LOU SARMOUNEY / LE JHACASSOUS

29 mars 2013

La cosina bioenergetica

Classé dans : Au hiu deus jorns,Cosina,Ecologia, natura,Entre Duas Mars — Lo Sarmoneir @ 1 h 20 min

Am rencontrat Christine Charles, una anciana educatriça especialisada damorant a Sent Sulpici de Pomèirs. Balha cors de cosina bioenergetica dempui uèit ans, en seguida d’un sanjament d’alimentacion.

 

Lo Sarmonèir – La cosina bioenergetica, qu’es aquò ?

Christine Charles – Una cosina biò per nos protejar, mèi nòstes mainatges, las generacions futuras, l’aiga, la planèta… Damb lo biò, som segurs de n’englaupar pas tots los engrèishs, pesticides, etc., de l’alimentacion convencionala. Quòra mínjam bio, respèctam mèi las gents que trabalhan, dens lo sens que son milhor pagats, milhor respectats, e aquò protèja tanben las gents a l’aut cap deu monde que son pas expleitadas per las grandas firmas alimentàrias. La causida deu bio, ‘quò’s pas sonqu’una causida de santat, mès tanben una causida politica, una auta façon de gestionar lo monde. I a lo costat energetic tanben, ‘quò’s per jo una nocion de bon sens. Aquò’s ligat a la natura, au ritme de las sasons ; vingré pas au cap de minjar fragas au pic de l’ivèrn, ni mèi de mitonar un borit en plenh mes d’aost. Aquò’s de vrai « energetic » dens lo sens « préner en compte cada element de la natura qu’am autorn de nosauts », e hèser damb aquò. Parelh dens los mòdes de coisson, dens la façon de respectar los aliments, de los cosinar, en respectant l’energie de l’aliment, en hasent en sòrta qu’augi una vitalitat ; van pas dishar porrir carròtas pendent setmanas dens lo frigò. De vrai, l’ideau es d’auger un casau e d’hèser las crompas au mens dus còps per setmana sus un marcat per auger quauquarrés de qualitat. E coma saber se las causas son de sason ? Vatz dens lo casau o auprès deus petits marcadèirs per véser çò qu’i a suus taulèirs. Se minjan fruits tropicaus, possan dens país on hèi calor per poder rafresquir las gents ; se los mínjam, nosauts, quòra hèi frid, van nos portar la mèma causa, donc càrgam un sangglaçat.

LS – Coma ne’n ètz vinguda a practicar aqueth tipe de cosina ?

CC – Esturi malausa d’un cancèr aquò hèi 21 ans e, en seguida d’aquò, me dissuri que, pusque lo minjar podèva har venir malaud, i avèva bravas chanças per que poscussi garir tanben. Donc me botèri a quèrre una fòrma de cosina per me sonhar, a descobrir los aliments qu’an un impacte sus la santat. Passèri per un CAP cosina tradicionala, m’avisèri qu’èra pas « tòp », e après descobriri la cosina macrobiotica e bioenergetica, que comencèt a me parlar. Comencèri a realisar qu’anèvam benlèu poder auger responsas, e me botèri chic a chic, desempui 13 ans adara, a sanjar ma façon de minjar. En demingant las quantitats de carn, en crompant bio, en aprenent a d’utilisar las proteïnas vegetalas, a suprimar los produits leitèirs e a los remplaçar per produits vegetaus, pòden atau elaborar una cosina tot a fèit gostosa, tot a fèit egalabla, suu plan gastronomic, a la cosina tradicionala francesa. De vrai, mon objectiu estut, e adara encara, de cercar totjorn las texturas e los gosts que pòden auger dens la cosina francesa, mès damb produits diferents.

LS – Qualas activitats perpàusatz au public ?

