort probablement  »bois où pousse le houx » (grifolet, forme masculine de grifoleda qui est attesté, de grifol  »houx »). Il faudrait vérifier la ou les signification(s) de grifol dans ce lieu.

le Brésil : type de sable grossier, grès, rocher friable.

Canto Luserp :  »chante lézard » : lieux ensoleillé ? Ou déformation, comme de nombreux Cantelauze, Cantelauzet, Cantegrel, etc., de racines préromanes liées à la notion de roche, de relief ?

les Cartayroux :  »quarterons », désigne sans doute de  »petits quartiers », donc peut-être de petites parcelles, des parcelles divisées.

le Caussanel : sans doute un dérivé de cauce  »causse, plateau calcaire » :  »petit causse ? ». Toponyme présent à plusieurs reprises en Rouergue et Cévennes.

Cayrounasses : lieu pierreux, de cairon  »bloc de pierre équarri ».

Coste Jalade : côte gelée. Effectivement, l’exposition est au nord-est.

le Frau :  »friche, terre vague, lande inculte, en Querci, Rouergue et Limousin » (TDF). En Rouergue, afrau  »ravin couvert de broussailles » (FEW).

Granède : ce doit être une mécoupure d’*agraneda, collectif végétal en -eda se rattachant probablement aux mots rouergats et languedociens agrunèl, agrunèla, agrunàs, agranàs, etc.  »prunelle, prunellier ».

Jouncayralade : jonc  »jonc » avec un triple suffixe : -air-, -al- , -ada. Autrement dit, un lieu rempli de joncs. Mistral cite joncairòla comme diminutif.

les Moussals : peut-être morçal  »morceau, morsure » en Rouergue (d’où de petites pièces de terre ou un sobriquet), en sachant que -rs- se réduit fréquemment en -ss-, mais c’est très incertain.

Nègrenech :  »nuit noire » ! A creuser…

le Pech de l’Igue :  la colline du gouffre. Iga, en Rouergue et Quercy, désigne un gouffre ou aven (synonymes : tindol, avenc).

Peyregal : lieu pierreux, ou avec de la pierre qui s’effrite.

Poux des Estrémels : puits ou gouffre des cachettes (si c’est bien un gouffre, l’idée de cachette est compréhensible). Cf. rouergat estremador  »cachette », dauphinois estremilha  »cachette », v. estremar  »cacher, éloigner, écarter ».

Pouxcobrol : puits où viennent boire les chèvres (ou éventuellement les chevreuils), ou gouffre où vont les chèvres.

las Rabugades : plutôt que de rattacher cela au dauphinois/languedocien rabugàs   »rabougri », comme nous sommes en Guyenne, il est raisonnable de penser à rabugada/rebugada, participe passé de rabugar/rebugar  »élaguer, émonder », soit  »les (arbres) élagués, émondés ». En Bas Quercy, un rabugaire est un bûcheron.

Rieufourg : ruisseau fourchu (c’est bien le cas).

Roc de las Putos : ce n’est pas ce que vous pensez… Une déformation à partir d’une forme féminine de potz  »puits, gouffre » ?? Assez incertain.

le Suquarel : diminutif de suc  »colline ».

Trigodina :  »tarde à dîner (à midi) » : lieu stérile, qui ne procure pas assez pour se préparer à dîner ? Sobriquet d’une personne ?

13 décembre 2017

Quelques toponymes intéressants en Guyenne (I)

Classé dans : Alhors,geografia,Lingüistica,Òlt e Garona,Paisatge — Lo Sarmoneir @ 21 h 17 min

Mon objectiu es ací de barejar la Guièna, d’una faiçon tant se sii aleatòria, a la recèrca de  toponimes interessents.

 

 

Bois des Crozes : compte tenu de la topographie, cela semble bien être cròsas ‘dolines’.

le Bouscarel : boscarèl est certainement un synonyme de boscatèl ‘bosquet’.

Casse Bessou : casse besson ‘chêne à deux troncs’.

le Cauffour : cauforn ‘four à chaux’.

Chauprenat : chauprenar ‘charmaie’… ou est-ce à écrire chauprenat en tant que masculin de *chauprenada ?

Coumbe del Pé Blanc : comba del puèg blanc ‘combe entaillant la colline calcaire’.

les Crabides : crabida ‘chevreau femelle’, soit un lieu où l’on élevait des chèvres, peut-on supposer.

l’Enfouny : enfonilh ‘entonnoir’, sans doute une cavité dans la roche ou un lien avec la forme d’un cours d’eau.

Escorne-Bios : escòrna-buòus ‘écorne-bœufs’ : lieu venteux ??? 

les Eygadoux : soit c’est aigador, analogue du lieu-dit les Eygaduys, et cela désigne un conduit par où l’eau s’écoule ; soit c’est aigadós, adjectif cité par Mistral avec le sens ‘humide, d’où l’eau sourd, en parlant des terres’.

Fonqueyrude : cairuda signifie ‘carrée, anguleuse’ (cf. Mistral) mais cela signifie peut-être ‘fontaine pierreuse’ (cf. radical cair- comme dans les Queyries).

les Fonzades : fonzada ‘fond de vallée’ (cf. Mistral).

les Fumades : terres fumées.

le Garennou : garenon ‘petite garenne’, c’est-à-dire petit enclos réservé au seigneur et/ou petite chênaie.

la Glanda :  mécoupure de l’aglandar ‘le lieu riche en glands’… donc chênaie !

la Grande Pleyssade : cité uniquement comme toponyme périgourdin par Mistral ; vieux mot pour ‘haie’ conservé dans le béarnais pleishada.

