LOU SARMOUNEY / LE JHACASSOUS

13 décembre 2017

Quelques toponymes intéressants en Guyenne (I)

Classé dans : Alhurs,geografia,Lingüistica,Òlt e Garona,Paisatge — Lo Sarmoneir @ 21 h 17 min

Mon objectiu es ací de barejar la Guièna, d’una faiçon tant se sii aleatòria, a la recèrca de  toponimes interessents.

 

 

Bois des Crozes : compte tenu de la topographie, cela semble bien être cròsas ‘dolines’.

le Bouscarel : boscarèl est certainement un synonyme de boscatèl ‘bosquet’.

Casse Bessou : casse besson ‘chêne à deux troncs’.

le Cauffour : cauforn ‘four à chaux’.

Chauprenat : chauprenar ‘charmaie’… ou est-ce à écrire chauprenat en tant que masculin de *chauprenada ?

Coumbe del Pé Blanc : comba del puèg blanc ‘combe entaillant la colline calcaire’.

les Crabides : crabida ‘chevreau femelle’, soit un lieu où l’on élevait des chèvres, peut-on supposer.

l’Enfouny : enfonilh ‘entonnoir’, sans doute une cavité dans la roche ou un lien avec la forme d’un cours d’eau.

Escorne-Bios : escòrna-buòus ‘écorne-bœufs’ : lieu venteux ??? 

les Eygadoux : soit c’est aigador, analogue du lieu-dit les Eygaduys, et cela désigne un conduit par où l’eau s’écoule ; soit c’est aigadós, adjectif cité par Mistral avec le sens ‘humide, d’où l’eau sourd, en parlant des terres’.

Fonqueyrude : cairuda signifie ‘carrée, anguleuse’ (cf. Mistral) mais cela signifie peut-être ‘fontaine pierreuse’ (cf. radical cair- comme dans les Queyries).

les Fonzades : fonzada ‘fond de vallée’ (cf. Mistral).

les Fumades : terres fumées.

le Garennou : garenon ‘petite garenne’, c’est-à-dire petit enclos réservé au seigneur et/ou petite chênaie.

la Glanda :  mécoupure de l’aglandar ‘le lieu riche en glands’… donc chênaie !

la Grande Pleyssade : cité uniquement comme toponyme périgourdin par Mistral ; vieux mot pour ‘haie’ conservé dans le béarnais pleishada.

Matibas : Mativàs, augmentatif de Matiu ‘Mathieu’.

les Ourmeyroux : semble être dérivé d’orme ‘orme’ : ormeirons ‘petits ormes’, soit un bosquet d’ormes.

Pépinlé : cacographie de Pépinié ?? Dans ce cas, ce serait puèg pinièr ‘colline plantée de pins’. On se trouve effectivement sur un sommet.

lac du Pesquié : tautologie, puisque pesquièr ‘étang, vivier’. Correspond chez nous en Gironde aux lieux-dits le Pesquey, le Pusquey.

Pièce Picade : comprendre sans doute picada comme ‘déboisée’ ; à noter cependant picadís ‘taillis’ en divers lieux de Guyenne.

le Pissarot : pissaròt ‘filet d’eau’.

las Sagnotes : sanhòta ‘petit marécage’.

le Suquet : suquet ‘petite colline’ ; en effet à proximité d’un sommet peu marqué. Dans les environs se trouve la Suque.

8 octobre 2017

Restablissem les fòrmas gasconas (cò-)dominantas !

Classé dans : Lingüistica,OPINION — Lo Sarmoneir @ 12 h 29 min

Lo comentari de Jig sus mon article de gèir m’a balhat l’irèia de ‘questas cartòtas basadas sus l’ALG (e pas sus lo latin, lo catalan, les lengas romanicas o l’ensemble occitan).

 

Restablissem :

- càntam, càntatz a costat de cantam, cantatz a l’indicatiu present

- cantèva a costat de cantava a l’indicatiu imperfèit

- cantarèi prononciat  »cantërèy » o  »cantérèy » e pas  »cantarèy »

- cantam !, cantatz ! pulèu que cantem !, cantetz ! a l’imperfèit

 

Compo CANTAR

6 octobre 2017

 »Càntam, càntatz » serén vergonhós ?