CC – Perpausi cors de cosina damb l’associacion Comptoir du mieux-être, a mon ostau, damb petits gropes (jamèi mèi de dètz personas). En generau, trabalhi per tematica ; trabalhi fòrt sus las algas, las proteïnas vegetalas, la lactofermentacion… Cosínam, góstam, e las gents s’entornan damb un supòrt escrivut tan teoric coma damb las recèptas. Aquò son los cors « a la jornada » que duran tres òras. Après, èi tematicas mèi longas que duran una jornada : amàssam e cosínam plantas sauvatges. Èi tanben estages de dus jorns que van anar mèi lunh dens la significacion de çò qu’es la cosina bioenergetica (en particulièr los dejunars, los repàs rapides). Organisi tanben estages de sheis jorns on abòrdam totas las tematicas. Las personas an la possibilitat de s’avisar de l’impacte d’aquesta cosina sus eths : en sheis jorns, vesen vrais sanjaments. Après, balhi conferenças, respondi a d’articles, a la radiò…

LS – Pòdetz nos balhar un exemple de menut bioenergetic ?

CC – En ‘questa sason, pòden començar per una petita entrada de shocrota crusa damb òli d’oliva e granas de cuja, aquò vai balhar energia per lo hetge. Après, pòden hèser un petit risotto damb porras, carròtas, algas (utilisi bien d’algas dens ma cosina) : ‘quò’s important d’auger una cereala a cada repàs e una leguminosa (donc pòden rajotar tofu). Apui coma dessèrt, pomas au horn o damb vanilha, quauquas fragas… E vaquí un repàs complet, atz lo nhac, norríssetz cada organe, dens ‘queste menut i a totas las colors, e cada color a un impacte sus cada organe.

LS – Minjar bioenergetic, un prumèir pas de cap a una milhora santat ?

CC – Solide, perçò qu’a partir deu moment que coménçam a respectar l’energia deus aliments, som mèi en fasa damb nòste còs e damb lo ritme deus organes. Vesi los eslèves que vènen en cors damb jo, los vesi sanjar au hiu deu temps. Per exemple, èi una persona acrò au shocolat qu’a arrestat de’n minjar desempui dètz jorns ; mès vòu pas díser arrestar de’n minjar, simplament arrestar de portar au còs un petit poson.

Lo Sarmonèir – La cuisine bioénergétique, qu’est-ce que c’est ?

Christine Charles – Une cuisine bio pour protéger soi-même, les enfants, les générations futures, l’eau, la planète… Avec le bio, on est sûrs de ne pas ingurgiter tous les engrais, pesticides, etc., de l’alimentation conventionnelle. Quand on consomme bio, on respecte davantage les gens qui travaillent, dans le sens où ils sont mieux rémunérés, mieux respectés, et ça protège également les personnes à l’autre bout du monde qui ne sont pas exploitées par les grandes firmes alimentaires. Le choix du bio, ce n’est pas qu’un choix de santé, mais aussi un choix politique, une autre façon de gérer le monde. Il y a le côté énergétique également, c’est pour moi une notion de bon sens. C’est lié à la nature, au rythme des saisons ; ça ne viendrait pas à l’idée de manger des fraises en plein hiver, ni de concocter un pot-au-feu en plein mois d’août. C’est vraiment « énergétique » dans le sens « prendre en compte tous les éléments de la nature qu’on a autour de nous », et faire avec. Pareil dans les modes de cuisson, dans la façon de respecter les aliments, de les cuisiner, en respectant l’énergie de l’aliment, en faisant sorte qu’il ait une vitalité ; on ne va pas laisser pourrir des carottes des semaines dans le frigo. C’est vrai que l’idéal, c’est d’avoir un jardin et de  faire ses courses au moins deux fois par semaine sur un marché pour avoir quelque chose de qualité. Et comment savoir si les choses sont de saison ? Vous allez dans le jardin ou auprès des petits producteurs des marchés pour voir ce qu’il y a sur les étals. Si on mange des fruits tropicaux, ils poussent dans des pays où il fait chaud pour pouvoir rafraîchir les gens ; si on les mange, nous, quand il fait froid, ils vont nous apporter la même chose, d’où on attrape froid.

