LOU SARMOUNEY / LE JHACASSOUS

26 mai 2017

Sus  »décaniller » e quauques auts mots regionaus

Classé dans : Lingüistica — Lo Sarmoneir @ 22 h 36 min

A prepaus de la reparticion quauques mots qu’hèsen partida de mon univèrs  abituau mès que son regionaus. Parlarèi pas deu famós ça daille, de la chocolatine o de les joutes o tant d’autes, mès de quauques mots que m’an hèit carcular.

 

DÉCANILLER

Èi totjorn coneishut aqueth mot que per jo totjorn significat  »hèser tombar » (tabé : ça va décaniller ! per díser que de gents van tombar, au sens pròpe o figurat, que van èster eliminats o que van se trobar mau a causa de la calor, que vai i auger de pèrtas, etc.), e que tots los mainatges de Gironda coneishen (utilisat quòra hèsen a les bèrlas) ! Tardivament, descobriri qu’èra sonque coneishut dens los diccionaris francés coma un mot lionés significant  »s’escapar a huita » (cf. borbonés quêne  »cama », lionés canille  »cama »).  »Descanilhar » es un mot de lenga d’ò (sinonime  »desquilhar ») ; un prumèir sens es  »tirar les canilhas », lo sens  »hèser tombar » es mens aisit a localisar e belèu qu’a pas la medissa etimologia. Taplan en anant horgalhar per ‘cí per ‘quí :

 

BORDALÉS :  »Décaniller = tirer sur quelque chose et l’exploser – Le dragueur bordelais pourrait utiliser cette expression et être grossier (ouuuouh !), mais elle est plus souvent utilisée par nos célébrissimes chasseurs médocains. – La définition nationale ( au contraire de notre local) est fuir, déguerpir… » (http://limagetlaplume.over-blog.com/2013/12/le-guide-argotique-du-bordelais-ou-comment-comprendre-les-bordelais.-%C3%A0-faire-circuler-dans-le-reste-de-la-france-je-me-l%C3%A8ve-ce-mat)

BORDALÉS :  »Tu es serré comme des sardines (mais tu évites de faire la danse de l’épaule d’Hanouna de peur de décaniller la mâchoire du voisin). » (https://www.yelp.fr/biz/la-calle-ocho-bordeaux-2)

TOLOSA :  »décaniller v.tr. faire tomber, d’un tir. Avec sa voiture, il a décanillé la statue de la place ! De l’occitan descanilhar. »  (http://occitanet.free.fr/tolosan/index.htm)

BORDALÉS :  »Décaniller Faire tomber quelque chose, accroché ou posé. » (http://haillan-genealogie.org/bordeluche/D.htm)

PERIGÒRD :  »Décaniller : faire tomber d’un coup (se faire décaniller : être viré, perdre les élections…) » (http://multimedia.fnac.com/multimedia/editorial/pdf/9782737369544.pdf)

ROÈRGUE :  »Décaniller par chez moi (l’Aveyron), on s’en sert pour parler des quilles (Ah! La fameuse Quille de huit aveyronnaise!) qu’on a fait tomber. » (http://lemotdujour.over-blog.com/article-1108479.html)

LEMOSIN :  »décaniller : faire tomber, d’un tir. » (https://fr.wiktionary.org/wiki/Annexe:Liste_de_mots_et_expressions_en_fran%C3%A7ais_du_Limousin) (atestacion dottosa, vist los auts mots citats)

PAÍS FOIENC :  »Décaniller : Toucher, faire tomber À la pétanque, il décanille à tous les coups, quel tireur , con ! » (http://www.museedupaysfoyen.com/actualite/le-parle-foyen/)

 

En occitan :

-Alibert :  conei sonque lo sens  »se’n anar a huita » !

-Vayssier (ROÈRGUE) : conei sonque lo sens  »tirar les canilhas » !

-Mistral : conei sonque lo sens  »tirar les canilhas » !!!!

-Couzinié (CASTRÉS) : conei sonque lo sens  »tirar les canilhas »

-Doujat (TOLOSA) : conei sonque lo sens  »tirar les canilhas » !!!!

-Queyrat (CRUESA) e Béronie & Vialle (CORRESA) : inconeishut.

-Ercvox : conei los tres sens a l’encòp :  »fuir comme un chien fouetté »,  »mettre par terre le jeu de boules » e  »écheniller »… amèi tabé  »rosser » !