Classé dans : Lingüistica,OPINION — Lo Sarmoneir @ 22 h 27 min

Èi vist per cas sus lo petit libre de conjugasons de Per Nòste quauquarrés que m’a trucat :

Preténden hèser dialectologia en se basant sus obratges locaus, mès preténden que Bellòc mèi Arnaudin, qu’èran taplan autors utilisant la lenga de son vesiat,  escríven cantam, cantatz.

Aquò’s una falsificacion ! Perqué s’encoéntan pas sonque deu biarnés ? Atau se’n angrén pas escríver atau de pègarias !

Dens d’autes cas, seré pas estat grave. Mès achí, s’agís de la negacion de fòrmas que capèran clarament 50 % deu territòri gasconofòne (coma ec mòchan les cartas de l’ALG), que son tipicament gasconas, e qu’amèi d’aquò son francament centralas ; tant vau díser que, Per Noste s’estussi pas trobat en Biarn, aurén poscut vèner les fòrmas normativas.

Au lòc d’aquò, Per Noste a espandut capvath la Gasconha empenadas aqueras fòrmas geograficament non-centralas (mès panoccitanas !), que son pas briga legitimas en Vasadés, Lana-Grand, Buish e Bòrn, Cairan, Marsan, etc., a un tau punt qu’adara los quites defensurs deu gascon septentrionau conéishen pas que cantam, cantatz. Tot de bèth gran se càntam, càntatz son pas considerats coma fautius !

Ací-devath, atz la carta qu’ilustra çò qu’assolidi (en violet son les prononciacions) :

CÀNTAM ~ CANTAM

2 juin 2017

Molhar

Classé dans : Lingüistica — Lo Sarmoneir @ 11 h 53 min

Au contrari de çò que pensan quauques còps, molhar es pas un  »francisme » en lenga d’òc. Vingut deu latin *molliare, aqueth vèrbe es dejà atestat en vielh occitan (XIIIe-XIVe s.), amèi en vielh gascon (1410 dens les Lanas). En vielh occitan tabé, lo molh es l’umiditat, en rodanenc una muelha es un lòc ont l’aiga es mòrta, dens los Aups una molha es un encrièr, e es citada a Niça l’expression metre a muelh.  Auts derivats medievaus : molhament (accion de molhar, Montpelhièr XVe s.), mulhadura (umiditat, Provença XIVe s., molhadura en lengadocian e auvernhat modèrnes), molhesir (molhar, XIVe s.). En Biarn, lo mulhatòri es l’accion de molhar o l’estat de çò qu’es molhat. En provençau, molhejar es  »humecter ».

Per molhat, reconeishi qu’es pas lo mot mèi utilisat capvath los país d’òc. Disen pr’exemple chòc, chòp, trempe, chompe, banhat, gòf, gohat…

Vegem adara lo sufixe -(i)è(i)ra. Una molhièira/molhieira (Haut Lengadòc, Bas Lemosin…) es un lòc marescatjós, dirén a nòste una nausa o una barta. En Lemosin, lo derivat es molhieirós = marescatjós.

Auts derivats : molhòc (mosca-blanca, en Carcin), armulhit/armolhós

26 mai 2017

Sus  »décaniller » e quauques auts mots regionaus

Classé dans : Lingüistica — Lo Sarmoneir @ 22 h 36 min

A prepaus de la reparticion quauques mots qu’hèsen partida de mon univèrs  abituau mès que son regionaus. Parlarèi pas deu famós ça daille, de la chocolatine o de les joutes o tant d’autes, mès de quauques mots que m’an hèit carcular.

