LOU SARMOUNEY / LE JHACASSOUS

  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2018

28 janvier 2018

Quelques toponymes intéressants en Guyenne (III)

Classé dans : Alhurs,geografia,Lingüistica,Paisatge,Paisatge - geografia — Lo Sarmoneir @ 23 h 22 min

le Bancarel : diminutif de banca, à mettre en relation avec banca  »rocher » (Cévennes) ou  »culture en terrasses » (Ariège), rebanqueta  »talus » (Ariège), bancal  »carreau de jardin » (Rouergue), oc. bancau  »gradin d’un terrain en pente », etc. Le dernier sens, le plus précis, semble à retenir.

Bartalbenque : composé de barta  »fourré » et du mot albenca qui signifie  »aubier » (du bois), mais les dérivés du latin albus  »blanc » peuvent renvoyer de manière générale à des essences à bois tendre, ou à la couleur blanche. Donc il peut s’agir d’un fourré d’aubiers (saules blancs), d’aubépines…

Bosques de Griffoulet : soit  »bois de la petite source », soit fort probablement  »bois où pousse le houx » (grifolet, forme masculine de grifoleda qui est attesté, de grifol  »houx »). Il faudrait vérifier la ou les signification(s) de grifol dans ce lieu.

le Brésil : type de sable grossier, grès, rocher friable.

Canto Luserp :  »chante lézard » : lieux ensoleillé ? Ou déformation, comme de nombreux Cantelauze, Cantelauzet, Cantegrel, etc., de racines préromanes liées à la notion de roche, de relief ?

les Cartayroux :  »quarterons », désigne sans doute de  »petits quartiers », donc peut-être de petites parcelles, des parcelles divisées.

le Caussanel : sans doute un dérivé de cauce  »causse, plateau calcaire » :  »petit causse ? ». Toponyme présent à plusieurs reprises en Rouergue et Cévennes.

Cayrounasses : lieu pierreux, de cairon  »bloc de pierre équarri ».

Coste Jalade : côte gelée. Effectivement, l’exposition est au nord-est.

le Frau :  »friche, terre vague, lande inculte, en Querci, Rouergue et Limousin » (TDF). En Rouergue, afrau  »ravin couvert de broussailles » (FEW).

Granède : ce doit être une mécoupure d’*agraneda, collectif végétal en -eda se rattachant probablement aux mots rouergats et languedociens agrunèl, agrunèla, agrunàs, agranàs, etc.  »prunelle, prunellier ».

Jouncayralade : jonc  »jonc » avec un triple suffixe : -air-, -al- , -ada. Autrement dit, un lieu rempli de joncs. Mistral cite joncairòla comme diminutif.

les Moussals : peut-être morçal  »morceau, morsure » en Rouergue (d’où de petites pièces de terre ou un sobriquet), en sachant que -rs- se réduit fréquemment en -ss-, mais c’est très incertain.

Nègrenech :  »nuit noire » ! A creuser…

le Pech de l’Igue :  la colline du gouffre. Iga, en Rouergue et Quercy, désigne un gouffre ou aven (synonymes : tindol, avenc).

Peyregal : lieu pierreux, ou avec de la pierre qui s’effrite.

Poux des Estrémels : puits ou gouffre des cachettes (si c’est bien un gouffre, l’idée de cachette est compréhensible). Cf. rouergat estremador  »cachette », dauphinois estremilha  »cachette », v. estremar  »cacher, éloigner, écarter ».

Pouxcobrol : puits où viennent boire les chèvres (ou éventuellement les chevreuils), ou gouffre où vont les chèvres.

las Rabugades : plutôt que de rattacher cela au dauphinois/languedocien rabugàs   »rabougri », comme nous sommes en Guyenne, il est raisonnable de penser à rabugada/rebugada, participe passé de rabugar/rebugar  »élaguer, émonder », soit  »les (arbres) élagués, émondés ». En Bas Quercy, un rabugaire est un bûcheron.

Rieufourg : ruisseau fourchu (c’est bien le cas).

Roc de las Putos : ce n’est pas ce que vous pensez… Une déformation à partir d’une forme féminine de potz  »puits, gouffre » ?? Assez incertain.

le Suquarel : diminutif de suc  »colline ».

Trigodina :  »tarde à dîner (à midi) » : lieu stérile, qui ne procure pas assez pour se préparer à dîner ? Sobriquet d’une personne ?

Lo medecin dels paures (Jansemin)

Classé dans : Literatura,Òlt e Garona,Òlt e Garona — Lo Sarmoneir @ 22 h 07 min

En alibertin adaptat.

 

Abriu lançava sos parfums ;

Mès al detzièma jorn de sa fresca mesada,

Son polit cièl pertot se petacèt de crums ;

E quand fasiá lusir sa blanca sorelhada,

L’òm vesiá perlejar sul tap, pels bròcs, pel camp,

Las grunas qu’una marcencada

Veniá d’escampilhar sus la tèrra en passant.

