Losarmoneir

Jornau electronic gascon en Gironda

17 mai 2015

Lo punt sus lo gimborrat

Lo gimborrat (escrit gimboura, gimbourra, jimboura, jimbourra, gimbourat, zimboura, jamboura, gembourrat…) es una sopa tradicionala fòrt coneishuda en Perigòrd porpre, en Libornés e Entre-duas-Mars, a Bordèu e dens lo nòrd-oèst d’Òlt e Garona. Semblaré (cf. carta) que lo hoguèir d’aqueth nom estussi autorn de Brageirac e Senta Fe. Lo FEW, eth, menciona  »gembourrat » dens lo Gèrs ! Lo mòt es masculin mès quauques-uns lo botan actualament au femenin, probable a cause de la finala -a.

Les prononciacions occitanas atestadas son [ʒi͂mbu'ɾa], [ði͂mbu'ɾa] en Perigòrd e [zi͂mbu'ɾa] a Liborna e Bèthpui.

En tot cas, ‘quò’s una sopa hèita demb l’aiga de les tripas, après la tualha dau pòrc. Es totjorn venduda per de conservarias, e minjada dens les hèstas de vilatges.

La recèpta n’en es simpla e çanja pauc : per 8 personas, fau 3 L d’aiga de coison de tripas, 1 caulet verd, 4 carròtas, 2 aunhons, 3 naps, 4 turras (o 1 nap-caulet), sau e péber, e eventualament 500 g de mongetas e alh, o de porradas se vòletz. Après auger pelat e picat los estramis, fau los hèser passar a la padèra 10 minutas dens de grèish de guit. Après, los barrejaràn demb lo bolhon e haràn còser tot aquò mija-òra a una òra (dinc a que lo caulet e les carròtas èstin bien còits). Salar e pebrar.

Aquesta sopa se retròba dens tota una corriòla de regions. Per
achí, se ditz tanben  »tourrin » devèrt a Montpaun, Vilafrancha de Lopchac, Montanha…,  »bougras » a Moissídan (sivant certènas sorças, seré sonque l’aiga de coison de les tripas),  »bouga » e  »goga » en Bordalés,  »gigourit » en Charanta… En Gasconha, serà remplaçada per la famosa garbura.

Una cançon benaujanta menciona lo gimborrat : http://losarmoneir.unblog.fr/2013/01/09/dus-textes-noveths-en-gascon-de-benauja/

Bon apetit !