 

Lo sens  »hèser tombar » diu èster d’origina gascona. Recèrcas a contunhar…

 

CANÉ

Per jo, ‘quò’s evident, être cané es èster mòrt o au sens figurat èster cruishit de fatiga. D’auta part, caner es tuvar. Pensèvi que ‘quò’ra d’argòt, mès curiosament lo TLFi balha sonque, en francés familièr : CANER Fam. Faire la cane, avoir peur, reculer devant le danger. Dens lo FEW, tròbam egau : caner v. n. ‘agoniser, mourir’ (1837) ; canage m. ‘agonie’ (1837) ; Paris cane f. ‘mort’. Seré donc un mot de París ?

D’auta part, i a tabé  »acanar/canar » que significa  »plegar » dens lo vinhau bordalés. E  »chanat » es sinonime de  »cruishit (de fatiga) » Donc cané vingré d’achí ? E poirén díser  »canat » en gascon ?

Mès çò que nos complica tot, es que los mots son abondós. Gueitatz : Npr. se caná ‘devenir creux comme un roseau’ [...] Npr. acaná ‘abattre les olives avec un roseau’ [....] bdauph. acaná [… bdauph. caná [… Apr. canar ‘mesurer à la canne’.

Sivant http://www.languefrancaise.net/forum/viewtopic.php?id=1059, semblaré que caner estussi d’òc e d’oïl a l’encòp mès belèu qu’es mèi utilisat en òc. Aquò dit, es pas coneishut per Ercvox que dens lo sens de mesurar : lo sens ligat a la mòrt es probable occitan mès pas gascon.

A crusar…

 

BERLES

 

Aquò son les billes (à jouer), e un berlon es una gròssa bèrla. Son tabé les couilles. Aqueth darrèir sens es coneishut en Bordalés (agglomeracion bordalesa, Medòc, Gravas, Entre-duas-Mars) per de quites mainatges, mès tabé… en Lauragués ! A part aquò, sembla inconeishut deu FEW.

Urosament, i a un article de Guy Suire que balha detalhs :  »Dans la secrète hiérarchie des gens de berles, jeu en phase terminale, les drolles connaissaient avec une précise précision la valeur des dites berles. D’abord la berlite, berle basique, petite boule d’argile peinte qui ternissait à l’usage, alourdissait nos culottes courtes, trouait nos poches. Alors les mamies confectionnaient des sacs de billes soumis à variations. Comme la Bourse. Le calot, confirmation de Philippe Longuet (Saint-Loubès) d’argile également colorée était la berlite format XL. Plus coté était le berlon, bille d’acier provenant en général d’un roulement à billes à grosseur variable. Au sommet, trônait l’agate, terme français, bille en pâte de verre multicolore plus ou moins importante. Echanges, trocs de berles, calots, berlons, agates ignoraient la monnaie unique.  »

Tabé :  »une berle : une bille (une canique). Un casse-berles : c’est une casse-c… » (https://sites.google.com/site/patrimoinedumedoc/inclassables/dictionnaire-aquitain)

E  tabé :  »celui qui est touché perd une bille appelée aussi berle ou pite » (http://losarmoneir.unblog.fr/2016/12/19/recueil-de-mots-gascons-a-verdelais-et-a-st-maixant/)

Aquò dit, ne’n sàbem pas pus sus l’etimologia, ni mèi sus l’estenduda geografica deu mot.

 

CHIBRER

 

A pas confónder demb chibrer  »posséder sexuellement » qu’es francés. En Bordalés e en Vasadés, coma l’èi totjorn coneishut (per jo aquò’s un mot de beauf). Significa, coma  »deishibrar » en gascon,  »copar, escagassar ».  »Shibrar » significa tabé  »espeishigar, escagalhar » en País de Buish. Sembla donc èster un mot ultralocau (sonque girondin), fòrt utilisat en francés locau.

 

ENQUI

 

Ausissi sovent oh enqui/anqui (jamèi enqui solet !). Per jo, aquò’s lo mòt de beauf pr’excelléncia. Mès aquò’s sustot lo juron bordalés pr’excelléncia, quòra boudu (con) es aqueth de Tolosa ! Les variantas son nombrosas, çò que nos aduja pas se vòlem estudiar l’etimologia ! Citarèi : oh emmi [ãmi], oh ami, oh emmigueille, oh enfi/anfi, oh enfigueille/anfigueille, oh anti, oh antigueille.