LS – Comment en êtes-vous venue à pratiquer ce type de cuisine ?

CC – J’ai été malade d’un cancer il y a 21 ans et, suite à ça, je me suis dit que, puisque l’alimentation pouvait rendre malade, il y avait de grandes chances pour qu’elle puisse guérir également. Donc je me suis mise à chercher une forme de cuisine pour me soigner, à découvrir les aliments qui ont un impact sur la santé. Je suis passée par un CAP
cuisine traditionnelle, je me suis rendue compte que ce n’était pas top, et après j’ai découvert la cuisine macrobiotique et bioénergétique, qui a commencé à me parler. J’ai commencé à réaliser qu’on allait pouvoir peut-être avoir des réponses, et je me suis mise petit à petit, depuis maintenant 13 ans, à changer ma façon de manger. En diminuant les quantités de viande, en achetant bio, en apprenant à utiliser les protéines végétales, à supprimer les produits laitiers et à les remplacer par des produits végétaux, on peut ainsi élaborer une cuisine tout à fait goûteuse, tout à fait égalable, sur le plan gastronomique, à la cuisine traditionnelle française. Mon objectif a vraiment été, maintenant encore, de chercher toujours les textures et les goûts qu’on peut avoir dans la cuisine française, mais avec des produits différents.

LS – Quelles activités proposez-vous au public ?

CC – Je propose des cours de cuisine avec l’association Comptoir du mieux-être, chez moi, avec des petits groupes (jamais plus de dix personnes). En général, je travaille par thématique ; je travaille beaucoup sur les algues, les  protéines végétales, la lactofermentation… On cuisine, on goûte, et les gens repartent avec un support écrit aussi bien théorique qu’avec les recettes. Ça, ce sont les cours à la journée qui durent trois heures. Après, j’ai des thématiques plus longues qui durent la journée : on fait cueillette et cuisine de plantes sauvages. J’ai aussi des stages de deux jours qui vont aller plus loin dans la signification de ce qu’est la cuisine bioénergétique (en  particulier les petits-déjeuners, les repas rapides). J’organise aussi des stages de six jours où l’on aborde toutes les thématiques. Les personnes ont vraiment la possibilité de se rendre compte de l’impact de cette cuisine sur eux :
en six jours, on voit vraiment des changements. Après, je donne des conférences, je réponds à des articles, à la  radio…

LS – Pouvez-vous nous donner un exemple de menu bioénergétique ?

CC – En cette saison, on peut commencer par une petite entrée de choucroute crue avec de l’huile d’olive et des graines de courge germées, ça va donner de l’énergie pour le foie.  Après, on peut faire un petit risotto avec des
poireaux, des carottes, des algues (j’utilise pas mal les algues dans ma cuisine) : c’est important d’avoir une céréale à chaque repas et une légumineuse (donc on peut rajouter du tofu). Puis comme dessert, des pommes au four ou à la vanille, quelques fraises… Et là, vous avez un repas complet, vous avez la pêche, vous nourrissez tous les organes, dans ce menu il y a toutes les couleurs, et chaque couleur a un impact sur chaque organe

LS – Manger bioénergétique, un premier pas vers une meilleure santé ?

CC – Bien sûr, parce qu’à partir du moment où on commence à respecter l’énergie des aliments, on est plus en phase avec son corps et avec le rythme des organes. Je vois les élèves qui viennent en cours avec moi, je les vois
changer au fil du temps. Par exemple, j’ai une personne accro au chocolat qui a arrêté d’en manger depuis dix jours ; mais ça ne veut pas dire arrêter d’en manger, mais arrêter d’apporter au corps un petit poison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Luxeetvolupte |
Actuel |
Newyorkcity2012 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Insidelayers
| Lanouvelleperspective
| love star