14 mai 2015

Glossari pebrat

Classé dans : Linguistica — Lo Sarmoneir @ 22 h 43 min

{{abrocar}} : mettre en perce (un tonneau). Peut être utilisé grivoisement ? À voir…
{{anar a Brosseta}} : attraper une MST (argot bordelais).
{{anar a la calina}} : faire l’amour. La {calina }est la balançoire. En marmandais, on dira {{anar a la jampòla}}.
{{anar au ragassèir }}: faire l’amour.
{{anar au riga-raga }}: faire l’amour.
{{anar au sac }}: faire l’amour… sur un sac de jute.
{{auger un bròi davant }}: avoir de beaux seins.
{{auger la gaula /la quilha }}: bander.
{{auger la parpalha que reganha /qu’arreganha }}: avoir de gros seins. Littéralement ‘avoir la poitrine qui se rebiffe’.
{{aver lo popet vagant }}: être une femme facile (en Buch).
{{bàter lo peirat }}: proposition personnelle pour ‘faire le trottoir’.
{{bergamòta }}: sexe féminin. Mentionné par Mistral.
{{bèrlas }}: couilles (en bordelais). Littéralement ‘billes’.
{{bertran }}: chatte (en bazadais).
{{bicar }}: signifie souvent embrasser, mais aussi baiser dans le sens paillard.
{{bosic / bodic }}: zizi. Littéralement ‘lombric’.
{{braguèir }}: les nichons. Littéralement ‘pis’.
{{bròca }}: zizi. Littéralement ‘broche’.
{{broquet}} : zizi. Littéralement ‘fausset’.
{{cacòlhas }}: couilles (en bazadais). Littéralement ‘galles du chêne’. Ma mère avait un camarade chafré {Cacoye}.
{{calinar }}: baiser. Littéralement ‘balancer’. Verbe intransitif ?
{{camalet}} : coureur de jupons (notamment en val de Garonne). On disait {coquin coma camalet }(ou {coma Camalet}).
{{canavèla / canavèra }}: bite. Littéralement ‘canne de Provence, canne à pêche’.
{{canha }}: pute.
{{cardinat}} : mot euphémique pour le sexe masculin. Littéralement ‘chardonneret’. Dans une chanson bazadaise : {lo nòvi a un cardinat, tota la nèit lèva lo cap.}
{{se chaflar}} : se rouler une pelle (dans la Lande). Je ne pense pas qu’on dise {chaflar quauqu’un.}
{{chana }}: pipe (Ducloux). Du saintongeais {chane }‘tuyau’, équivalent de {cana.}
{{chichorit }}: chatte (en bas-médoquin).
{{chucar }}: sucer.
{{coa / coeta / coga / coda }}: queue.
{{cochar a l’ardit }}: monnayer ses charmes ? Si ce n’est pas la signification d’origine, on peut en tout cas le proposer.
{{corratèir }}: coureur de jupons (en bazadais).
{{cotoliu / cotorliu }}: mot euphémique pour le sexe féminin. Littéralement ‘cochevis’. Dans une chanson bazadaise : {la nòvia a un cotoliu, tota la nèit hèi ‘riu-chiu’. }En adoptant l’expression béarnaise {lo cotorliu que’u hè piupiu}, on aura {{lo coto(r)liu li hèi piupiu }}‘elle a le feu au cul’.
{{cujòts }}: nénés (Masson). Littéralement ‘gourdes’, etc.
{{dançar lo hròcha-monic }}>> voir {hròcha-monic.}
{{despiucelar }}: dépuceler. Le mot poli est {desficelar}.
{{s’encanhardar}} : se prostituer.
{{s’encoarrar }}: s’associer avec une femme de mauvaises moeurs (en bazadais). D’Estalenx donne d’ailleurs {coarrejar} pour ‘courir la pute’.
{{encular }}: enculer.
{{engulhar }}: enfiler. Pourrait bien s’utiliser grivoisement, même si je ne l’ai pas encore noté.
{{enjaular }}{(verbe trans.) }: draguer (d’après Masson).
{{esclipòt }}: désigne le sexe féminin en bas médoquin. Littéralement ‘tiroir, piège…’. {Virolèrem las branas, tastèrem l’esclipòt, sondèrem la ragana }(los Tradinaires).
{{estar cargada deu davant }}: avoir de gros seins.
{{fimelèir }}: coureur de jupons ; amateur de sexe (cf. le gascon {afumelit}).