 

DÉCANILLER

Èi totjorn coneishut aqueth mot que per jo totjorn significat  »hèser tombar » (tabé : ça va décaniller ! per díser que de gents van tombar, au sens pròpe o figurat, que van èster eliminats o que van se trobar mau a causa de la calor, que vai i auger de pèrtas, etc.), e que tots los mainatges de Gironda coneishen (utilisat quòra hèsen a les bèrlas) ! Tardivament, descobriri qu’èra sonque coneishut dens los diccionaris francés coma un mot lionés significant  »s’escapar a huita » (cf. borbonés quêne  »cama », lionés canille  »cama »).  »Descanilhar » es un mot de lenga d’ò (sinonime  »desquilhar ») ; un prumèir sens es  »tirar les canilhas », lo sens  »hèser tombar » es mens aisit a localisar e belèu qu’a pas la medissa etimologia. Taplan en anant horgalhar per ‘cí per ‘quí :

 

BORDALÉS :  »Décaniller = tirer sur quelque chose et l’exploser – Le dragueur bordelais pourrait utiliser cette expression et être grossier (ouuuouh !), mais elle est plus souvent utilisée par nos célébrissimes chasseurs médocains. – La définition nationale ( au contraire de notre local) est fuir, déguerpir… » (http://limagetlaplume.over-blog.com/2013/12/le-guide-argotique-du-bordelais-ou-comment-comprendre-les-bordelais.-%C3%A0-faire-circuler-dans-le-reste-de-la-france-je-me-l%C3%A8ve-ce-mat)

BORDALÉS :  »Tu es serré comme des sardines (mais tu évites de faire la danse de l’épaule d’Hanouna de peur de décaniller la mâchoire du voisin). » (https://www.yelp.fr/biz/la-calle-ocho-bordeaux-2)

TOLOSA :  »décaniller v.tr. faire tomber, d’un tir. Avec sa voiture, il a décanillé la statue de la place ! De l’occitan descanilhar. »  (http://occitanet.free.fr/tolosan/index.htm)

BORDALÉS :  »Décaniller Faire tomber quelque chose, accroché ou posé. » (http://haillan-genealogie.org/bordeluche/D.htm)

PERIGÒRD :  »Décaniller : faire tomber d’un coup (se faire décaniller : être viré, perdre les élections…) » (http://multimedia.fnac.com/multimedia/editorial/pdf/9782737369544.pdf)

ROÈRGUE :  »Décaniller par chez moi (l’Aveyron), on s’en sert pour parler des quilles (Ah! La fameuse Quille de huit aveyronnaise!) qu’on a fait tomber. » (http://lemotdujour.over-blog.com/article-1108479.html)

LEMOSIN :  »décaniller : faire tomber, d’un tir. » (https://fr.wiktionary.org/wiki/Annexe:Liste_de_mots_et_expressions_en_fran%C3%A7ais_du_Limousin) (atestacion dottosa, vist los auts mots citats)

PAÍS FOIENC :  »Décaniller : Toucher, faire tomber À la pétanque, il décanille à tous les coups, quel tireur , con ! » (http://www.museedupaysfoyen.com/actualite/le-parle-foyen/)

 

En occitan :

-Alibert :  conei sonque lo sens  »se’n anar a huita » !

-Vayssier (ROÈRGUE) : conei sonque lo sens  »tirar les canilhas » !

-Mistral : conei sonque lo sens  »tirar les canilhas » !!!!

-Couzinié (CASTRÉS) : conei sonque lo sens  »tirar les canilhas »

-Doujat (TOLOSA) : conei sonque lo sens  »tirar les canilhas » !!!!

-Queyrat (CRUESA) e Béronie & Vialle (CORRESA) : inconeishut.

-Ercvox : conei los tres sens a l’encòp :  »fuir comme un chien fouetté »,  »mettre par terre le jeu de boules » e  »écheniller »… amèi tabé  »rosser » !

 

Lo sens  »hèser tombar » diu èster d’origina gascona. Recèrcas a contunhar…

 

CANÉ

Per jo, ‘quò’s evident, être cané es èster mòrt o au sens figurat èster cruishit de fatiga. D’auta part, caner es tuvar. Pensèvi que ‘quò’ra d’argòt, mès curiosament lo TLFi balha sonque, en francés familièr : CANER Fam. Faire la cane, avoir peur, reculer devant le danger. Dens lo FEW, tròbam egau : caner v. n. ‘agoniser, mourir’ (1837) ; canage m. ‘agonie’ (1837) ; Paris cane f. ‘mort’. Seré donc un mot de París ?