Matibas : Mativàs, augmentatif de Matiu ‘Mathieu’.

les Ourmeyroux : semble être dérivé d’orme ‘orme’ : ormeirons ‘petits ormes’, soit un bosquet d’ormes.

Pépinlé : cacographie de Pépinié ?? Dans ce cas, ce serait puèg pinièr ‘colline plantée de pins’. On se trouve effectivement sur un sommet.

lac du Pesquié : tautologie, puisque pesquièr ‘étang, vivier’. Correspond chez nous en Gironde aux lieux-dits le Pesquey, le Pusquey.

Pièce Picade : comprendre sans doute picada comme ‘déboisée’ ; à noter cependant picadís ‘taillis’ en divers lieux de Guyenne.

le Pissarot : pissaròt ‘filet d’eau’.

las Sagnotes : sanhòta ‘petit marécage’.

le Suquet : suquet ‘petite colline’ ; en effet à proximité d’un sommet peu marqué. Dans les environs se trouve la Suque.

8 octobre 2017

Restablissem les fòrmas gasconas (cò-)dominantas !

Classé dans : Lingüistica,OPINION — Lo Sarmoneir @ 12 h 29 min

Lo comentari de Jig sus mon article de gèir m’a balhat l’irèia de ‘questas cartòtas basadas sus l’ALG (e pas sus lo latin, lo catalan, les lengas romanicas o l’ensemble occitan).

 

Restablissem :

- càntam, càntatz a costat de cantam, cantatz a l’indicatiu present

- cantèva a costat de cantava a l’indicatiu imperfèit

- cantarèi prononciat  »cantërèy » o  »cantérèy » e pas  »cantarèy »

- cantam !, cantatz ! pulèu que cantem !, cantetz ! a l’imperfèit

 

Compo CANTAR

6 octobre 2017

 »Càntam, càntatz » serén vergonhós ?

Classé dans : Lingüistica,OPINION — Lo Sarmoneir @ 22 h 27 min

Èi vist per cas sus lo petit libre de conjugasons de Per Nòste quauquarrés que m’a trucat :

Preténden hèser dialectologia en se basant sus obratges locaus, mès preténden que Bellòc mèi Arnaudin, qu’èran taplan autors utilisant la lenga de son vesiat,  escríven cantam, cantatz.

Aquò’s una falsificacion ! Perqué s’encoéntan pas sonque deu biarnés ? Atau se’n angrén pas escríver atau de pègarias !

Dens d’autes cas, seré pas estat grave. Mès achí, s’agís de la negacion de fòrmas que capèran clarament 50 % deu territòri gasconofòne (coma ec mòchan les cartas de l’ALG), que son tipicament gasconas, e qu’amèi d’aquò son francament centralas ; tant vau díser que, Per Noste s’estussi pas trobat en Biarn, aurén poscut vèner les fòrmas normativas.

Au lòc d’aquò, Per Noste a espandut capvath la Gasconha empenadas aqueras fòrmas geograficament non-centralas (mès panoccitanas !), que son pas briga legitimas en Vasadés, Lana-Grand, Buish e Bòrn, Cairan, Marsan, etc., a un tau punt qu’adara los quites defensurs deu gascon septentrionau conéishen pas que cantam, cantatz. Tot de bèth gran se càntam, càntatz son pas considerats coma fautius !

Ací-devath, atz la carta qu’ilustra çò qu’assolidi (en violet son les prononciacions) :

CÀNTAM ~ CANTAM

2 juin 2017

Molhar

Classé dans : Lingüistica — Lo Sarmoneir @ 11 h 53 min

Au contrari de çò que pensan quauques còps, molhar es pas un  »francisme » en lenga d’òc. Vingut deu latin *molliare, aqueth vèrbe es dejà atestat en vielh occitan (XIIIe-XIVe s.), amèi en vielh gascon (1410 dens les Lanas). En vielh occitan tabé, lo molh es l’umiditat, en rodanenc una muelha es un lòc ont l’aiga es mòrta, dens los Aups una molha es un encrièr, e es citada a Niça l’expression metre a muelh.  Auts derivats medievaus : molhament (accion de molhar, Montpelhièr XVe s.), mulhadura (umiditat, Provença XIVe s., molhadura en lengadocian e auvernhat modèrnes), molhesir (molhar, XIVe s.). En Biarn, lo mulhatòri es l’accion de molhar o l’estat de çò qu’es molhat. En provençau, molhejar es  »humecter ».

Per molhat, reconeishi qu’es pas lo mot mèi utilisat capvath los país d’òc. Disen pr’exemple chòc, chòp, trempe, chompe, banhat, gòf, gohat…

Vegem adara lo sufixe -(i)è(i)ra. Una molhièira/molhieira (Haut Lengadòc, Bas Lemosin…) es un lòc marescatjós, dirén a nòste una nausa o una barta. En Lemosin, lo derivat es molhieirós = marescatjós.

Auts derivats : molhòc (mosca-blanca, en Carcin), armulhit/armolhós

12345
 

Luxeetvolupte |
Actuel |
Newyorkcity2012 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Insidelayers
| Lanouvelleperspective
| love star