{{fisson }}: ‘dard’, peut s’utiliser comme métaphore du sexe masculin (cf. Masson). De même, le verbe {{fissar}}. Masson raconte l’histoire d’une fille mise enceinte par un inconnu :
{Mèste, i a darrèir vos un borreion de bròcs, / Gaitatz se shaca branca es armada de cròcs. / Sheitatz-vos-i dessús, servitz-lisi de cibla, / Sus tant de bròcs que i a, sauratz-vos díser après : Lo qui vos a fissat ? Non, diratz a pu près, / Per díser juste es impossible ! }
{{fostrolhar }}: baiser (cf Escarpit).
{{frequentar / frecantar }}: sortir avec, ou simplement draguer. Verbe transitif ? intransitif ? les 2 ?
{{se frequentar }}: sortir ensemble.
{{galistrós }}: petit ami, avec une connotation un peu péjorative. Peut aussi signifier ‘gigolo’. Cf. la chanson bordelaise {lo Fossat daus Carmes : … rencontraram una bèra madama, que se permena avèc son galistrós… }
{{gatona }}: chatte.
{{gingar }}: danser, s’ébattre… On en fait ce qu’on veut ! Ce qui nous rappelle la chanson légère {la Bomba Sent Vincent : … Ah Cadishona, coma sus minhona, dives me creire dens ton flaflà / Sus la verdura, quala tornura, ah coma dives bien valsar !}
{{gorrina}} : signifie ‘gouine, truande, pute, prostituée, traînée, femme perdue, femme de mauvaise vie’ selon d’Estalenx. Mais dans quelle région précisément ? Pour information, il donne aussi : {ahroncilh, arrossegada, arrossegadís, arrossèga, gorrinèra, pedaç de hemna, pegulha, pegulhassa, predèra, pèth, pedaça (pedassa?), semèla, tareseta, trolhada, pigata, carnús, sharra-maugana, fadrina, descauçada, descohada, desgansolada, estaloada, bestiar de cortias, shiquèra.} Peut-être aussi {{gorrassa}}, à vérifier. Voir aussi Mistral.
{{guèita-au-trauc }}: pourrait désigner un voyeur. Littéralement ‘regarde au trou’.
{{guita }}: meuf, poule. En béarnais : chipie, fainéante. Utilisé par un ancien camarade, Jean-Sébastien Castaing, de Toulenne. Littéralement ‘cane’.
{{guitzadèir / -adeir / -aduir }}: le trou du cul (Masson emploie {guitzader }-étrange forme- pour des volailles).
{{guitzar }}: éjaculer. Ou plutôt chier (cf. Masson). {Aquò guitza }: ‘ça boume’, en Benauge. Pour ‘éjaculer’, on pourrait peut être dire {{sabar }}(et donc {{s’hèser sabar}})…
{{halhassa }}: chatte. Littéralement ‘fente’.
{{har coma a Cauderan }}: périphrase semblant vouloir dire ‘se masturber’ (cf. Ducloux pour vérifier).
{{hatalha }}: grosse poitrine (en médoquin).
{{hemnassa }}: femme de mauvaise vie (en bazadais). {Una hemnassa de tripòt}, écrivait l’abbé Ferrand. À noter que bordilha, gronha et gronhassa sont mentionnés par Suire, mais il n’est pas sûr que ce soient des mots gascons (ni même d’oc, pour les 2 derniers).
{{s’hèser brocar }}: se faire baiser, se faire mettre.
{{hèser cama-larja}} : écarter les jambes. Evidemment pas grivois, mais on en fait ce qu’on veut…
{{hèser candeletas }}: faire l’amour. Expression ‘mignonne’ ; littéralement ‘faire des galipettes’. Ne pas confondre avec {hèser la candeleta }‘agoniser’ !!
{{hròcha-monic/-monilha }}: baise. Bien sûr, on peut remplacer {hròcha }par {freta }et utiliser les différents mots pour ‘nombril’ selon le lieu ({embonic }en garonnais et bordelais, {emonic }en marmandais, {embonilh/emonilh/nombrilh }en médoquin, {esmonic }en bazadais…)
{{lamonaire}} : étrange mot pour ‘petit ami’, prétendument bordelais (cf. d’Estalenx).
{{lamproionar }}: bécoter (d’après le français régional {lamproyonner }– Hilaire), en raison du type de bouche de la lamproie. Serait très localisé en pays macarien.