Seré tot un trabalh d’anar cercar a quala epòca tot aquò a espelit (per l’origina geografica, no’n dóttam, ‘quò’s Bordèu…). Per l’etimologia, sembla èster qu’èsti una fòrma eufemica d’enculé (per enqui)… e belèu d’enfoiré (o d’enfilé ??) (per enfi). Mès qui sap ?

 

S’Y CROIRE, S’ENTRAVER : pensèvi auger descobèrt i a pauc de temps qu’èran de regionalismes, mès s’i escai en realitat que serén bien francés ! (cf. Reverso e TLFi)

AU MAIL : a cercar !

 

5 réponses à “Sus  »décaniller » e quauques auts mots regionaus”

  1. Jan l’Aisit dit :

    Lo Grand dictionnaire de Greimas (Ancien français) que da:
    ai – interjection de douleur, XIIe s., + aimi, emi, hami, ainmi, – id.
    Que’s pòt destecar en ai + mi = « ah (praube de) mi », cf. latin « heu me miserum » (Gaffiot). Lo pronom regimi qu’existiva en ancian gascon tanben, au mensh dinc au sègle XVIIau.
    EMMI que n’ei clarament ua auta varianta.
    ANTI que respon a EMMI : « ah (praube de) tu ».
    ENQUI ne seré pas qu’un evolucion d’ANTI (t/k, causa frequenta).
    Que damòra ENFI…
    Los sufixes que son fiorituras d’aqueras.
    Tot aquò n’exclutz pas autes explics, las etimologias que son a còps embrolhadas.

  2. Renaud dit :

    Quèn arribèri au licèu a Bordèu a 15 ans, que hadèm au foot e que dishori en un « passe-moi le beuch ». Que’m dishot « le quoi ? » « Le beuch ! ». Aquí, que comprenori n’èra pas anglés mes l’abracat de « veishiga » ! Atau com « peuch » (peish). Pendènt quänt de tèmps èi pensat èra anglés !

    « David Beckham sent the buch to his partner. » Qu’ic èi credut pausa aquò !

  3. Jan l’Aisit dit :

    BERLE…

    PISTA 1
    • FEW 17, v. œuf couvi, berla, barla, etc.

    PISTA 2
    • Ua “berlengue” o “berlengue” en vielh e mejan francés qu’ei ua taula de jòc, o l’establiment tot (fr. mod. tripot; Per Noste: rascladinèrs). Que s’i hasè aus dats, a las cartas, etc. e sustot que s’i pelèva trufas, figurativament… Véder Greimas, Moyen Français, p. 74. (tb. “brelandier”, jogaire, e v. FEW 26 “averlander” qui poiré estar a la cauç.)
    • Que’n derivan mots com “brèles*” (maishantas cartas, shiròlas), “brelan”, “berlan”, jòc on s’i hasè a tres dab mans de tres cartas, puish, especiaument, man de tres cartas parièras.

    • Véder la “Ballade de bonne doctrine à ceux de mauvaise vie” deu Villon:
    « Gagne au berlan, au glic, aux quilles
    Aussi bien va, or écoutez !
    Tout aux tavernes et aux filles. »
    • Lo “glic” tanben mentavut per Rabelais (Gargantua, , XXII) que devè estar unhaute jòc, mes en anglés lo “gleek” qu’èra lo medish joc “ternari”. Qu’èra, ce sembla, lo mei jogat per tavèrnas.

    • Que pensi “brèle/berle” qu’auré podut designar, per alargada de sens o metonimia, tot ustensil de jòc com los dats, las canicas**, etc.

    * Donc de distinguir de “brêle” = “miulon”, argot militar de l’arabe “bghel”; mes las duas etimologias qu’an podut convergir. Lo sens de “dupa”, “trufa” que pòt tanben viéner deus qui’s hesèn pelar au jòc.
    ** E la “canica”, d’on vien? https://www.alittlemercerie.com/graine-canique-gris.shtml

    PISTA 3
    • Ua “brelique” o “berluque” qu’ei ua causa de chica valor. Véder Greimas, Moyen Français, p. 74.
    • Jo que’u raproishari de “bericle”, lat. “beryllus”, cristau preciós.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Luxeetvolupte |
Actuel |
Newyorkcity2012 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Insidelayers
| Lanouvelleperspective
| love star