D’auta part, i a tabé  »acanar/canar » que significa  »plegar » dens lo vinhau bordalés. E  »chanat » es sinonime de  »cruishit (de fatiga) » Donc cané vingré d’achí ? E poirén díser  »canat » en gascon ?

Mès çò que nos complica tot, es que los mots son abondós. Gueitatz : Npr. se caná ‘devenir creux comme un roseau’ [...] Npr. acaná ‘abattre les olives avec un roseau’ [....] bdauph. acaná [… bdauph. caná [… Apr. canar ‘mesurer à la canne’.

Sivant http://www.languefrancaise.net/forum/viewtopic.php?id=1059, semblaré que caner estussi d’òc e d’oïl a l’encòp mès belèu qu’es mèi utilisat en òc. Aquò dit, es pas coneishut per Ercvox que dens lo sens de mesurar : lo sens ligat a la mòrt es probable occitan mès pas gascon.

A crusar…

 

BERLES

 

Aquò son les billes (à jouer), e un berlon es una gròssa bèrla. Son tabé les couilles. Aqueth darrèir sens es coneishut en Bordalés (agglomeracion bordalesa, Medòc, Gravas, Entre-duas-Mars) per de quites mainatges, mès tabé… en Lauragués ! A part aquò, sembla inconeishut deu FEW.

Urosament, i a un article de Guy Suire que balha detalhs :  »Dans la secrète hiérarchie des gens de berles, jeu en phase terminale, les drolles connaissaient avec une précise précision la valeur des dites berles. D’abord la berlite, berle basique, petite boule d’argile peinte qui ternissait à l’usage, alourdissait nos culottes courtes, trouait nos poches. Alors les mamies confectionnaient des sacs de billes soumis à variations. Comme la Bourse. Le calot, confirmation de Philippe Longuet (Saint-Loubès) d’argile également colorée était la berlite format XL. Plus coté était le berlon, bille d’acier provenant en général d’un roulement à billes à grosseur variable. Au sommet, trônait l’agate, terme français, bille en pâte de verre multicolore plus ou moins importante. Echanges, trocs de berles, calots, berlons, agates ignoraient la monnaie unique.  »

Tabé :  »une berle : une bille (une canique). Un casse-berles : c’est une casse-c… » (https://sites.google.com/site/patrimoinedumedoc/inclassables/dictionnaire-aquitain)

E  tabé :  »celui qui est touché perd une bille appelée aussi berle ou pite » (http://losarmoneir.unblog.fr/2016/12/19/recueil-de-mots-gascons-a-verdelais-et-a-st-maixant/)

Aquò dit, ne’n sàbem pas pus sus l’etimologia, ni mèi sus l’estenduda geografica deu mot.

 

CHIBRER

 

A pas confónder demb chibrer  »posséder sexuellement » qu’es francés. En Bordalés e en Vasadés, coma l’èi totjorn coneishut (per jo aquò’s un mot de beauf). Significa, coma  »deishibrar » en gascon,  »copar, escagassar ».  »Shibrar » significa tabé  »espeishigar, escagalhar » en País de Buish. Sembla donc èster un mot ultralocau (sonque girondin), fòrt utilisat en francés locau.

 

ENQUI

 

Ausissi sovent oh enqui/anqui (jamèi enqui solet !). Per jo, aquò’s lo mòt de beauf pr’excelléncia. Mès aquò’s sustot lo juron bordalés pr’excelléncia, quòra boudu (con) es aqueth de Tolosa ! Les variantas son nombrosas, çò que nos aduja pas se vòlem estudiar l’etimologia ! Citarèi : oh emmi [ãmi], oh ami, oh emmigueille, oh enfi/anfi, oh enfigueille/anfigueille, oh anti, oh antigueille.