{{lutzar }}: reluquer, mater (en bazadais).
{{luvar }}: reluquer, mater (en marmandais).
{{minana }}: chatte (en bazadais).
{{monaca }}: bimbo, cagole (Suire).
{{monha }}: chatte (en bazadais)
{{monhon }}: chatte (en bazadais)
{{mostós }}: chatte (Suire ?). Littéralement ‘barbouillé’.
{{ni popas ni quiu }}: se dit d’une femme plate.
{{pamparra }}: grosse poitrine.
{{parpalha }}: poitrine. Peut-être qu’il existe aussi {parpaja}.
{{parpalhòu }}: poitrine (en marmandais).
{{parpalhòta }}: terme plus affectueux pour la poitrine.
{{perligostraire }}: coureur de jupons (en Buch). En parlar negue : {har córrer le perligosta }‘courir le guilledou’, d’où {perligost(r)ar.}
{{pingueta }}: bimbo. Localisation à vérifier.
{{pista-guèita }}: pourrait désigner un voyeur. Littéralement ‘surveille-regarde’.
{{piucèu/puncèu, -èla }}: puceau, -elle.
{{popassas }}: seins, avec un suffixe péjoratif/augmentatif.
{{puta }}: pute.
{{putanèir }}: coureur de jupons (en marmandais).
{{quica }}: bite, quéquette.
{{quilha}} : bite (surtout dressée !). Localisation à préciser ; peut-être d’oïl aussi.
{{quilhar}} : bander.
{{quiqueta }}: zizi.
{{quiquia }}: zizi (en marmandais).
{{quiu / cuu}} : cul. Proverbe : {les goiatas de Barsac se descapèran lo quiu per se caperar lo cap} (pas vulgaire à l’origine, mais on peut en faire ce qu’on veut). On dit en Benauge : {auger lo quiu mostós coma un panèir de vrenhas.}
{{ragana }}: désigne le sexe féminin en Médoc, mais aussi ‘raie du cul’.
{{ragassaire, -a }}: pédé (Mistral !), mais aussi chaud lapin.
{{ragassar }}{(verbe intrans.) : }baiser.
{{ragassós, -osa }}: chaud lapin (Suire)
{{règa deu quiu }}: raie du cul (Masson).
{{regon }}: raie (ou trou) du cul (en bas médoquin).
{{riga-raga }}(m.) : baise.
{{se rinçar la règa }}: faire sa toilette intime, en plus grivois.
{{sac de cagolhas }}: chatte (Ducloux). Littéralement ‘sac d’escargots’. C’est ce qu’il y a de plus vulgaire, apparemment.
{{samença }}: sperme. Ce n’est pas un mot vulgaire, celui-ci.
{{sautaré una craba }}: se dit d’un obsédé sexuel.
{{sharron }}: chatte. Littéralement ‘moule’.
{{shona }}: chatte.
{{shonassa}} : chatte (Ducloux). Plus vulgaire que {shona.}
{{shonagassa}} : chatte (Ducloux). Plus vulgaire que {shona.}
{{tastulhejaire, -a }}: peloteur (Lacroix).
{{tastulhejar }}: peloter (Lacroix).
{{taurir }}{(verbe trans.) }: sauter, baiser (Verdié).
{{te pishi au quiu damb una granda canavèra }}: insulte dans le Marmandais (‘je te pisse à la raie’).
{{se tocar }}: se branler. Verbe euphémique, bien sûr.
{{toquilhar }}: peloter, tripoter.
{{se toquilhar}} : jouer à touche-pipi. On peut aussi l’employer pour ‘se branler’.
{{trauquet }}: cf. la chanson paillarde bazadaise {au trauquet forra-li forra-li, au trauquet forra-li dret !}
{{tringlar }}{(verbe intrans.) }: baiser (en bazadais).
{{vedilhèir }}: mot médoquin ; difficile à dire s’il représente le sexe masculin ou féminin car cela dépend des sources. Signifie à la base, populairement, ‘cordon ombilical’ et ‘nombril’. Cf.{ vedilha }‘vrille’.
{{viet }}: se retrouve dans les expressions {viet d’ase }‘aubérgine ; sapristi !’, {viet d’asoòt} ‘sapristi !’ ; également {viat d’ase, vit d’ase, vit d’auca }(ces 3 en garonnais).
{{vraisherèir }}: mot burlesque (litt. ‘buffet’) pour le sexe féminin, en Médoc.

 

Luxeetvolupte |
Actuel |
Newyorkcity2012 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Insidelayers
| Lanouvelleperspective
| love star