 

Mègjorn sonèt a Boèr ; duás filhas paresquèran

A dus vièlhs caminòls ; apèi se junhisquèran

Entre la Capeleta e lo Molin-de-Vent.

Polidas, del mèma atge, aquelas duás mainadas

Fasián ensemble trenta annadas ;

Avián mèma frescor, mèma tint ; cependent

Non pas mèma contentament :

L’una, risenta, sauticava

En portant un punhat de flors ;

L’autra, shagrina, caminava

Lo cap baishat, los èlhs en plors.

 

- Marianeta, ont vas tant urosa ?

Ditz la shagrina a la joiosa.

- Me’n vau dins la vila d’Agen ;

Passarèi devath sos grands aures !

Apèi me’n anirèi shel Medecin dels Paures,

Li portar de boquets e li tornar d’argent ;

Mès n’èi, mès n’èi d’escuts ! Tè ! vòs que te los compti :

Un, dus, tres, quatre, cinc !… E n’avèm d’autres, vai,

Dins ta tireta de ma mair !

Ò ! sèm tornats urós  ! aten que te zo conti !

 

E lo joine furet, tot a çò que disiá,

Tòrna parlar, sans s’apercebre

Que l’autra a tengut gemissiá :

Sabes que per l’ivèrn aguèrem tots la fièbre ;

Èrem paures, digun veniá per nos garir ;

N’aviam plus res a vendre e nos calhiá morir…

Tot d’un còp, un Mossur, dambe un risent visatge,

Intrèt, en nos cridant : – Mas bravas gents, coratge !

M’an aprés vòstre mal ; vèni per vos sauvar.

Ma mair ditz  : – N’es plus temps ; avèm tot mes en gatge ;

Los remèdis son shèrs ;  podèm plus ne’n crompar ;

A pena avèm, Mossur, per un brigalh de pan !

Lo Mossur fremisquèt e venguèt triste, triste ;

Zo vesiái, car al lièit n’aviam plus de ridèus…

A ! rishes  ! s’acridèt ; apèi s’apròisha viste,

E presenta a ma mair cinc grands escuts tot nèus ;

- Paura femna, sofrètz qu’un amic vos assiste !

Perqué rogir ! prenètz ! e quand trabalharetz,

Se podètz, me zo tornaretz.

E ma mair zo prenguèt ; e tot cambièt dins gaire ;

E los soènhs del Mossur, son parlar consolaire,

E de son baume quauques glops,

Fasquèran un miracle e garisquèrem tots ;

E dumpèi tot nos ritz coma las flors novèlas ;

Ma mair, mos frairs e jo trabalham ; lo Mossur

Nos a portat bonur coma las irondèlas ;

Ò  ! mès ganham d’argent ! mès sèm urós !… e tu ?

 

- E jo, plori  ! jo me tormenti !

Lo malur de shes tu s’es mudat shes nosauts ;

Avèm nòstre pair plan malaud ;

Que se desfai  ! que sofra ! Ò ! vai morir, zo senti,

S’aquel brave Mossur que sap ta bien garir

No vèn pas lèu lo secorir !

- Paura Isabelon ! qué te planhi !

E jo que risiái tant ; vai, vèna, t’acompanhi ;

Correm shel medecin ; no plores plus, vendrà ;

Quita tot pels paurets qu’a sa bontat se físan ;

Tabé n’es pas rishe, ça dísan ;

Mès lo bon Diu lo benirà !

 

E las filhas, per lòrs, pus viste caminèran ;

Lèu lo camin fusquèt flambat ;

E quand devath nòstres aures passèran,

Totas duás baishavan lo cap.

Dins nòstra vila, anfin, pel Pont-Long son intradas ;

Mès prèp de Jacopins, ras d’un ostal, qu’an vist ?

De Prèstes ! una crotz ! càntan De Profundis !

Las filhas s’avànçan trobladas ;

Una surtot fremís e trambla coma un junc ;

Un mòrt !… Pensa a son pair… ò pensadas cruèlas !

Viste, s’apròisha de quauqu’un :

Cèrqui Mossur Durand ! ont rèsta, Domaisèlas ?

E ! mon Diu ! lo vaquí que sòrt !

En efèt, aquò’s el, el que sortiá… mès mòrt ;

Mòrt, encaishat, entre quatre candèlas ;

Escortat dels paurets que l’auràn plus jamai ;

E darrèr son grand dòl, que dins nòstras carrèras

Fasquèt tombar larmas amèras,

I aguèt duás pauretas de mai !

 

 

Luxeetvolupte |
Actuel |
Newyorkcity2012 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Insidelayers
| Lanouvelleperspective
| love star