Seré tot un trabalh d’anar cercar a quala epòca tot aquò a espelit (per l’origina geografica, no’n dóttam, ‘quò’s Bordèu…). Per l’etimologia, sembla èster qu’èsti una fòrma eufemica d’enculé (per enqui)… e belèu d’enfoiré (o d’enfilé ??) (per enfi). Mès qui sap ?

 

S’Y CROIRE, S’ENTRAVER : pensèvi auger descobèrt i a pauc de temps qu’èran de regionalismes, mès s’i escai en realitat que serén bien francés ! (cf. Reverso e TLFi)

AU MAIL : a cercar !

 

17 mai 2017

Aganit & cia

Classé dans : Lingüistica — Lo Sarmoneir @ 12 h 51 min

Un petit article dont l’irèia m’es estuda balhada en vesent una banderòla  »l’Aganitière » en passant a Vasats (fau díser que  »les Aganits » es un grope de musica vasadés).

AGANIT,-IDA / ARGANIT,-IDA / ARGANIC,-IGA. – Aqueths mots (tabé GANIT,-IDA / ENGANIT,-IDA) an duas significacions : d’una part  »golut,-uda » o  »ahamiat,-ada », d’auta part  »crèsse,-a ». Quala ne’n es l’etimologia ? E bé, fau pas confónder demb los vèrbes s’aganir, s’aganar qu’existen dens d’autas regions e qu’eths vènen deu celtic *wádana  »aiga » (coma ganipa, lo perigòrd/lemosin gana, lo roergàs ganèla/ganòla… – cf. lo FEW). No, cresi que ‘quò’s evident, i a una proximitat demb l’espanhòu gana  »soet, enveja » e ganar  »obténer, s’acasir ». Per gana, lo DLE de la RAE indica qu’es d’origina inconeishuda… mès per ganar :

quizá del gót. *ganan ‘codiciar’, infl. por el germ. *waidanjan ‘cosechar’ : cf. nórd. gana ‘desear con avidez’, noruego gana ‘mirar con ansia’.

Tornam-no’n au FEW : pas briga de *ganan ; mès a l’entrada *waidanjan, retròbam tot a la fin un petit paragrafe :

Bearn. aganá  »fortifier, conforter »; aganè m.  »force, ce qui conforte »; aganidè  »appétit glouton; excessive inclination vers un objet ».

N’estent pas lingüista, pòdi bien compréner lo passatge ganh > *aganhit > aganit a causa de la mutacion nh+i > n+i, mès per ganh > aganar me sembla mens logic. Aquò dit, ont es passat lo mot aganit que me sembla pertant bien coneishut ? Seré belèu fòrt localisat ? Per acabar, cèrqui donc dens lo Thesoc : dens lo Velai e lo Vivarés, avanit significa  »ahamiat » (a notar qu’en Limanha, avan =  »golut »), tot coma aganit (Roèrgue, Cantau, bas Lengadòc, Gavaudan). Donc aqueths mots son prampó espanduts en lenga d’ò. Per contra, es mens coneishut per  »avare » ; d’alhons, seré pulèu çò qu’en francés apèran avide.

3 mai 2017

Prononciacion deu lengadocian : confrontacion de l’ideologia a l’ALF

Classé dans : Alhurs,geografia,Lingüistica,OPINION — Lo Sarmoneir @ 15 h 37 min

Per justificar la grafia alibertina au lòc de l’adaptar a la realitat, los ideològues occitanistas pretenden de causas que pòden se damandar ont les son anadas cúlher.

LA PRONONCIACION DEU J EN LENGADOCIAN

Domèrgue Sumien cossidèra que la prononciacion [ʒ] deu j es  »localizada » e [dʒ] es en  »occitan estandard generau ». E jo, en partent de l’ALF, èi la carta aquí junta, que nòs mòcha clarament que la prononciacion [dʒ] es absoludament minoritària en lengadocian ; a díser lo vrai aquò’s avant tot una prononciacion provençala, mediterranèia se vòletz.

En realitat, aparei que lo lengadocian es partatjat en

- [ʒ] entà Tolosa, Fois e Carcassona e dens l’èst deu Roèrgue ;

- [ts] en Naut-Agenés, Carcin, oèst deu Roèrgue, Albigés e Orlhagués ;

- [ts/dz/z] en Brageiragués e Sarladés ;

- [tʃ] en Montpelhierenc ;

- [dʒ] (en jaune) entà Besièrs, Narbona, dens lo Gavaudan e l’Aubrac.

Curiosament, pr’un còp, ni Carcassona ni Tolosa sèrven de referéncia, mès pulèu la Provença ! Sui pas segur, taplan, que s’expliqui per l’origina provençala de Domèrgue Sumien, mès belèu per de rasons de fonetica istorica (?) o de catalanisme. Lo [ʒ], eth, sembla espudit a causa de sa gasconitat…

PRON. DU J

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA PRONONCIACION DE SABLE

Me pensi que la prononciacion ['sable] es la nòrma en lengadocian. Pertant, vésem sus la carta ací-devath que la prononciacion ['saple] es ultramajoritària en lengadocian, amèi defenís quasiment lo dialècte lengadocian, manca quauquas zònas perifericas (en ròse) coma lo Brageiragués-Sarladés, la region de Montpelhièr… Vésem tabé que [‘saplə] se disèva entà Bordèu, çò que se retròba a pics e a pelats capvath les òbras de Verdièr, Blanc, etc., per d’autes mots coma  »diaple » o  »tarriple ». Enfin, en vath de Garona entre Bordèu e Agen, existen de doblons coma  »puble/puple » e  »pible/piple » a costat de  »diable » o  »tarrible ».

SAPLE1

 

 

 

 

 

 

UÈLH, LUÈNH, NUÈCH, FUÒC

Sui atucat de véser que Domèrgue Sumien cossidèra [ɥɛl], [lɥɛn], [nɥɛtʃ], [fɥɔk], coma de fòrmas estandard en lengadocian. Tabé la Mal Coiffée (per exemple, mès pensi qu’es generalisat dens l’ensenhament) ditz [nɥɛjt] dens ses cançons. Descrivi la realtat deu XXe siègle per les cartas que seguissen ; en roge,les zònas ont les prononciacions pretendudament estandard son atestadas :

UELH NUEIT LUENH FUEC

 

 

 

E aquí, les fòrmas atestadas (es possible que per error  i augi integrat un bocin de dialècte provençau) :

UELH NUEIT LUENH FUEC_reel

 

En alibertin, balharé aquò :

UELH NUEIT LUENH FUEC_alib

Conclusion : les fòrmas estandard (se vòlem a tot prètz normalisar lo lengadocian maugrat sa granda diversitat dialectala e culturala*) diurén èster :

non pas  [ɥɛl], [lɥɛn], [nɥɛtʃ], [fɥɔk],

mès [ɛl], [nɛjt], [fjɔk] ; e, pus malaisidament, belèu [lɛn/lɛŋk]. Coma auratz comprés, son de fòrmas pus evoluadas e sustot pus eufonicas. Fau bien  véser que critiqui pas briga l’usatge de les grafias englobantas UÈLH, LUÈNH, NUÈCH/NUÈIT, FUÒC, mès lo fèit de preconisar coma estandard de prononciacions arcaïcas o ultralocalisadas tot en treitant de localisadas les que son pus espandudas !!

 

* e bé ò… Agen, Seta e Orlhac son dens tres univèrs diferents… pòden pas hèser pus desparièir !

9 janvier 2017

Lŭcerna e lézards

Classé dans : Lingüistica — Lo Sarmoneir @ 23 h 35 min

Lo latin lŭcerna  »lutz, lampa » a balhat un patòc de derivats interessants… que designan de petits reptiles comuns qu’apèram a nòste les singaletas (o sangònhas a Bordèu). Son atau aperats perque son vius coma alugrets ! Lŭcerna > lucernácula > cernalha, çarnalha. Son essencialament de mòts de l’anciana region  »Midi-Pyrénées », autament dit de la zòna d’influéncia de Tolosa.

Mès designan tabé çò qu’apèram a nòste los aluca-crampas o lutz-crampas, aqueth còp en rason de la lutz qu’emeten : lusèrna, luèrna, lusièrna, luserneta… aquò sustot dens l’èst deus país d’ò.

E çò qu’es pus distresent es qu’a Montpelhièr, una lucèrna èra una espècia de peish !

Per no’n tornar a les singaletas, èi enveja de citar aquí-devath, per los amators de dialectologia, tota una corriolada de variantas :

angròta, çarnalha, çarnilha, cernalha, chinchòla, chinsòla, culau, engrajola, engranolha, engrautina, engrinhauda, engrinjòla, engrisòla, engròta, esgrinjòla, grajola, graujòla, grijòla, grinjòla, fissorda, hissangla, luseta, rapieta, sagarlina, sancaleta, sancalina, sancarlina, sangaleta, sangalina, sangarleta, sanglanha, sanglantina, sanglareta, sanglarina, sanglina, sanglòla, sangòina, sangònha, sangrahusa, sangranha, sangrianha, sangrisòla, sanguelina, sanguineta, sangusia, sanluseta, santanhèra, sarelanha, sarlotina, sarrangleta, secalina, segondina, senda, sendan, sendra, sengarlina, sengrialha, senta-causia, sentan, sentra, shancalina, shancalhina, shicolana, shigarlina, shingraula, shishangla, shishangleta, sicolana, sicolaneta, sigarlina, sinaula, sincarlina, sindan, sindon, singardana, singarlina, singlanda, singlantana, singlauta, singlenta, singraula, singrauleta, singraulha, singraulheta, singueneta, singuineta, sinsaròla, sinsòla, sinsoleta, sinzòla…

(‘Quò’s interessant de véser sus l’ALF que l’òc mèi lo peitavin-sentongés destingan netament lo  »lézard vert » deu  »lézard des murailles ».)

8 janvier 2017

Parabole en marotin de Lamothe-Landerron

Classé dans : Entre Duas Mars,Lingüistica,Literatura — Lo Sarmoneir @ 22 h 13 min

lamothe-l

19 décembre 2016

Recueil de mots gascons à Verdelais et à St-Maixant

Classé dans : Entre Duas Mars,Lingüistica,Literatura,Tradicions populàrias — Lo Sarmoneir @ 23 h 45 min

Ici, le gascon a disparu du paysage oral. A Verdelais, je n’ai entendu que Thierry Latestère qui nous parlait de sa grand-mère parlant gascon bazadais et qui disait quelque chose du genre  »vau te fóter un clapat » (je crois). Jean et Jany Fonteyraud, qui ont la soixantaine, ont dit ne pas connaître le gascon. Quant à notre voisin André Lavigne (né dans les années 1920), il a parlé d’  »anguiles » et de  »gourgue » mais c’est tout ; et Maurice Chevillard, nous allons en parler ci-dessous.

Outre l’enquête Bourciez, les mots déjà trouvés dans les archives (carruet, ormièra, balet, pinhadar, hauressa, jauga, vimièra…) et ceux de la toponymie (nogueiria, luc, rodèir, rolha, nausa, sarra la coa, graveta, nèga-can, astoret, gravar, galoishèr, Bernilha, Bertric, padoenc…), deux livres nous fournissent quelques mots de français régional issus du gascon, ou de gascon directement si l’on préfère. Voici de quoi il s’agit :

 

Lucienne SINZELLE, Mon Malagar, Gallimard, 2001. (née en 1927)

  •  »un grand sac rempli des feuilles qui entouraient les épis de maïs (et qu’on appelait des panouilles) »
  •  »là, toutes les trois, on  »épanouillait » ensemble le maïs »
  •  »Parfois le tourin à l’ail la remplaçait »
  •  »Vous vous souvenez sûrement, Jean, avoir vu mon père faire chabrot »
  •  »une culotte  »pisse-droit » (piche-biste en patois) qui lui descendait jusqu’aux genoux »
  •  »Notre mère faisait la lessive (la bugade en patois) »
  •  »Les plus gros étaient utilisés comme  »carassons », des piquets pour  la vigne »
  •  »Mon père et Jean Ducasse avaient, attaché à la ceinture, un étui – le coudey en patois »
  •  »Comme il restait toujours du   »cavaillon », un peu de terre, entre les ceps »
  •  »elles décavaillonnaient avec une bêche dentelée »
  •  »tracer une ligne bien droite, à l’extrémité des règes »
  •  »Le matin, les vendangeurs se retrouvaient sous le hangar à côté du cuvier, où étaient entassés les baillots »
  •  »Sur place, les hommes déchargeaient les comportes, ou bastes »
  •  »C’est par la petite fête du  »pampaillet » qu’on célébrait à Malagar la fin des vendanges »
  •  »L’hiver, dans les vignes, nous recueillions des baraganes (poireaux sauvages) »
  •  »M. Dubourg jurait beaucoup et toujours en patois : midedious (mille Dieu), Diou biban (nom de Dieu). Les gens, à Malagar, ne parlaient entre eux que le patois. Je me souviens si bien : le chien, c’était lou cagnot, le château, lou castel, le chapeau, lou capet, la maison, l’oustaou, la vaisselle, la bachére, sans oublier le fameux quézaco et l’inoubliable adichats pour dire au revoir, ou plutôt adieu »
  •  »nous avions la charge de les transporter dans la souillarde du château »
  •  »celui-ci m’avait rapporté des Pyrénées une  »mounaque », une poupée de chiffon »
  •  »Je cueillais aussi de l’herbe pour les lapins [...] les  »coudennes », le  »traverse-chemin » »
  •  »Lou martéou, il s’appelle  »reviens », nous disait-il »
  •  »les lézards (que nous appelions des singualettes) »
  •  »j’entendais la pauvre femme le supplier en patois :  »Déche mé, déche mé »  »
  •  »Je constituais les fagots de sarments et déposais sur chacun d’eux une  »andorte » en osier »

Marc-Hercule DILAVI (pseudo de Maurice CHEVILLARD), Les murmures du Galouchey, à compte d’auteur, 2016 (né dans les années 1940)

  •  »un gros écrou rouillé venant du bourrier »
  •  »les  »bouzigs », appelés aussi lombrics »
  •  »son jeune drôle avait caché le seau avec les anguilles »
  •  »tu vas vite passer par la Gourgue »
  •  »je voulais jouer au  »pet » (il faut bien prononcer la lettre t finale) »
  •  »une grosse bille en verre comme une agate ou en fer, c’est alors un  »berlon »  »
  •  »celui qui est touché perd une bille appelée aussi berle ou pite »
  •  »Ce dernier vérifie que c’est une bonne berle et non pas une saloperie de  »cacugne ». »
  • Si un joueur a perdu toutes ses berles, il est dit  »cougnut ». »
  •  »je tire en  »plombet », c’est-à-dire en lui tombant directement dessus »  (Rq : un plombet ou plombèu est un fil à plomb)
  •  »Ici les petits oiseaux sont des  »pachirocs » ou des  »roupits » »
  •  »Il dit que le  »bayot » de ma grand-mère est un panier. »
  •  »Je me dépêchais de couper [...] des branches bien touffues d’aubier »
  •  »Notre coup de filet compte au moins soixante poissons,mais pas un seul  »créac’ »’
  •  »Nous équarrissons à l »’ahouzet’‘, sorte de serpe à la lame courbe »
  •  »Ils seraient capables de tout avaler, boudiou »
  •  »monsieur ne veut plus aller travailler avec ses esclops »
  •  »les coups d’aiguillon et de  »vimes » cinglants »
  •  »les sarments et mes  »vignottes » étaient embarqués et entreposés au sec »
  •  »tous deux dégustaient après avoir mélangé ail et persil haché, sa sanquette »
  •  »couchée sur le  »banchet » sorte de table creuse en forme de quart de cercle »  (est-ce bien gascon ? je n’en sais rien pour l’instant !)
12345
 

Luxeetvolupte |
Actuel |
Newyorkcity2012 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Insidelayers
| Lanouvelleperspective
| love star